Journal en ligne - []
PIED DE LETTREDe la promotion de l'entrepreneuriat et de l'innovation
RELATIONS INTERNATIONALESAccord sur le nucléaire iranien Un deal contre le terrorisme ?
DOSSIERTariq Sijilmassi «Les banques doivent accompagner le développement du secteur agricole»
DOSSIERSénégal-Maroc Le Groupe d'impulsion économique opérationnel
Dossier SpécialSaïd Mouline Aderee, bras armé du développement durable
Dossier SpécialL'offensive du Royaume chérifien en Afrique centrale
Dossier SpécialMaroc Telecom Quelque 6 millions d'euros pour un projet transafricain
Dossier SpécialAmina Benkhadra Des bassins à fort potentiel
Dossier SpécialCasablanca Inauguration d'un 2ème Centre de dépollution du littoral
Dossier SpécialTariq Sijilmassi «Les banques doivent accompagner le développement du secteur agricole»
Dossier SpécialLa gent féminine, de mieux en mieux
Dossier SpécialFathia Bennis Maroclear, garant d'un marché financier et d'une place fiable, sécurisée et transparen
Dossier SpécialFrance-Maroc Visite du Roi Mohammed VI à Paris
Dossier SpécialKarim Bernoussi Intelcia, un partenaire de confiance
Dossier SpécialJawad Kerdoudi «Ce nouveau vote du Conseil de Sécurité est une victoire pour le Maroc»
Dossier SpécialDes ONG dénoncent le détournement de l'aide humanitaire dans les camps de Tindouf
Dossier SpécialInterview Charles Saint-Prot Évolution en faveur du Maroc
Dossier SpécialRésolution 2218 (2015)
Dossier SpécialRésolution 2218 du Conseil de Sécurité de l'ONU Le Maroc marque un point
Dossier SpécialSahara Victoire du Maroc à l'ONU
Dossier SpécialMaroc Succès d'une image et échec économique
Dossier SpécialMaroc Diagnostic de croissance
Dossier SpécialMaroc Groupe Banque Populaire lance sa 1ère usine monétique panafricaine
Dossier SpécialMaroc Banque populaire Adoption du système Public Key Infrastructure (PKI)
Dossier SpécialHassan El Basri Le gage de réussite d'un modèle de coopération Sud-Sud
Dossier SpécialBudget économique exploratoire 2016
Dossier SpécialOCP, plus que jamais vaisseau-amiral
Dossier SpécialCroissance économique et investissements
Dossier SpécialQuelle stratégie pour la politique africaine ?
Dossier SpécialMaroc-Côte d'Ivoire-Guinee Bissau-Gabon Une coopération, un cran au-dessus
Dossier SpécialMaroc-Senegal Une dizaine d'accords de cooperation
Dossier SpécialLe Maroc à l'abri des soubresauts
La BMCE Bank vire au vert Version imprimable
29-06-2011

La BMCE Bank devient la première banque au Maroc et dans la région Moyen-Orient/Afrique du Nord à être certifiée ISO 14001 pour l’environnement. Détails.

BMCE Bank a obtenu la certification ISO 14001 pour l’environnement, devenant ainsi « la première banque de la zone MENA (Moyen-Orient et Afrique du Nord) » à recevoir une telle distinction. Selon le communiqué de la banque daté du lundi 20 juin, cette certification a été attribuée par le Bureau Veritas Certification, avec un score de zéro non-conformité. « Cette démarche de certification internationale s’inscrit dans le cadre de l’engagement résolu de BMCE Bank en faveur du développement durable, souligné dès sa privatisation par son président Othman Benjelloun à travers maintes actions menées au sein du groupe bancaire, et plus spécifiquement par la Fondation BMCE Bank pour l’éducation et l’environnement », lit-on dans le communiqué.

La certification ISO 14001 consacre la mobilisation de l’ensemble des collaborateurs, au sein du réseau et des entités centrales de BMCE Bank, pour la mise en place d’un système de management environnemental (SME) et l’appropriation, par chacun, d’une démarche de développement durable et d’écogestes.

« Cette démarche de certification internationale s’inscrit dans le cadre de l’engagement résolu de BMCE Bank en faveur du développement durable. »

Le SME, autant un système de gestion qu’une organisation, est construit pour assurer la maîtrise des impacts significatifs de la banque sur l’environnement, qu’ils soient directs ou indirects.

 

Les impacts directs et indirects

Les impacts directs sont liés au fonctionnement courant de l’institution : la consommation en eau, électricité et papier, les rejets en déchets, gaz (transport), bruits (chantiers et installations techniques), odeurs (locaux techniques et chantiers), ainsi que les situations accidentelles (déversement de produits chimiques, incendies, etc.). Concernant les impacts indirects, l’enjeu est de sensibiliser la clientèle par rapport aux impacts potentiellement préjudiciables sur les plans social et environnemental des projets et autres activités qu’elle mène, en lui proposant un accompagnement personnalisé tel que des plans de réduction d’impacts dans leurs aspects tant sociaux (conformité à la réglementation du travail, etc.) qu’environnementaux (efficacité énergétique, pollution, etc.).

 

Cette démarche revêt, pareillement, une dimension business par l’introduction d’une activité de financement vert destiné aux projets liés à l’efficacité énergétique, dans le contexte national de développement volontariste des énergies renouvelables.

En 2000, BMCE Bank avait, d’ores et déjà, été la première banque africaine à signer la Déclaration des institutions financières sur l’environnement et le développement durable du Programme des Nations Unies pour l’environnement, UNEP-FI. Plus récemment, en 2010, elle est devenue la première banque de la région du Maghreb à adhérer aux Principes de l’Equateur, un ensemble de critères volontaires pour la gestion des risques sociaux et environnementaux dans le cadre du financement de projets. L’adoption de cette norme internationale ISO 14001 est le prolongement d’un système de gestion sociale et environnementale (SEMS) mis en place aux termes d’un partenariat scellé en 2008 entre BMCE Bank et l’IFC-groupe Banque mondiale.

MC

 
Suivant >
 
afrique afrique
×
×
Votre Nom :
Votre Email :





×
Votre Login :
Mot de passe :