Accès abonné :              


Journal en ligne - [n°57 du 18 décembre 2008 au 14 janvier 2009 ]
EditorialLe Sénat français bloque les Sofidev
Actualité2009 : les flux de capitaux arabes devraient se renforcer en Afrique
ActualitéValeurs africaines
ActualitéLes chiffres de la semaine
Banques et AssurancesTrois groupes bancaires à la conquête de l'Afrique
Banques et AssurancesMarchés bancaires : l'étau se resserre
Banques et AssurancesAmen Bank affirme ses ambitions maghrébines
Banques et AssurancesLe réveil des banques kenyanes
Banques et AssurancesBrèves Banques et Assurances
BoursesUne année 2008 difficile pour le JSE
BoursesCasablanca : éclaircie après neuf mois d'orage
BoursesLes fonds avec Morningstar
BoursesL'indice AI40 a perdu 51% sur l'année 2008
BoursesBrèves Bourses
Produits de base2009 : le pétrole face à la crise et aux plans climat
Produits de baseLe Burkina Faso a bonne mine
Produits de baseBrèves Produits de base
Entreprises et marchésPerspectives économiques mondiales en 2009
Entreprises et marchés« Nous avons réalisé, l'an passé, 30% de nos profits en Afrique »
Entreprises et marchésBrèves Entreprises et marchés
Avis de spécialistes« Nous avons 8 millions de clients en Afrique »
Avis de spécialistes« Nous comptons investir 1 milliard en Afrique »
Avis de spécialistesL'heure de la consolidation du secteur bancaire africain
Avis de spécialistes« L'Afrique a besoin de produits financiers diversifiés »
Avis de spécialistes« Convergence des visions de la BOA et de la BMCE Bank »
Avis de spécialistes« Nous entrons maintenant dans une période inflationniste »
Avis de spécialistes« Désenclaver les régions en investissant dans les infrastructures »
Avis de spécialistes« Oui, nous aurons une production supérieure au Nigeria »
Avis de spécialistesA Paris, pour la conquête de l'Afrique de l'Ouest
Avis de spécialistes« La crise n'a pas touché notre secteur bancaire »
Avis de spécialistes« C'est de l'intérêt de la Guinée et de Rio Tinto de s'entendre »
Avis de spécialistesA l'abri des placements toxiques
Avis de spécialistes« Il s'agit de rapprocher la BIAO de la diaspora ivoirienne »
Avis de spécialistes« Se connaître et bénéficier des expériences de chacun »
Avis de spécialistes« L'impact pourrait être marginal »
Avis de spécialistes« L'agriculture, un investissement porteur jusqu'en 2020 »
Avis de spécialistes« Accompagner certaines de nos filiales en Afrique »
Avis de spécialistesBrèves Avis de spécialistes
Droit, Fisc, DouanesCarte 2008 du harcèlement fiscal en Afrique
Droit, Fisc, DouanesPots-de-vin : classement défavorable aux pays émergents
Droit, Fisc, DouanesBrèves Droit Fisc Douanes
Revue de presseLa revue de presse africaine de Londres
Economie politiqueCôte d'Ivoire, 2009 sera aussi économique
Economie politiqueBrèves Economie politique
InternationalObama 2009, cent jours pour sortir « des savates de Bush »
InternationalL'hirondelle du Ghana attend le printemps africain
InternationalVerbatim
Les africains de l\'annéeLes Africains de l'année 2008
« Désenclaver les régions en investissant dans les infrastructures » Version imprimable
17-12-2008

Dr Ngozi Okonjo Iweala, directrice Afrique, Europe et Moyen-Orient de la Banque mondiale.

Ngozi Okonjo-Iweala et Hillary Clinton.

Ngozi Okonjo-Iweala et Hillary Clinton.

Les Afriques : A côté de l’Angola, il y a la République démocratique du Congo. Comment expliquer, au-delà de la récente guerre, que malgré des ressources phénoménales ce pays connaisse un vrai retard de développement comparé à l’Angola ?

Dr Ngozi Okonjo Iweala : Si vous étudiez l’histoire de ce pays et si vous regardez combien il est vaste, vous comprendrez mieux ses défis. Il y a des problèmes d’infrastructures dans ce pays qui nécessitent des investissements énormes. Le secteur de l’éducation a aussi besoin d’investissements considérables, tout comme la santé. Je crois qu’il faut d’abord désenclaver les régions en investissant dans les infrastructures pour pouvoir exploiter plus facilement les vastes ressources minières dont le pays dispose. Et cela prendra du temps, car nous avons affaire à un pays qui évolue dans cet environnement de post-conflit, et nous devons donc renforcer les institutions de l’Etat afin qu’elles soient capables de fournir des services adéquats à la population.

 

LA : Ne pensez-vous pas que la RDC a besoin de réformes économiques et financières, comme au Nigeria et en Angola, pour appuyer et soutenir sa croissance ?

Dr NOI : En effet. Ce sont là des sujets que nous allons aborder avec le gouvernement congolais. Il faut des réformes vigoureuses qui pourraient profiter à la population, en mettant en place des plateformes de base comme nous l’avons réalisé au Nigeria. Et là, je parle maintenant en tant que Nigériane, non plus avec ma casquette de directrice de la Banque mondiale, car au Nigeria nous avons dû mettre en place des réformes pour que la croissance et la reprise économique soit au rendez-vous.

 

(Les Afriques N° 42, du 4 au 10 septembre 2008.

Charles Bambara)

 
< Précédent   Suivant >