Journal en ligne - []
COIN DE L\'EXPERTAlgérie Pourquoi la baisse des exportations du gaz traditionnel ?
ZOOMVolume du commerce et croissance économique dans la région MENA Biens ou services ?
PIED DE LETTREMais où sont donc passés les chiens de garde de la démocratie ?
DOSSIERDonald Kaberuka, l'homme qui a transformé la BAD
Entreprises et MarchésMAROC Franc succès du fast-food, mais à quel prix ?
Entreprises et MarchésBURKINA FASO Onatel réalise une moisson de 130 milliards de f CFA
Entreprises et MarchésCMA CGM renforce sa présence au Cameroun
Entreprises et MarchésALCON Implantation d'un hub à Casablanca
Entreprises et MarchésVISA Un revenu trimestriel de 1,6 milliard $
Entreprises et MarchésSÉNÉGAL Les dessous du deal Copéol-Suneor
Entreprises et MarchésAFRIQUE Maroc Telecom, présent dans 10 pays, renoue avec la croissance
Entreprises et MarchésTELECOMMUNICATIONS Le Cameroun et le Tchad signent un accord de coopération
Entreprises et MarchésAFRISANTE De bons indicateurs de la santé africaine
Entreprises et MarchésAFRIQUE La santé à l'heure des réformes
Banque - AssurancesCORIS BANK Démarrage des activités à Lomé
Banque - AssurancesGUINÉE-BISSAU 37ème membre d'Afreximbank
Banque - AssurancesBAD Huit candidats à la conquête de la présidence
Banque - AssurancesMarchés obligataires et financiers 5ème Sommet à Washington
Banque - AssurancesAfriland First Bank ouvre une fenêtre islamique au Cameroun
Banque - AssurancesAFRIQUE Attijariwafa, catalyseur de développement
BoursesNIGER Lancement du 1er sukuk de 150 milliards de f CFA
BoursesGABON Baisse de la note de crédit souverain
BoursesSENEGAL Le sukuk de 100 milliards de f CFA primé à Kuala Lumpur
Politique - EconomieSénégal, quand Abdoulaye Wade disjoncte
La BNDA ouvre une représentation à Paris Version imprimable
08-02-2012

La Banque Nationale pour le Développement Agricole ( BNDA) du Mali a ouvert un bureau de représentation à Paris avec la possibilité accordée aux maliens de France de valoriser leur épargne et de développer des projets dans leur pays d’origine.

 Devenue filiale de la BPCE depuis quelques mois, la BNDA a ouvert sa représentation parisienne, le 1er décembre dernier avec des objectifs clairs : accompagner la diaspora malienne confrontée à des coûts de transfert d’argent prohibitifs. Dans ce cadre, un dîner a regroupé le 21 décembre au foyer ADEF, Jean Michel Laty, directeur général de la BRED (la Banque Régionale d’Escompte et de Dépôt), Tanguy du Chené, président d’Odyssée (Organisation du dialogue et de l’intelligence sociale dans la société et l’entreprise, Elie Malkor (Organisation mondiale de la diaspora africaine), Gaharo Doucouré du conseil de base des Maliens de France (CBMF). Ce dernier a fustigé le coût des transferts d’argent, lesquels se situent entre 15 et 17% du montant transféré. «C’est un scandale, c’est inacceptable». D’emblée, la BNDA propose l’alternative à travers une première agence basée à Paris et qui, explique Jean Serriére, Directeur des marchés et du marketing de la BREF, «va permettre d’accueillir des maliens et d’étudier des projets de financement, notamment immobiliers ou professionnels, au Mali». Et de préciser : «C’est le début, mais il fallait que ça commence par cette étape. Il fallait qu’on ait un lien technique avec une banque malienne qui nous permette de construire cette offre bancaire qui va permettre de lever toutes les difficultés. Ces difficultés sont nombreuses. A commencer par les taux d’intérêt. Effectivement, le fait qu’il y a un compte ouvert à la Bred et un compte ouvert à la BNDA - la bibancarisation - facilitera l’abaissement des taux d’intérêt des crédits». Ce type de coopération permet aux opérateurs de diminuer le risque. La BRED connaît le résident malien en France, ce qui permet de minimiser le risque de la BNDA, qui pourra consentir un prêt au client. C’est donc la BNDA qui prêtera car elle est à même de mieux analyser la nature et les éléments du projet. La décision des deux banques de travailler ensemble, facilitera nombre d’opérations. En premier lieu, les transferts à bas prix. Ensuite et très prochainement, elle facilitera le financement de projets avec des taux d’intérêt plus faibles. Le partenariat entre la BNDA et la Bred qui minimise le risque dans sa formule actuelle, peut potentiellement évoluer et, pourquoi pas, proposer une contre garantie entre les deux institutions. De quoi permettre d’atténuer encore plus le risque et d’abaisser toujours les taux d’intérêt.


Rodrigue Fénélon Massala
 
< Précédent
 
afrique afrique