Accès abonné :              


Journal en ligne - []
PIED DE LETTRELa leçon non sue de Mandela
RELATIONS INTERNATIONALESOMC Entre échec et espoir
DOSSIERAhmed Ezz Condamné mais riche
DOSSIERAli Wakrim Le discret d'Akwa Group
DOSSIERStrive Masiyiwa Un pionnier de la libéralisation des télécoms en Afrique
DOSSIERMoulay Hafid Elalamy Le patron 2.0
DOSSIERMohamed Bensalah La force douce des affaires
DOSSIERTony Elumelu Le Nigérian qui monte, qui monte
DOSSIERRostam Azizi Premier milliardaire tanzanien
DOSSIERAnas Sefrioui Addoha, c'est moi
DOSSIERSamih Sawiris Un «Swiris» en cache un autre
DOSSIERSudhir Ruparelia L'Ougandais le plus riche
DOSSIERTheophilus Danjuma Le général philanthrope
DOSSIERMiloud Chaabi Le self-made-man
DOSSIERAziz Akhannouch Le ministre homme d'affaires
DOSSIEROnsi Sawiris Le patriarche
DOSSIERStephen Saad A la tête du plus grand groupe pharmaceutique d'Afrique
DOSSIERKoos Bekker Le magnat des médias sud-africains
DOSSIERMohammed VI Le royal homme d'affaires
DOSSIERPatrice Motsepe Le sémillant minier
DOSSIERYasseen Mansour La fortune, la fraude et moi…
DOSSIEROthman Benjelloun Le leader
DOSSIERFolorunsho Alakija Une femme magnat du pétrole
DOSSIERYoussef Mansour Maître du Métro au pays du Nil
DOSSIERNaguib Sawiris Les télécoms c'est son métier
DOSSIERIssad Rebrab Le privilégié de l'Élysée
DOSSIERIsabel Dos Santos Se fait un prénom
DOSSIERMohamed Mansour Un jongleur en politique et économie
DOSSIERMike Adenuga De la dentelle à Globacom
DOSSIERChristoffel Wiese Le magnat de la distribution
DOSSIERNassef Sawiris Le vrai pharaon de l'Égypte
DOSSIERNicky Oppenheimer Le diamantaire philanthrope
DOSSIERJohann Rupert Discrétion et franc-parler
DOSSIERAliko Dangote Un self-mademan devenu milliardaire
Entreprises et MarchésTUNISAIR Première compagnie d'Afrique à bénéficier de la nouvelle génération A320
Entreprises et MarchésTUNISIE Le taux de la dépendance énergétique atteint 40%en octobre 2014
Entreprises et MarchésMAROC OCP double ses exportations vers l'Afrique en une année
Entreprises et MarchésMAROC i-conférence met en avant la poste africaine
Banque - AssurancesBID 98,4 millions de $ en faveur de 4 pays au sud du Sahara
Banque - AssurancesL'assureur panafricain SUNU blinde ses coffres
Banque - AssurancesCAMEROUN Chanas-Assurances cherche de nouveaux dirigeants
Banque - Assurances75 milliards de f CFA de la Banque mondiale pour la formation en Afrique
Bourses GABON Emission de 25 milliards de f CFA de titres sur le marché de la...
BoursesCAMEROUN Les grandes lignes de l'emprunt obligataire de 150 milliards de f CFA
BoursesBOURSE DE TUNIS Hausse du revenu global des sociétés cotées
Politique - EconomieMALI Reprise des avances du Fonds monétaire international
Politique - EconomieBURKINA FASO Nouvel appui budgétaire de la Banque mondiale
Politique - EconomieNIGÉRIA Boko Haram sème la terreur dans le nord
Politique - EconomieFRANCOPHONIE Michaelle Jean, nouvelle secrétaire générale
Politique - EconomieFRANCOPHONIE Le rendez-vous de Dakar
Politique - EconomieTUNISIE Le taux de croissance s'élève à 2,3%, durant le 3ème trimestre 2014
Nouvelle banque des Etats de l’Afrique centrale Version imprimable
27-01-2010

Nouveau gouverneur, nouvelles procédures de contrôle, les chefs d’Etat ont décidé de redorer le blason terni de la BEAC.

