Journal en ligne - []
ZOOMMarrakech Grand-messe de l'African Leadership Network
PIED DE LETTREExpo Milano 2015 Le know-how qui met en valeur
RELATIONS INTERNATIONALESSyrie Rencontre au sommet à Vienne
DOSSIERBanques Partenariat Attijariwafa bank-Icici Bank
DOSSIERCôte d'Ivoire L'indien Tata va investir plus de 300 milliards de f CFA
DOSSIERInde-Afrique Plaidoyer du Roi du Maroc pour la coopération Sud-Sud
DOSSIERInde-Afrique 100 milliards $
Entreprises et MarchésCÔTE D'IVOIRE Distribution de 224 Mrds de f CFA par Randgold Resources à ses actionnaires
Entreprises et MarchésSÉNÉGAL OPV de Suneor, les derniers rebondissements
Banque - AssurancesBMCE BANK OF AFRICA Nouvelle campagne de marque
Banque - AssurancesBMCE Bank et Maroc Export innovent avec African Business Connect
Banque - AssurancesBANQUES Attijariwafa bank lance une nouvelle campagne institutionnelle
Banque - AssurancesBANQUES Rapprochement Afreximbank-Dangote Group
BoursesANGOLA Sortie sur le marché international pour un eurobond
BoursesDETTE SOUVERAINE Confirmation des notes S&P du Cameroun et du Maroc
Politique - EconomieCharles Konan Banny jette l'éponge
Politique - EconomieCÔTE D'IVOIRE Ouattara reconduit son sherpa
Politique - EconomieMALI La France débloque 360 millions d'euros pour la relance économique
Politique - EconomiePRÉSIDENTIELLE CÔTE D'IVOIRE Tsumani d'ADO à 83,66%
Politique - EconomieLes axes clés du projet de gouvernance pour le dernier mandat de Ouattara
Politique - EconomieLes nouveaux défis d'Alassane Ouattara
Politique - EconomieNIGER Hama Amadou cherche-t-il une protection auprès d'Henri Konan Bedié ?
Politique - EconomieMAROC Phosboucraâ, filiale d'OCP, pour l'optimisation des ressources au Sud
Politique - Economie40ÈME ANNIVERSAIRE DE LA MARCHE VERTE Discours royal fondateur et mobilisateur
Politique - EconomieSahara marocain, les avancées vues par le HCP
Politique - Economie MAROC Près de 14 Mrds d'euros pour la 2ème tranche du Plan de développement du...
Politique - EconomieCLASSEMENT DOING BUSINESS 2016 Des progrès en Afrique au sud du Sahara
ANGOLA Sortie sur le marché international pour un eurobond Version imprimable
12-05-2016
L’Angola a annoncé, lundi 26 octobre 2015, le lancement sur le marché international de titres de la dette souveraine, d’un eurobond de 1,5 milliard de $, à la Bourse de Londres.
 
Dans un contexte marqué par la nécessité de chercher des sources de financement alternatives, l’Angola met sur le marché international, depuis la Bourse de Londres, une émission souveraine, sous forme d’eurobond pour un montant de 1,5 milliard de $. Une émission qui vient couronner des efforts initiés en 2011, soulignet- on. Entre autres bénéfices, elle pourrait contribuer à la diversification des sources de financement extérieur, dans la mesure où une émission des titres sur le marché international permet la diversification des sources de financement. Mais aussi à l’établissement de sources de financement à long terme – pendant le processus d'émission souveraine, le pays a l'opportunité de lancer les bases de l'établissement de relations à long terme avec les investisseurs internationaux dans tous les principaux centres financiers du monde.
 
Un indicateur de confiance
 
Aussi, l’argentier de l’Angola a défendu qu’une telle sortie va avoir un impact positif, en termes d'évaluation des agences de notation de crédit, tel que l'accès aux marchés d'obligations globales, pourra constituer une impulsion positive et un indicateur de confiance dans la notation d’obligations. Les experts ont aussi fait allusion à la construction d'une courbe de rendement, début du processus de création de la courbe de rendement international, qui permet aux pays souverains d’accéder aux marchés de capitaux avecfacilité et plus grande fréquence. Et last but not least, une telle émission favorise une possible croissance des réserves internationales, dans la mesure où une émission de titres internationaux peut aider à augmenter l’entrée de capital étranger et donc à accroître les réserves internationales. De toutes les façons, les responsables ont milité pour de tels financements, compte tenu du fait que le recours aux sources de financement traditionnelles, à savoir celles bilatérales, commerciales et autres lignes de crédit, montrait déjà une certaine concentration non recommandable en termes de gestion des risques et de coûts associés, augmentant l’exposition du pays à un financeur déterminé…
 
Daouda MBaye, Casablanca
 
Suivant >
 
×
×
Votre Nom :
Votre Email :





×