Journal en ligne - []
COIN DE L\'EXPERTAlgérie Pourquoi la baisse des exportations du gaz traditionnel ?
ZOOMVolume du commerce et croissance économique dans la région MENA Biens ou services ?
PIED DE LETTREMais où sont donc passés les chiens de garde de la démocratie ?
DOSSIERDonald Kaberuka, l'homme qui a transformé la BAD
Entreprises et MarchésMAROC Franc succès du fast-food, mais à quel prix ?
Entreprises et MarchésBURKINA FASO Onatel réalise une moisson de 130 milliards de f CFA
Entreprises et MarchésCMA CGM renforce sa présence au Cameroun
Entreprises et MarchésALCON Implantation d'un hub à Casablanca
Entreprises et MarchésVISA Un revenu trimestriel de 1,6 milliard $
Entreprises et MarchésSÉNÉGAL Les dessous du deal Copéol-Suneor
Entreprises et MarchésAFRIQUE Maroc Telecom, présent dans 10 pays, renoue avec la croissance
Entreprises et MarchésTELECOMMUNICATIONS Le Cameroun et le Tchad signent un accord de coopération
Entreprises et MarchésAFRISANTE De bons indicateurs de la santé africaine
Entreprises et MarchésAFRIQUE La santé à l'heure des réformes
Banque - AssurancesCORIS BANK Démarrage des activités à Lomé
Banque - AssurancesGUINÉE-BISSAU 37ème membre d'Afreximbank
Banque - AssurancesBAD Huit candidats à la conquête de la présidence
Banque - AssurancesMarchés obligataires et financiers 5ème Sommet à Washington
Banque - AssurancesAfriland First Bank ouvre une fenêtre islamique au Cameroun
Banque - AssurancesAFRIQUE Attijariwafa, catalyseur de développement
BoursesNIGER Lancement du 1er sukuk de 150 milliards de f CFA
BoursesGABON Baisse de la note de crédit souverain
BoursesSENEGAL Le sukuk de 100 milliards de f CFA primé à Kuala Lumpur
Politique - EconomieSénégal, quand Abdoulaye Wade disjoncte
Reprise timide à la Bourse de Tunis Version imprimable
16-02-2011

La Bourse de Tunis a enregistré un petit gain de 1,07% durant les deux semaines qui ont suivi la reprise des cotations, le 31 janvier. Le gros de l’orage qui a emporté le régime de Ben Ali est passé, mais des incertitudes politiques et économiques persistent.

09_bourse-de-Tunis.jpg

La Bourse de Tunis.

L’horizon commence à se dégager pour la Bourse de Tunis. Fermée au cours des deux semaines qui ont suivi le départ précipité de l’ancien président Zine El Abidine Ben Ali sous l’effet d’une révolte populaire, la place a fait mieux que résister au chaos politique et économique depuis sa réouverture.

Entre le 31 janvier et le 11 février, le Tunindex, indice composite de la place, a progressé de 1,07% à la faveur d’un regain de forme des valeurs exportatrices, qui sont parvenues à effacer une partie des pertes considérables enregistrées avant la chute du régime. Ce sont, en effet, les sociétés industrielles exportant la majeure partie de leur production qui ont permis au marché de renouer avec la hausse. La société moderne de céramique (SOMOCER) a signé la plus forte hausse sur les deux semaines qui ont suivi la reprise des cotations, en voyant son cours bondir de +14,76%. L’équipementier automobile Assad (fabrication d’accumulateurs) a occupé la deuxième marche du podium, avec une hausse de 14,5%, devant la Société tunisienne de verreries (+10%).

 

Les entreprises du clan Ben Ali sanctionnées

Les entreprises contrôlées par des membres de la famille de l’ex-président tunisien ont, toutefois, continué à tirer le marché vers le bas. Ainsi, le concessionnaire automobile Ennakl, détenu par Sakhr El Materi, un gendre de Ben Ali sous le coup d’un mandat d’arrêt international, a vu son cours dévaler de 10,60% en deux semaines. De son côté, la cimenterie Carthage Cement, contrôlée par Belhassen Trabelsi, beau frère du président déchu, a perdu 12,95%. « Bien qu’elles soient désormais gérées par des administrateurs provisoires nommés par l’Etat, les entreprises du clan Ben Ali ont été victimes de la réputation sulfureuse de leurs propriétaires. Les investisseurs se sont empressés de liquider leurs participations dans ces sociétés à n’importe quel prix », commente la société de Bourse Amen Invest sur les perspectives 2011 de la place de Tunis.

Selon les analystes d’Amen Invest, les entreprises détenues par le clan Ben Ali ne sont pas les seules à avoir été sanctionnées par le marché. Des banques qui se seraient écartées des normes prudentielles en accordant des crédits colossaux à des membres de la famille Ben Ali sans tenir compte de la fiabilité de ces emprunteurs ont également vu leurs cours chuter. C’est notamment le cas de la Société Tunisienne de Banque (STB), dont le titre a perdu 23,08% sur deux semaines, ou encore de la Banque de l’Habitat (-11,91%).

 

Incertitudes politiques et économiques

Le gros de l’orage qui emporté le régime de Ben Ali étant passé, les investisseurs reprennent désormais leurs vieux réflexes : surveiller attentivement la santé de l’économie tunisienne et l’issue du processus de transition démocratique. « En raison des incertitudes économiques et politiques persistantes, les mois à venir seront animés par des mouvements de spéculation financière, empêchant le marché de dessiner une tendance précise », estiment les analystes d’Amen Invest. Même son de cloche chez Guillaume Chaloin, gérant du fonds d’investissement MAM Actions Afrique.

 

Walid Kéfi, Tunis

 
Suivant >
 
afrique afrique