Afrique
Prix de l’Innovation pour l’Afrique 2018 : Appel à candidatures
11-10-2017
African Innovation Foundation vient d’annoncer la 7ème édition du Prix de l’Innovation pour l’Afrique. Cette année, le concours est placé sous le thème : «Investir dans les écosystèmes d’innovation inclusifs». Les innovateurs sont invités à soumettre leurs candidatures du 10 octobre 2017 au 10 janvier 2018, 23h59 GMT. Doit-on rappeler que ce Prix annuel célèbre l’innovation locale sur le continent en récompensant les innovations remarquables qui proposent des solutions pratiques, commercialisables et durables aux problèmes africains ? Réaffirmant la mission de l’AIF de catalyser l’esprit d’innovation en Afrique, Pauline Mujawamariya Koelbl, directrice du PIA a déclaré: «Nous sommes ravis de lancer le PIA 2018 et sommes convaincus que cette édition sera encore plus grande et meilleure en termes de participation et de qualité des candidatures. Le PIA prend de plus en plus d’ampleur à chaque édition, attirant des innovateurs issus de toutes disciplines et avec des solutions exceptionnelles aux défis africains. Pour cette septième édition, nous espérons également élargir notre réseau de partenaires, d'innovateurs et autres acteurs de l’innovation pour construire tous ensemble des écosystèmes d'innovation plus solides et plus durables qui propulseront le continent vers l'avant ».
 
Afrique de l’Est : la logistique pondère la compétitivité
11-10-2017
Chris Kiptoo, secrétaire principal kenyan au Commerce, situe clairement les entraves au développement dans cette partie de l’Afrique. De son avis, les coûts élevés des échanges et la faiblesse des services logistiques entravent les investissements étrangers directs et la croissance économique dans la région de l'Afrique de l'Est. Il va plus loin, soulignant le manque à gagner : « L'amélioration de la logistique comprend plusieurs aspects, tels que l'amélioration des capacités logistiques, le développement de la réhabilitation de l'infrastructure physique et la rationalisation des procédures liées au commerce ». Il a noté que la logistique performante réduirait le coût des importations, et serait vitale pour les producteurs qui veulent participer aux cercles de production mondiaux et éventuellement se lancer dans de nouvelles affaires. Il s’est ainsi exprimé, lors du lancement du rapport sur la performance logistique de 2017 à Nairobi. Le rapport, publié par le Conseil des expéditeurs d'Afrique de l'Est (SCEA), indique que l'environnement d'affaires s'est amélioré dans la région, grâce à de bons choix politiques, à l'augmentation du commerce intra-régional et à un secteur privé dynamique. Gilbert Langat, président du Conseil kenyan des transporteurs, s’est empressé d’avancer : «Nous utiliserons les indicateurs pour interpréter la performance de la chaîne logistique, révéler aux décideurs politiques et aux entreprises toute l'ampleur des goulets d'étranglement et proposer des mesures de réparation appropriées ». Il a néanmoins ajouté que les défis, liés à la capacité et à l'inefficacité du chemin de fer actuel, signifient que ce moyen de transport continuera à être difficile à concurrencer avec le transport routier", a-t-il dit. "Les défis pour les anciennes infrastructures ferroviaires seront encore aggravés lorsque le chemin de fer à voie normale sera entièrement opérationnel".
Le rapport a noté une diminution de 40% du temps de transport de camions entre 2014 et 2016, de Mombasa à Nairobi (26,4 heures); de Mombasa à Kampala (10,7 jours), et de Mombasa à Kigali (12,5 jours).
 
Zone CFA : vers un euro plus et une perte de compétitivité en 2018
10-10-2017
La force ou de la faiblesse de l'euro, notamment vis-à-vis du dollar -monnaie par excellence des transactions internationales- dépend la compétitivité ou non des produits à l'international des opérateurs sur les marchés de matières premières agricoles des pays de la zone Franc d'Afrique de l'Ouest. En 2018, la tendance sera à un euro plus fort. Lee Hardman de chez MUFG, dévoilé à Reuters : « L'environnement extérieur actuel est moins favorable au dollar, avec le renforcement de la reprise économique mondiale et les autres banques centrales qui s'orientent vers un relèvement de leur taux ». Selon les pronostics des spécialistes, l'euro devrait s'échanger autour de 1,18 dollar -son taux de jeudi- dans un mois, et également dans les 3 à 6 prochains mois. Il devrait grimper de 2% à 1,20 dollar à horizon d'un an.
 
