Afrique
Uemoa : titrisation, nouveau métier du groupe ALC
28-07-2017
Le groupe Africa Link Capital (ALC), première banque d’affaires indépendante de l’UEMOA, annonce la création d’un pôle titrisation formé de deux entités, à savoir ALC Structuration et ALC Titrisation. Animé par 6 experts confirmés, ce nouveau pôle offre des services de conseil stratégique et financier pour structurer des opérations de titrisation et constituer des Fonds Commun de Titrisation de Créances (FCTC), des services de gestion de FCTC, selon la réglementation de l’Union Économique et Monétaire Ouest-Africaine (Uemoa) et les meilleurs standards internationaux.
 
Prix Ibrahim Leadership d’excellence en Afrique : Pas de lauréat 2016
24-03-2017
La Fondation Mo Ibrahim a annoncé la semaine dernière l’absence de Lauréat 2016 du Prix Ibrahim pour un Leadership d’excellence en Afrique. Une annonce qui fait suite à la réunion du Comité indépendant d’attribution du Prix présidé par le Dr Salim Ahmed Salim, et à la réunion ce week-end du Board de la Fondation Mo Ibrahim. Dans un document qui nous est parvenu, il ressort que le Dr Salim a déclaré : «Comme je le souligne chaque année, nous avons délibérément placé la barre très haut lors de la création de ce Prix en 2006. Nous reconnaissons et saluons les contributions importantes de nombreux dirigeants africains en faveur d’un changement positif de leur pays. Il reste que le Prix Ibrahim a pour objet de mettre en exergue les dirigeants qui ont démontré un leadership véritablement exceptionnel, ce qui, par définition, est rare. Après des discussions approfondies et mûre réflexion, le Comité a décidé de ne pas attribuer le Prix 2016». Pour rappel, les candidats au Prix Ibrahim sont tous d’anciens chefs d’État ou de gouvernement d’un pays africain, qui, ayant été élus démocratiquement, ont quitté leurs fonctions au cours des 3 années écoulées (soit 2014- 2015-2016 pour le Prix 2016), après avoir exercé leur mandat pendant la durée fixée par la Constitution de leur pays.
 
Protocole d’accord CEA-FAO
06-02-2017
À Addis-Abeba, la Commission économique pour l’Afrique (CEA) et l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) ont signé, le 31 janvier 2017, un protocole d’accord qui va consolider leurs relations. Le texte offre un cadre stratégique de collaboration entre ces deux entités des Nations unies dans des domaines, tels que l’agriculture durable et le développement des agro-industries, la sécurité alimentaire et nutritionnelle sur le continent, l’intégration régionale et le commerce. Aussi, désormais, les deux organisations pourront coopérer dans l’élaboration de stratégies pour une assistance aux politiques, aux statistiques, au Mécanisme de coordination régionale (MRC), à la dynamique des populations et aux liens entre les villes et les campagnes et à la gouvernance, entre autres.
Abdalla Hamdok, secrétaire exécutif par intérim de la Commission économique pour l’Afrique, a alors souligné : «La FAO et la CEA partagent des buts et objectifs communs et reconnaissent l’importance d’entreprendre des programmes concertés et coordonnés pour réaliser ces buts et objectifs communs, sur la base de la reconnaissance réciproque du rôle et des responsabilités de chacune des parties».
 
Lancement du Fonds d’investissement franco-africain (FFA)
06-02-2017
Impulsé par Bpifrance et AfricInvest et souscrit par un consortium d’investisseurs africains et français de premier plan, le Fonds d’investissement franco-africain (FFA) vient d’être lancé le 30 janvier dernier. Ayant pour objectif d’accélérer la croissance des petites et moyennes entreprises innovantes africaines et françaises, sur des projets de développement sur les deux continents, FFA va investir en priorité dans ces structures à fort potentiel. Au-delà d’un apport en capital, AfricInvest accompagnera les entreprises françaises dans leur développement en Afrique et, inversement, les entreprises africaines dans leur stratégie de croissance en France et en Europe, précise-t-on dans un document qui nous est parvenu. Quant à Bpifrance, elle a investi 23 millions d’euros dans ce fonds franco-africain, doté au départ de 77 millions d’euros. À noter qu’il sera géré par AfricInvest, qui travaille sur le continent depuis 22 ans. Une entité qui va apporter aux PME financées son réseau, son expérience et l’expertise de ses équipes en France et en Afrique pour en accélérer la croissance, et leur faciliter l’accès à de nouveaux marchés en favorisant les partenariats commerciaux, industriels, technologiques et/ou financiers pertinents.
 
Groupe Attijariwafa bank : Activités du Club Afrique Développement
18-01-2017
Le Club Afrique Développement du groupe Attijariwafa bank est une plateforme fédérant la communauté d affaires, engagée en Afrique, initiée à la demande des participants des 4 dernières éditions du Forum International Afrique Développement. La section de Tunisie organise jeudi 19 janvier 2017 à Gafsa une rencontre portant sur «Les nouveautés de la loi Finances 2017 pour les Entreprises» avec Anis Ben Abdallah, Président de l'AJECT. Aussi, le lancement du Club Afrique Développement Congo est prévu le 20 janvier à Pointe-Noire. Rappelons que, la 5ème édition est prévue les 16 et 17 mars 2017 à Casablanca et sera axée sur «Les nouveaux modèles de croissance inclusive».
 
Baisse de l’investissement direct étranger en Afrique
13-05-2016
Le rapport 2016 de la Cnuced indique que «Pour le continent africain, la situation s’est détériorée en 2015, avec une baisse générale de 31,4% des flux d’investissement provenant de l’étranger, qui sont passés de 55 milliards de dollars en 2014 à 38 milliards de dollars l’année passée». Selon la Cnuced, la principale cause de cette contraction réside dans la fin du «supercycle » des matières premières, qui a fait reculer les investissements visant le secteur des ressources naturelles. En termes régionaux, alors que l’investissement direct étranger (IDE) a connu une tendance à la hausse en Afrique du Nord, la moyenne continentale est tirée à la baisse par l’Afrique subsaharienne. L’Afrique centrale et l’Afrique de Sud connaissent les plus nets reculs, avec un effondrement de 74 % de l’IDE pour l’Afrique du Sud...
 
ICB China accorde un prêt de 2 milliards de dollars à Dangote
13-05-2016
Dangote Cement Plc, la plus grosse entreprise africaine de production de ciment, a obtenu un prêt de 2 milliards $ de l’International Commercial Bank of China. «C'est pour mes deux usines de ciment que je suis en train de construire au Nigéria », a expliqué le milliardaire Aliko Dangote, président de l'entreprise. Il y a quelques semaines encore, l'homme le plus riche d'Afrique présidait la cérémonie de pose de la première pierre de la cimenterie d'Okpella, dans l'Etat fédéré d'Edo. Le groupe cimentier suit ainsi la logique d’un marché africain, sur lequel la demande de ciment continue de croître, tirée par des investissements dans le secteur des infrastructures. Dans ces conditions, tous les autres gros cimentiers opérant dans la région (Lafarge-Holcim Africa, Heidelberg) sont en rivalité. Dangote compte ainsi, au delà du Nigéria, accroître ses capacités de production dans l'ensemble des 12 pays africains où il opère, à raison de 81 millions de tonnes par an.
 
<< Début < Précédente 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 Suivante > Fin >>

Résultats 1 - 7 sur 1366
 
×
×
Votre Nom :
Votre Email :





×