Accès abonné :              


Journal en ligne - []
PIED DE LETTRELa leçon non sue de Mandela
RELATIONS INTERNATIONALESOMC Entre échec et espoir
DOSSIERAhmed Ezz Condamné mais riche
DOSSIERAli Wakrim Le discret d'Akwa Group
DOSSIERStrive Masiyiwa Un pionnier de la libéralisation des télécoms en Afrique
DOSSIERMoulay Hafid Elalamy Le patron 2.0
DOSSIERMohamed Bensalah La force douce des affaires
DOSSIERTony Elumelu Le Nigérian qui monte, qui monte
DOSSIERRostam Azizi Premier milliardaire tanzanien
DOSSIERAnas Sefrioui Addoha, c'est moi
DOSSIERSamih Sawiris Un «Swiris» en cache un autre
DOSSIERSudhir Ruparelia L'Ougandais le plus riche
DOSSIERTheophilus Danjuma Le général philanthrope
DOSSIERMiloud Chaabi Le self-made-man
DOSSIERAziz Akhannouch Le ministre homme d'affaires
DOSSIEROnsi Sawiris Le patriarche
DOSSIERStephen Saad A la tête du plus grand groupe pharmaceutique d'Afrique
DOSSIERKoos Bekker Le magnat des médias sud-africains
DOSSIERMohammed VI Le royal homme d'affaires
DOSSIERPatrice Motsepe Le sémillant minier
DOSSIERYasseen Mansour La fortune, la fraude et moi…
DOSSIEROthman Benjelloun Le leader
DOSSIERFolorunsho Alakija Une femme magnat du pétrole
DOSSIERYoussef Mansour Maître du Métro au pays du Nil
DOSSIERNaguib Sawiris Les télécoms c'est son métier
DOSSIERIssad Rebrab Le privilégié de l'Élysée
DOSSIERIsabel Dos Santos Se fait un prénom
DOSSIERMohamed Mansour Un jongleur en politique et économie
DOSSIERMike Adenuga De la dentelle à Globacom
DOSSIERChristoffel Wiese Le magnat de la distribution
DOSSIERNassef Sawiris Le vrai pharaon de l'Égypte
DOSSIERNicky Oppenheimer Le diamantaire philanthrope
DOSSIERJohann Rupert Discrétion et franc-parler
DOSSIERAliko Dangote Un self-mademan devenu milliardaire
Entreprises et MarchésTUNISAIR Première compagnie d'Afrique à bénéficier de la nouvelle génération A320
Entreprises et MarchésTUNISIE Le taux de la dépendance énergétique atteint 40%en octobre 2014
Entreprises et MarchésMAROC OCP double ses exportations vers l'Afrique en une année
Entreprises et MarchésMAROC i-conférence met en avant la poste africaine
Banque - AssurancesBID 98,4 millions de $ en faveur de 4 pays au sud du Sahara
Banque - AssurancesL'assureur panafricain SUNU blinde ses coffres
Banque - AssurancesCAMEROUN Chanas-Assurances cherche de nouveaux dirigeants
Banque - Assurances75 milliards de f CFA de la Banque mondiale pour la formation en Afrique
Bourses GABON Emission de 25 milliards de f CFA de titres sur le marché de la...
BoursesCAMEROUN Les grandes lignes de l'emprunt obligataire de 150 milliards de f CFA
BoursesBOURSE DE TUNIS Hausse du revenu global des sociétés cotées
Politique - EconomieMALI Reprise des avances du Fonds monétaire international
Politique - EconomieBURKINA FASO Nouvel appui budgétaire de la Banque mondiale
Politique - EconomieNIGÉRIA Boko Haram sème la terreur dans le nord
Politique - EconomieFRANCOPHONIE Michaelle Jean, nouvelle secrétaire générale
Politique - EconomieFRANCOPHONIE Le rendez-vous de Dakar
Politique - EconomieTUNISIE Le taux de croissance s'élève à 2,3%, durant le 3ème trimestre 2014
La bourse du Zimbabwe à l’épreuve du programme d’indigénisation Version imprimable
21-12-2011

Les effets collatéraux de la crise politique zimbabwéenne sont lourds sur la Bourse locale. La Zimbabwe Stock Exchange a vu sa capitalisation boursière fondre, passant de 10 milliards de dollars en 2003, lors du début d’expropriation des fermiers blancs, à seulement 4 milliards de nos jours.

