Accès abonné :              
Journal en ligne - []
GREEN BUSINESSPour un système alimentaire «cool»
ZOOMImpact de l'abrogation de l'article 87 bis du Code du Travail
ZOOMAlgérie Impact de l'augmentation générale des salaires
PIED DE LETTRELa meilleure référence
RELATIONS INTERNATIONALESMigration et développement Atelier OIM-Italie pour un dialogue mondial
DOSSIERGabon Le «pétrole vert», un potentiel peu exploité
DOSSIERLe Gabon en Afrique centrale
DOSSIERGabon Bras de fer entre le fisc et les compagnies étrangères ?
DOSSIEROù en sont les projets structurants pour un Gabon Emergent ?
DOSSIERAli Bongo L'heure des comptes
Entreprises et MarchésÉGYPTE Les revenus du canal de Suez en hausse de 12%
Entreprises et MarchésCACAO Une nouvelle «guerre commerciale» entre le Ghana et la Côte d'Ivoire
Entreprises et MarchésCOMPÉTITIVITÉ DU FRANC CFA Jean-Louis Billon ouvre le débat
Entreprises et MarchésMAROC ONMT et GBP font la promotion du tourisme
Entreprises et MarchésCASABLANCA Grands travaux d'urbanisation
Banque - AssurancesBLANCHIMENT D'ARGENT Le lourd tribut de l'Afrique subsaharienne
Banque - AssurancesALGÉRIE Hausse du chiffre d'affaires du secteur des assurances
Banque - AssurancesMAROC Attijariwafa bank enregistre des performances satisfaisantes, à fin juin 2014
Banque - AssurancesBMCE BANK 50%de bénéfices en plus
Banque - AssurancesMAROC La Banque mondiale débloque 519 millions de $ pour le projet solaire Noor
Banque - AssurancesBAD Nouvelle ligne de crédit au Maroc
BoursesBRVM Investment Days à Paris
FocusTensions géostratégiques en Afrique du Nord Le terrorisme, une menace planétaire
Politique - EconomieCEA 9ème Conférence à Addis-Abeba
Politique - EconomieBCT Révision à la baisse du taux de croissance
Politique - EconomieCÔTE D'IVOIRE «Quelle révolution verte pour le continent africain ?»
Politique - EconomieCAMEROUN-TCHAD-NIGÉRIA Vers des échanges économiques contrastés
Politique - EconomieGUINÉE ÉQUATORIALE Obiang Nguéma solde le dossier Fitzpatrick
Politique - EconomieMALI IBK cède au diktat du FMI en recourant au marché financier de la région
Politique - EconomieGUINÉE-BISSAU La chute spectaculaire d'un parrain
Politique - EconomieMALI Le Premier ministre Moussa Mara revisite les coffres des donateurs à Paris
Politique - EconomieLIBYE Prestation de serment du nouveau Premier ministre
Le Burkina Faso propulse la capitalisation du marché obligataire à 730 milliards de f CFA Version imprimable
20-02-2012

BRVM. L’inscription à la côte de la bourse régionale de l’Uemoa du dernier emprunt Trésor Public du Burkina Faso ouvre à cette nouvelle valeur la possibilité d’être négociée tous les jours en même qu’elle renforce l’attractivité du marché secondaire.

L’emprunt obligataire du Trésor Public du Burkina Faso 2011-2016 rémunéré au taux de 6,5% et qui a abouti, le 8 décembre dernier, à la levée par «le pays des hommes intègres» de plus de 60 milliards de f CFA sur le marché financier régional était la star de la séance de cotation du 09 février 2012 à la Bourse des valeurs mobilières (BRVM) de l’Union économique et monétaire ouest africaine (Uemoa). Certes sur les 6,6 millions de titres apportés à la côte du marché obligataire, seulement 2 500 ont été échangés pour un montant global de transaction de 25,22 millions de f CFA. Mais pour Jean-Paul Gilet, directeur général de la BRVM, ce titre est promis à un bel avenir sur le marché.

Les arguments en faveur de cette perspective positive, Moumounou Gnankambary, le directeur général du Trésor Public du Burkina Faso en a livré quelques-uns. D’abord, le fait que cet emprunt obligataire est noté par l’agence internationale de rating, Standard & Poor’s, «B».

Précisément «B stable B», synonyme de «bonnes perspectives». Ensuite la provenance géographique variée des souscriptions. Car, si 2/3 des 6,6 millions d’obligations ont été souscrits au Burkina Faso, des souscriptions ont été également «du Bénin, du Sénégal, de la Côte d’Ivoire et du Togo, de l’Afrique du Centre avec le Cameroun et le Congo et même de l’Europe avec la France et la Belgique» a-t-il fait noter. Assurant que le Trésor Public, dont il est au commande, qui a «toujours honoré le service de la dette lié aux différentes émissions (35 au total depuis 2002) ne va pas déroger à la règle. Les détenteurs des obligations seront payés à bonne date».

Alexis Lourgo, directeur général de la Société burkinabé d’intermédiation financière (Sbif), arrangeur et chef de file de l’opération, lève un coin de voile sur le dispositif mis en place par les autorités burkinabées pour dissiper tout risque «d’incident de paiement». «L’emprunt obligataire est sécurisé par un compte d’amortissement, un compte séquestre, qui est déjà ouvert au nom du Trésor Public dans les livres de la Banque centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest (Bceao) au Burkina Faso. Ce compte sera régulièrement approvisionné avec des ressources affectées par le Trésor, de façon à répondre exclusivement aux différentes échéances de paiement des intérêts et du principal de l’emprunt». Ainsi donc, à chaque échéance la Bceao va débiter le compte séquestre du montant pour le mettre à la disposition du dépositaire central-banque de règlement qui va procéder au paiement des différents détenteurs de titres par le biais des sociétés de gestion et d’intermédiation.

Lancé initialement pour lever sur le marché financier 35 milliards de f CFA, sur une période allant du 10 novembre au 8 décembre 2012, l’emprunt obligataire Trésor Public du Burkina Faso, de 6,5% sur la période 2011-2016, sera souscrit à plus de 60 milliards de f CFA. Un montant que les émissions de la Côte d’Ivoire étaient jusque-là, les seules à atteindre. Avec sa cotation sur le marché secondaire de la BRVM, l’émission de l’emprunt Trésor public du Burkina Faso permet au marché financier régional d’augmenter sa capitalisation obligataire. Du coup elle passe de 674 milliards à 730 milliards de f CFA. «Niveau le plus important jamais atteint à la BRVM» se satisfait Jean-Paul Gilet. Qui fait donc le pari que «la cotation de cette nouvelle valeur va participer à l’attractivité du marché secondaire, et avec le développement des échanges, cela attirera de nouveaux investisseurs».

Louis S. Amédé, Abidjan

 
< Précédent