CEA Afrique du nord : Lilia Hachem Naas, nommée directrice du Bureau de la Commission
04-10-2017
Lilia Hachem Naas a pris ses fonctions en qualité de Directrice du Bureau de la Commission Economique pour l’Afrique en Afrique du Nord, à Rabat le 2 octobre 2017. Cette polyglotte, qui parle arabe, anglais et français, de nationalité tunisienne, a une carrière de 20 ans au sein des Nations Unies. Avant de rejoindre la Commission économique pour l’Afrique des Nations Unies (CEA), elle a été, depuis 2013, chef du Bureau pour les Etats arabes au Centre du commerce international (ITC) à Genève.

Diplômée de l’Université du Maryland, elle a à son actif un MBA en Gestion des affaires internationales et un Master en Management du système d’information. Elle a aussi travaillé au Centre de promotion des exportations (CEPEX) en Tunisie et à Helwett-­Packard (HP) aux Etats Unis. Ensuite, elle a rejoint l’ITC en 1998, où elle a occupé divers postes de responsabilité : au Bureau pour l’Afrique, au Bureau pour l’Asie-­Pacifique, à la Section de la compétitivité des secteurs. Entre autres fonctions, elle a géré avec succès le Fonds fiduciaire néerlandais II (NTFII), un des plus larges programmes de l’ITC avec un budget total de 16 millions de $.
 
Abidjan et Nairobi : Les Young Leaders aux Rencontres Africa 2017
03-10-2017
Lancée en juillet 2017 par la Fondation AfricaFrance et l’Agence française de développement (AFD), la première promotion des Young Leaders, qui regroupe 20 très hauts potentiels d’Afrique et de France, va participer à la 2ème édition des Rencontres Africa 2017 à Abidjan (Côte d’Ivoire), les 2 et 3 octobre, puis à Nairobi (Kenya), du 4 au 6 octobre. Lionel Zinsou, Président de la Fondation AfricaFrance, a précisé que : « La présence des Young Leaders aux côtés de décideurs africains et français est une mise en œuvre concrète de la volonté d’AfricaFrance de créer des ponts solides sur lesquels se construiront les relations de demain entre la France et le continent africain pour une croissance et un développement partagés ».
 
Uemoa : titrisation, nouveau métier du groupe ALC
28-07-2017
Le groupe Africa Link Capital (ALC), première banque d’affaires indépendante de l’UEMOA, annonce la création d’un pôle titrisation formé de deux entités, à savoir ALC Structuration et ALC Titrisation. Animé par 6 experts confirmés, ce nouveau pôle offre des services de conseil stratégique et financier pour structurer des opérations de titrisation et constituer des Fonds Commun de Titrisation de Créances (FCTC), des services de gestion de FCTC, selon la réglementation de l’Union Économique et Monétaire Ouest-Africaine (Uemoa) et les meilleurs standards internationaux.
 
Prix Ibrahim Leadership d’excellence en Afrique : Pas de lauréat 2016
24-03-2017
La Fondation Mo Ibrahim a annoncé la semaine dernière l’absence de Lauréat 2016 du Prix Ibrahim pour un Leadership d’excellence en Afrique. Une annonce qui fait suite à la réunion du Comité indépendant d’attribution du Prix présidé par le Dr Salim Ahmed Salim, et à la réunion ce week-end du Board de la Fondation Mo Ibrahim. Dans un document qui nous est parvenu, il ressort que le Dr Salim a déclaré : «Comme je le souligne chaque année, nous avons délibérément placé la barre très haut lors de la création de ce Prix en 2006. Nous reconnaissons et saluons les contributions importantes de nombreux dirigeants africains en faveur d’un changement positif de leur pays. Il reste que le Prix Ibrahim a pour objet de mettre en exergue les dirigeants qui ont démontré un leadership véritablement exceptionnel, ce qui, par définition, est rare. Après des discussions approfondies et mûre réflexion, le Comité a décidé de ne pas attribuer le Prix 2016». Pour rappel, les candidats au Prix Ibrahim sont tous d’anciens chefs d’État ou de gouvernement d’un pays africain, qui, ayant été élus démocratiquement, ont quitté leurs fonctions au cours des 3 années écoulées (soit 2014- 2015-2016 pour le Prix 2016), après avoir exercé leur mandat pendant la durée fixée par la Constitution de leur pays.
 
<< Début < Précédente 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 Suivante > Fin >>

Résultats 1 - 7 sur 1371
 
×
×
Votre Nom :
Votre Email :





×