Accès abonné :              


Algérie : gros retard dans l'énergie verte par rapport au Maroc Version imprimable
Algérie
28-06-2011

"Si théoriquement les plans des deux pays dans l'énergie renouvelable sont analogues et équivalents, avec des objectifs de 42% d'électricité d'origine verte en 2020 pour le Maroc et de 40% pour l'Algérie, dans la réalité l'écart dans les mises en œuvre est énorme.

Le programme CSP (énergie solaire concentrée) du Maroc a démarré bien après celui de l'Algérie.

Née en juillet 2010, huit ans après Neal, l'acteur algérien du renouvelable, l'agence Masen (Moroccan Agency for Solar Energy) a aussitôt mis en route le projet de la mégacentrale de Ouarzazate de 500 MW.

Doit-on rappeler que ce pays est le second producteur d'électricité éolienne en Afrique, avec 280 MW à fin 2009 ? Sa première centrale solaire hybride à Ain Béni Mathar est opérationnelle depuis novembre dernier.

Du côté de l'Algérie, le département de tutelle reportait de nouveau l'inauguration de la première centrale solaire hybride de Hassi R'mel, pourtant déjà livrée par l'Espagnol Abener depuis avril dernier.

Aussi, relativement à Desertec, initiative la plus ambitieuse dans le renouvelable, les partenaires européens plébiscitent le Maroc où, disent-ils, il avance bien.

De Fontaine Vive Curtaz, vice-président de la BEI, l'avouait lors de la présentation du bilan 2010 de la Facilité euro-méditerranéenne d'investissement et de partenariat (FEMIP). "

 
< Précédent   Suivant >