Accès abonné :              
Journal en ligne - []
COIN DE L\'EXPERTQuel modèle de banque agricole pour l'Afrique ?
ZOOM Algérie Abrogation de l'art. 87 bis du Code du travail : quelles incidences sur la...
ZOOMSyndicats en Afrique Mythes ou réalités
DOSSIERNoellie Cecile Tiendrébéogo «Au Burkina Faso, Ecobank détient une part de marché de 20%»
DOSSIERProduction locale, une niche à explorer
DOSSIERMoussa Seck «L'arme alimentaire est autant persuasive que l'arme nucléaire est dissuasive»
DOSSIERCameroun A l'épreuve de l'agriculture de seconde génération
DOSSIERAlbert Kouatelay «Il faut consacrer une part budgétaire conséquente au financement de l'agriculture»
DOSSIERLes Agropoles de MEDZ au SIAM
DOSSIERJaâfar Khattech «L'État en Tunisie garde la mainmise sur la production agricole»
DOSSIERAfrique Le défi de l'autosuffisance alimentaire
DOSSIERKobenan Kouassi Adjoumani «Plan Maroc Vert, source d'inspiration pour nous et pour le continent»
DOSSIERLe financement, le nerf de la guerre de l'agriculture
DOSSIERHicham Laraqui Housseini «L'État joue un rôle de stratège en élaborant une politique publique volont
DOSSIERFinancement de l'agriculture en Afrique
Entreprises et MarchésAIR CEMAC Cloué au sol, faute d'assurance
Entreprises et MarchésNIGERIA Forum économique mondial pour l'Afrique
Entreprises et MarchésBURKINA FASO Rififi autour de la mine de Tambao
Entreprises et MarchésNIGER Entrée en lice de la cimenterie de Keita
Entreprises et MarchésPORT DE DAKAR Fin des travaux de dragage du chenal d'accès
Entreprises et MarchésCAMEROUN L'offensive de Bolloré dans le transport ferroviaire
EditorialNigéria, Boko Haram pour le droit d'ingérence
Banque - AssurancesGroupe Banque populaire invite ses partenaires africains
Banque - AssurancesCAMEROUN Une compagnie d'assurance conteste sa liquidation
Banque - AssurancesLe groupe bancaire United Bank of Africa relifte sa stratégie de management interne
Banque - AssurancesSENEGAL La BIS accorde 10 Mrds de f CFA pour la campagne d'arachide
BoursesCÔTE D'IVOIRE Lancement officiel de l'Eurobond 2014
BoursesSENEGAL Le Fongip et Ecobank s'engagent pour garantir les financements destinés aux PME sénégalaises
Politique - EconomieCroissance économique au Sud du Sahara Le club des 7 meilleures économies de l'année 2013
Politique - EconomieMALI Moussa Mara réussit son premier examen de passage au Parlement
Politique - EconomieMAROC La Caisse de compensation dans le collimateur…
Le Burkina Faso propulse la capitalisation du marché obligataire à 730 milliards de f CFA Version imprimable
20-02-2012

BRVM. L’inscription à la côte de la bourse régionale de l’Uemoa du dernier emprunt Trésor Public du Burkina Faso ouvre à cette nouvelle valeur la possibilité d’être négociée tous les jours en même qu’elle renforce l’attractivité du marché secondaire.

L’emprunt obligataire du Trésor Public du Burkina Faso 2011-2016 rémunéré au taux de 6,5% et qui a abouti, le 8 décembre dernier, à la levée par «le pays des hommes intègres» de plus de 60 milliards de f CFA sur le marché financier régional était la star de la séance de cotation du 09 février 2012 à la Bourse des valeurs mobilières (BRVM) de l’Union économique et monétaire ouest africaine (Uemoa). Certes sur les 6,6 millions de titres apportés à la côte du marché obligataire, seulement 2 500 ont été échangés pour un montant global de transaction de 25,22 millions de f CFA. Mais pour Jean-Paul Gilet, directeur général de la BRVM, ce titre est promis à un bel avenir sur le marché.

Les arguments en faveur de cette perspective positive, Moumounou Gnankambary, le directeur général du Trésor Public du Burkina Faso en a livré quelques-uns. D’abord, le fait que cet emprunt obligataire est noté par l’agence internationale de rating, Standard & Poor’s, «B».

Précisément «B stable B», synonyme de «bonnes perspectives». Ensuite la provenance géographique variée des souscriptions. Car, si 2/3 des 6,6 millions d’obligations ont été souscrits au Burkina Faso, des souscriptions ont été également «du Bénin, du Sénégal, de la Côte d’Ivoire et du Togo, de l’Afrique du Centre avec le Cameroun et le Congo et même de l’Europe avec la France et la Belgique» a-t-il fait noter. Assurant que le Trésor Public, dont il est au commande, qui a «toujours honoré le service de la dette lié aux différentes émissions (35 au total depuis 2002) ne va pas déroger à la règle. Les détenteurs des obligations seront payés à bonne date».

Alexis Lourgo, directeur général de la Société burkinabé d’intermédiation financière (Sbif), arrangeur et chef de file de l’opération, lève un coin de voile sur le dispositif mis en place par les autorités burkinabées pour dissiper tout risque «d’incident de paiement». «L’emprunt obligataire est sécurisé par un compte d’amortissement, un compte séquestre, qui est déjà ouvert au nom du Trésor Public dans les livres de la Banque centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest (Bceao) au Burkina Faso. Ce compte sera régulièrement approvisionné avec des ressources affectées par le Trésor, de façon à répondre exclusivement aux différentes échéances de paiement des intérêts et du principal de l’emprunt». Ainsi donc, à chaque échéance la Bceao va débiter le compte séquestre du montant pour le mettre à la disposition du dépositaire central-banque de règlement qui va procéder au paiement des différents détenteurs de titres par le biais des sociétés de gestion et d’intermédiation.

Lancé initialement pour lever sur le marché financier 35 milliards de f CFA, sur une période allant du 10 novembre au 8 décembre 2012, l’emprunt obligataire Trésor Public du Burkina Faso, de 6,5% sur la période 2011-2016, sera souscrit à plus de 60 milliards de f CFA. Un montant que les émissions de la Côte d’Ivoire étaient jusque-là, les seules à atteindre. Avec sa cotation sur le marché secondaire de la BRVM, l’émission de l’emprunt Trésor public du Burkina Faso permet au marché financier régional d’augmenter sa capitalisation obligataire. Du coup elle passe de 674 milliards à 730 milliards de f CFA. «Niveau le plus important jamais atteint à la BRVM» se satisfait Jean-Paul Gilet. Qui fait donc le pari que «la cotation de cette nouvelle valeur va participer à l’attractivité du marché secondaire, et avec le développement des échanges, cela attirera de nouveaux investisseurs».

Louis S. Amédé, Abidjan

 
< Précédent