Accès abonné :              
Journal en ligne - []
PIED DE LETTRELa leçon non sue de Mandela
RELATIONS INTERNATIONALESOMC Entre échec et espoir
DOSSIERAhmed Ezz Condamné mais riche
DOSSIERAli Wakrim Le discret d'Akwa Group
DOSSIERStrive Masiyiwa Un pionnier de la libéralisation des télécoms en Afrique
DOSSIERMoulay Hafid Elalamy Le patron 2.0
DOSSIERMohamed Bensalah La force douce des affaires
DOSSIERTony Elumelu Le Nigérian qui monte, qui monte
DOSSIERRostam Azizi Premier milliardaire tanzanien
DOSSIERAnas Sefrioui Addoha, c'est moi
DOSSIERSamih Sawiris Un «Swiris» en cache un autre
DOSSIERSudhir Ruparelia L'Ougandais le plus riche
DOSSIERTheophilus Danjuma Le général philanthrope
DOSSIERMiloud Chaabi Le self-made-man
DOSSIERAziz Akhannouch Le ministre homme d'affaires
DOSSIEROnsi Sawiris Le patriarche
DOSSIERStephen Saad A la tête du plus grand groupe pharmaceutique d'Afrique
DOSSIERKoos Bekker Le magnat des médias sud-africains
DOSSIERMohammed VI Le royal homme d'affaires
DOSSIERPatrice Motsepe Le sémillant minier
DOSSIERYasseen Mansour La fortune, la fraude et moi…
DOSSIEROthman Benjelloun Le leader
DOSSIERFolorunsho Alakija Une femme magnat du pétrole
DOSSIERYoussef Mansour Maître du Métro au pays du Nil
DOSSIERNaguib Sawiris Les télécoms c'est son métier
DOSSIERIssad Rebrab Le privilégié de l'Élysée
DOSSIERIsabel Dos Santos Se fait un prénom
DOSSIERMohamed Mansour Un jongleur en politique et économie
DOSSIERMike Adenuga De la dentelle à Globacom
DOSSIERChristoffel Wiese Le magnat de la distribution
DOSSIERNassef Sawiris Le vrai pharaon de l'Égypte
DOSSIERNicky Oppenheimer Le diamantaire philanthrope
DOSSIERJohann Rupert Discrétion et franc-parler
DOSSIERAliko Dangote Un self-mademan devenu milliardaire
Entreprises et MarchésTUNISAIR Première compagnie d'Afrique à bénéficier de la nouvelle génération A320
Entreprises et MarchésTUNISIE Le taux de la dépendance énergétique atteint 40%en octobre 2014
Entreprises et MarchésMAROC OCP double ses exportations vers l'Afrique en une année
Entreprises et MarchésMAROC i-conférence met en avant la poste africaine
Banque - AssurancesBID 98,4 millions de $ en faveur de 4 pays au sud du Sahara
Banque - AssurancesL'assureur panafricain SUNU blinde ses coffres
Banque - AssurancesCAMEROUN Chanas-Assurances cherche de nouveaux dirigeants
Banque - Assurances75 milliards de f CFA de la Banque mondiale pour la formation en Afrique
Bourses GABON Emission de 25 milliards de f CFA de titres sur le marché de la...
BoursesCAMEROUN Les grandes lignes de l'emprunt obligataire de 150 milliards de f CFA
BoursesBOURSE DE TUNIS Hausse du revenu global des sociétés cotées
Politique - EconomieMALI Reprise des avances du Fonds monétaire international
Politique - EconomieBURKINA FASO Nouvel appui budgétaire de la Banque mondiale
Politique - EconomieNIGÉRIA Boko Haram sème la terreur dans le nord
Politique - EconomieFRANCOPHONIE Michaelle Jean, nouvelle secrétaire générale
Politique - EconomieFRANCOPHONIE Le rendez-vous de Dakar
Politique - EconomieTUNISIE Le taux de croissance s'élève à 2,3%, durant le 3ème trimestre 2014
Libye : les banques tournent la page du Livre Vert Version imprimable
10-11-2010

Le secteur bancaire libyen s’est largement débarrassé des séquelles d’une gestion prudentielle défaillante, héritée des longues décennies de dirigisme étatique. Les créances douteuses ne représentent plus que 15% des encours bancaires, contre 70% en 2001.

La Banque centrale de Libye.

La Banque centrale de Libye.

