Accès abonné :              
Des promoteurs allemands de Desertec annoncés à Alger Version imprimable
Algérie
08-04-2011

Le projet Desertec, piloté par des entreprises allemandes, se retrouve aujourd'hui propulsé par un nucléaire pointé du doigt, suite au drame japonais.

Abdelaziz Bouteflika, président algérien, qui avait donné un signal de « fin de réserve » de son pays, exprime d'ailleurs son intérêt.

Youcef Yousfi, ministre algérien de l'Energie, a annoncé aujourd'hui devant la commission économique de l'assemblée populaire nationale (APN) que des promoteurs du projet sont attendus prochainement à Alger.

Au cours de la réunion, une rencontre est prévue entre les promoteurs du projet et les experts du département algérien de l'énergie afin de s'enquérir un peu plus de ce vaste chantier.

Néanmoins, avant même la tenue de cette rencontre, le ministre algérien de l'Energie pose les conditions de son pays, à savoir que les entreprises sont les bienvenues si elles acceptent de produire en Algérie les équipements nécessaires à cette industrie.

Rappelons qu'avec Desertec un vaste réseau d'installations éoliennes et solaires verrait le jour en Afrique du Nord et au Moyen-Orient pour fournir à terme (d'ici 40 ans) jusqu'à 15% de la consommation d'électricité de l'Europe.

Le projet devrait coûter la bagatelle de 400 milliards d'euros, et compterait des sociétés signataires, telles que les géants allemands de l'énergie EON et RWE, le réassureur Munich Re, la Deutsche Bank, le groupe algérien Cevital, ainsi que des fabricants espagnols du solaire.

 
< Précédent   Suivant >