Pour Norman Maferala, chef du département Trading et Operations à la Securities Commission du Zimbabwe, le pays est en train de repartir avec une nouvelle monnaie, pondérée à partir d’un panier formé du dollar, du rand sud-africain et, dans des proportions moindres, de la livre sterling et de l’euro. Avec la stabilisation de la vie politique et le savant dosage trouvé entre les héros de la révolution, avec à leur tête Robert Mugabé, «combattant suprême », et la jeune garde incarnée par le premier ministre Morgan Tvasangirai, la ZSE connaît un nouveau départ, comme le confirme Norman Maferala. Entretien.

« Il y a des différences fondamentales entre l’Afrique du Sud où a été implémenté le Black Economic Empowerement (BEE) et le Zimbabwe. En effet, 90% des Zimbabwéens savent lire et écrire. L’on ne peut en dire autant de l’Afrique du Sud. »

 

Les Afriques : En 2011, quelles étaient les valeurs dominantes à la ZSE ?

Norman Maferala : En termes de capitalisation boursière, Delta, filiale du brasseur Sab Miller est en tête, suivie par Old Mutual (assureur originaire d’Afrique du Sud), Echonet (opérateur mobile), PPC (Pretoria Portland Cement) et Barclays Bank. Ce sont là les big five, qui totalisent 80% de la capitalisation du marché. La Bourse est loin d’avoir atteint son potentiel, puisque la plupart des entreprises minières ne sont pas cotées.

 

LA : Ces « big five » ainsi que les autres valeurs cotées à Hararé souscrivent-ils à la politique d’indigénisation ?

NM : Je pense que le groupe Old Mutual est particulièrement favorable à cette option. Mais je profiterai de votre tribune pour rappeler avant tout la signification de la politique d’indigénisation, laquelle ne consiste pas en l’expropriation des investisseurs étrangers. Bien au contraire, avant cette politique médiatisée, la loi zimbabwéenne était plus restrictive puisqu’elle limitait à 40% l’acquisition d’actions dans une société locale. Or, l’indigénisation stipule que l’actionnariat local détienne 51% du capital d’une entreprise donnée. Autrement dit, l’actionnariat étranger peut en détenir jusqu’à 49%.

 

LA : Ne craignez-vous pas que la politique d’indigénisation aboutisse aux mêmes dérapages que ceux constatés dans le BEE ?

NM : Il y a des différences fondamentales entre l’Afrique du Sud où a été implémenté le Black Economic Empowerement (BEE) et le Zimbabwe. En effet, 90% des Zimbabwéens savent lire et écrire. L’on ne peut en dire autant de l’Afrique du Sud. Il y a une véritable base de développement d’une classe moyenne au Zimbabwe. Les tensions, depuis le début de la décennie, ont conduit l’administration à dégraisser. Les jeunes Zimbabwéens commencent à évoluer dans le secteur privé, à monter leurs propres business. Il y a un esprit d’entreprenariat qui se développe. Si les compagnies minières et autres ouvraient leur capital à travers la Bourse, cela renforcerait cette dynamique. L’introduction des PME-PMI pourrait aussi accélérer la tendance.

 

LA : Donc l’avenir du marché financier zimbabwéen est prometteur ?

NM : Certainement. Tout dépend des politiques à mettre en place, de la stabilité, de l’environnement des affaires et de la relance des secteurs-clés comme l’agriculture.

 
< Précédent   Suivant >