Philibert Andzembé, le gouverneur de la Banque des Etats de l’Afrique centrale, a joué, perdu et fait perdre son pays. Convoqué par le nouveau président gabonais au lendemain de l’éclatement d’un nouveau scandale dans son institution, 16 milliards FCFA détournés à Paris, il avait été sommé de démissionner. Il avait invoqué le parallélisme des formes pour rejeter l’injonction. Nommé par une conférence des chefs d’Etat, il entendait se soumettre à la même instance. Il gagnait quelques mois, mais il empêchait Ali Bongo de sauver le siège en le remplaçant par un autre Gabonais. Le père, Omar, avait ainsi procédé en remplaçant Jean-Félix Mamalepot, alors fort décrié par Andzembé qui a réussi à faire pire en moins de trois ans. 25 millions d’euros envolés dans un placement hasardeux en violation des règles de la banque, et puis ce détournement à Paris. Avec le gouverneur, le vice-gouverneur Rigobert Roger Andely, André Mfoula, directeur de l’émission monétaire et de la circulation fiduciaire, et Mme Christiane Joëlle Akasso ont été relevés de leurs fonctions.

Malabo assure toutefois n’avoir pour ambition qu’une meilleure gestion pour rétablir la crédibilité d’une banque centrale battant monnaie qui se serait effondrée sans l’arrimage à l’euro via le Trésor français.

Pour la première fois depuis sa création, la BEAC a un gouverneur non gabonais. Un consensus obtenu à Fort Lamy conférait au Gabon le poste de gouverneur, celui de vice-gouverneur au Congo et le siège central au Cameroun. Désormais, le principe de la rotation dans l’ordre alphabétique est retenu. Après le Gabon, c’est donc au tour de la Guinée équatoriale. Une belle « coïncidence » qui permet de sauver les apparences. Il ne sera ainsi pas dit que la Guinée équatoriale, nouvelle place forte financière de la zone, a exigé et obtenu le poste de gouverneur. Lucas Abagha Ntsama monte donc en grade. Il était déjà directeur général de l’exploitation dans la banque, l’un des trois directeurs qui constituaient le secrétariat du Comité de politique monétaire que Malabo avait déjà imposé pour s’assurer un droit de regard dans la gestion d’une institution dont elle fournissait 40% des dépôts, sans avoir aucun ressortissant dans le gouvernement de la banque.

 

Audit annuel

La conférence a aussi décidé de poursuivre en justice toutes les personnes impliquées dans les malversations au Bureau extérieur de Paris comme dans les placements DATI. Un audit annuel de l’ensemble des institutions, organes et institutions spécialisées de la CEMAC est désormais institué. Il a été également décidé de modifier les statuts de la BEAC, en rapport avec le partenaire extérieur, la France, et de confier désormais la présidence du conseil d’administration de la banque au ministre qui préside le Comité ministériel.

C’est dire que la conférence des chefs d’Etat a fait sien le 4e rapport du président chargé des réformes institutionnelles de la CEMAC, en l’occurrence le président de la Guinée équatoriale, Obiang Nguema Mbasogo. Certaines avaient déjà été approuvées par la conférence extraordinaire des chefs d’Etat, le 30 janvier 2009 à Libreville, qui avait déjà failli emporter le gouverneur Andzembé à la suite des conclusions de l’audit de la banque.

Le renforcement des ressources humaines en quantité et en qualité suffisantes, décidé dans ce cadre, a ainsi commencé à s’exécuter.

Les décisions ont été difficiles à prendre. Le double report du sommet, prévu d’abord pour la fin novembre, ensuite reporté une première fois au 14 décembre, avant de se tenir finalement en janvier, montrait déjà la difficulté à s’entendre. La clôture de la réunion a dû être retardée d’une journée pour permettre d’épuiser l’ordre du jour. Il faut saluer à cet égard la volonté politique ainsi montrée par les chefs d’Etat. D’abord par la présence de tous, fait de plus en plus rare dans les sommets africains, et ensuite par le temps mis à examiner un ordre du jour, il est vrai, chargé.

Ces décisions consacrent-elles la victoire de la Guinée équatoriale ? Assurément, Malabo a réussi à imposer ses points de vue, aidée en cela par le fait que c’est son président qui a la charge des réformes. Il assure toutefois n’avoir pour ambition qu’une meilleure gestion pour rétablir la crédibilité d’une banque centrale battant monnaie qui se serait effondrée sans l’arrimage à l’euro via le Trésor français.

Un lot de consolation a été attribué à Libreville, puisque c’est le Gabonais Michael Adande qui hérite de la direction de la Banque de développement des Etats de l’Afrique centrale (BDEAC), dont le capital passe de 94 à 250 milliards FCFA.

CES

 
Suivant >