Entamé au début des années 2000 avec le tournant libéral intervenu dans le sillage de la réintégration de la Libye dans la communauté internationale, le chantier de l’assainissement des actifs des banques libyennes commence à aboutir à des résultats satisfaisants. Conseillées par le prestigieux cabinet canadien McKinsey et poussées dans le dos par les institutions de Bretton Woods, les autorités monétaires libyennes ont réussi à ramener la moyenne des créances en souffrance de l’ensemble du secteur bancaire à 15% à la fin du premier semestre 2010, contre 70% en 2001 et 35,2% en 2005. Ces créances litigieuses, selon la terminologie locale, qui étaient longtemps considérées comme le principal talon d’Achille des banques libyennes, ne représentent plus que 1,6% du PIB du pays, contre 8% en 2001, selon un récent rapport de la Banque centrale de Libye (BCL).

Avec des taux de créance en souffrance inférieurs à 10%, les banques privées comme Aman Bank for Commerce & Investment et Bank of Commerce & Development (BCD) font figure de bons élèves. A l’inverse, les grandes banques publiques, dont Goumhiria Bank et National Commercial Bank, continuent à traîner des portefeuilles de créances douteuses représentant plus de 25% du total de leurs encours.

En dépit de ces disparités, la baisse des actifs douteux des banques libyennes est d’autant plus spectaculaire que le Fonds monétaire international (FMI) s’en est réjoui dans son dernier rapport sur l’économie libyenne, publié fin octobre dernier. « Les banques libyennes, qui étaient il y a encore quelques années techniquement insolvables selon les critères internationaux du contrôle bancaire, ont largement réussi à améliorer la qualité de leurs actifs », a indiqué Ralph Chami, chef de division au département Moyen-Orient et Asie centrale du FMI, qui a conduit une mission spéciale en Libye du 17 au 28 octobre, jugeant « très encourageants » les progrès réalisés dans l’application de la plupart des recommandations de son institution.

 

La page définitivement tournée

Selon le FMI, les créances douteuses qui ont longtemps plombé les établissements de crédits libyens provenaient en grande partie des organismes publics. Pour concrétiser ses promesses de justice sociale et de prospérité, le colonel Mouammar Kadhafi avait joué, dès son arrivée au pouvoir en 1969, la carte d’un « socialisme populaire », avec son cortège de redistributions indirectes des revenus pétroliers au peuple sous forme de biens et de services subventionnés, mais aussi de prêts bancaires aux entreprises qui n’offraient pas de garanties solides. « La plupart des créances classées proviennent des crédits accordés à des organismes nationaux spécialisées dans la construction de logements et à des entreprises publiques qui ont été par la suite dissoutes ou fusionnées », reconnaît Ali Chénibiche, directeur du Centre des recherches et des statistiques à la BCL.

Même si l’épithète « socialiste » reste encore accolée au mot Jamahiriya (l’État des masses, ndlr), la page du Livre Vert, condensé de la pensée économique révolutionnaire de l’homme fort de Tripoli, a été définitivement tournée.

L’assistance technique et les conseils du FMI ont certes joué un rôle important dans la radiation des créances douteuses, mais le mérite revient en premier lieu aux autorités locales, qui ont remboursé les créances accrochées des entreprises publiques défaillantes ou dissoutes. Le traitement des crédits non performants du secteur privé a été, quant à lui, confié depuis 2006 à une société de recouvrement qui n’a pas hésité à trainer les mauvais payeurs en justice.

La Banque centrale de Libye s’est également dotée d’une centrale de risques qui lui permet de connaître le profil du risque des clients des établissements de crédit, comme en atteste le lancement récent d’une enquête sur des irrégularités constatées dans la gestion prudentielle de Sahara Bank, filiale du groupe français BNP Paribas. Ces irrégularités consistent en l’octroi de facilités bancaires de l’ordre de « dizaines de millions d’euros » à des clients qui n’offraient pas de garanties suffisantes.

Dans le même temps, le régulateur du système bancaire libyen a sommé les banques d’accroître leurs provisions, ce qui a permis au taux de couverture des crédits non-performants d’atteindre 90% à la fin du premier semestre 2010, contre 53% en 2005.

Les objectifs nationaux visent à réduire la part des actifs classés à moins de 10%, et à porter le taux de couverture de ces créances par les provisions à 100% en 2012.

Walid Kéfi

 
< Précédent   Suivant >