Journal en ligne - []
ZOOMMarrakech Grand-messe de l'African Leadership Network
PIED DE LETTREExpo Milano 2015 Le know-how qui met en valeur
RELATIONS INTERNATIONALESSyrie Rencontre au sommet à Vienne
DOSSIERBanques Partenariat Attijariwafa bank-Icici Bank
DOSSIERCôte d'Ivoire L'indien Tata va investir plus de 300 milliards de f CFA
DOSSIERInde-Afrique Plaidoyer du Roi du Maroc pour la coopération Sud-Sud
DOSSIERInde-Afrique 100 milliards $
Entreprises et MarchésCÔTE D'IVOIRE Distribution de 224 Mrds de f CFA par Randgold Resources à ses actionnaires
Entreprises et MarchésSÉNÉGAL OPV de Suneor, les derniers rebondissements
Banque - AssurancesBMCE BANK OF AFRICA Nouvelle campagne de marque
Banque - AssurancesBMCE Bank et Maroc Export innovent avec African Business Connect
Banque - AssurancesBANQUES Attijariwafa bank lance une nouvelle campagne institutionnelle
Banque - AssurancesBANQUES Rapprochement Afreximbank-Dangote Group
BoursesANGOLA Sortie sur le marché international pour un eurobond
BoursesDETTE SOUVERAINE Confirmation des notes S&P du Cameroun et du Maroc
Politique - EconomieCharles Konan Banny jette l'éponge
Politique - EconomieCÔTE D'IVOIRE Ouattara reconduit son sherpa
Politique - EconomieMALI La France débloque 360 millions d'euros pour la relance économique
Politique - EconomiePRÉSIDENTIELLE CÔTE D'IVOIRE Tsumani d'ADO à 83,66%
Politique - EconomieLes axes clés du projet de gouvernance pour le dernier mandat de Ouattara
Politique - EconomieLes nouveaux défis d'Alassane Ouattara
Politique - EconomieNIGER Hama Amadou cherche-t-il une protection auprès d'Henri Konan Bedié ?
Politique - EconomieMAROC Phosboucraâ, filiale d'OCP, pour l'optimisation des ressources au Sud
Politique - Economie40ÈME ANNIVERSAIRE DE LA MARCHE VERTE Discours royal fondateur et mobilisateur
Politique - EconomieSahara marocain, les avancées vues par le HCP
Politique - Economie MAROC Près de 14 Mrds d'euros pour la 2ème tranche du Plan de développement du...
Politique - EconomieCLASSEMENT DOING BUSINESS 2016 Des progrès en Afrique au sud du Sahara
Les banques de l’Uemoa en retard d’une réforme Version imprimable
25-05-2011

Dans une note parue le 16 mai 2011, l’agence S&P relève un retard dans la conformité aux normes internationales.

« Les conditions d’exercice de l’activité bancaire restent difficiles dans les pays de l’Uemoa, notamment en raison de la non-application des normes financières internationales. Alors que ces dernières requièrent, par exemple, le passage à Bâle III, les banques des pays de l’Uemoa n’ont pas encore mis en œuvre les normes de Bâle II », peut-on lire dans le rapport.

Les banques de la zone disposent d’une marge de progression élevée puisque, selon le FMI, moins de 5% de la population de l’Uemoa disposent d’un compte bancaire. Pour l’agence, ce « taux est très faible, y compris en comparaison avec d’autres pays d’Afrique subsaharienne ». La campagne de sensibilisation de la Banque centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest (BCEAO) auprès des populations rurales devrait faciliter cette évolution.

Pour S&P, le taux de créances douteuses est important et le taux de couverture par les provisions reste modeste, compte tenu du niveau de capitalisation des banques et des risques inhérents aux conditions d’opérations dans ces pays.

 

Une nouvelle donne

La bancarisation viendra sûrement de la nouvelle donne bancaire régionale, avec le développement de la banque de détail, porté par les banques nigérianes et marocaines, au détriment des banques étrangères plutôt tournées vers l’entreprise. Cette transformation a débuté avec une première série de réformes bancaires, suite à la vague de faillites bancaires des années 80.

A l’avenir, S&P estime que le secteur devrait se concentrer d’avantage en particulier sur l’intensification de la concurrence entre grands acteurs du secteur, en quête d’une taille suffisante pour assurer le financement et soutenir le développement économique de la région.

Dans son rapport, S&P considère que les risques liés aux systèmes bancaires de l’Uemoa sont élevés. Le taux de créances douteuses est important et le taux de couverture par les provisions reste modeste, compte tenu du niveau de capitalisation des banques et des risques inhérents aux conditions d’opérations dans ces pays. Cependant, la Banque centrale, responsable de la réglementation bancaire, et la Commission bancaire en charge de la supervision des établissements financiers, collaborent afin d’améliorer la stabilité du système financier.

Par ailleurs, les réformes amorcées, dont le premier volet a relevé le niveau de capital minimum des banques, devraient non seulement contribuer à un mouvement de consolidation, mais aussi encourager les banques à renforcer leur gouvernance et leur système de gestion des risques.

AW

 
Suivant >
 
afrique afrique
×
×
Votre Nom :
Votre Email :





×
Votre Login :
Mot de passe :