Accès abonné :              
Journal en ligne - []
GREEN BUSINESSABEILLES Maillon primordial de l'agroalimentaire
ZOOMDinar algérien Les 6 raisons de la faiblesse de la cotation sur le marché parallèle
PIED DE LETTREGrands travaux, du tout bénéf !
RELATIONS INTERNATIONALESSur fond de crise économique mondiale, la Chine est devenue progressivement un partenaire incontourn
DOSSIERCôte d'Ivoire Jour J-1
DOSSIERCôte d'Ivoire «La BAD croit fortement en ce pays»
DOSSIERJulien Lefilleur «Le financement des PME en Afrique représente une priorité pour Proparco»
DOSSIERCôte d'Ivoire Le retour de la croissance forte
DOSSIERCôte d'Ivoire La crise persiste
Entreprises et MarchésMALI BOA-Mali gère un fonds de risques hydrauliques de 9 Mrds de f CFA
Entreprises et MarchésLes marques Moov dans le giron de Maroc Telecom
Entreprises et MarchésShelter Afrique affiche une bonne santé financière
Entreprises et MarchésAFRIQUE Quelque 68 milliards de dollars d'investissements attendus à l'horizon 2018
Entreprises et MarchésMAROC Wessal Bouregreg, mégaprojet urbain
Entreprises et MarchésSENEGAL Necotrans lève avec succès 26 Mrds de f CFA pour le terminal vraquier
Entreprises et MarchésMAROC-CHINE Hausse des échanges agricoles et agroalimentaires
EditorialFORUM D'ABUJA «Arrêtez de nous faire rêver !»
Banque - AssurancesMAROC Concours des sociétés de financement
Banque - AssurancesMAROC BMCE Bank signe avec MIGA pour garantir les investissements marocains
Banque - AssurancesSTANDARD BANK A la conquête du marché d'Afrique centrale et de l'Ouest
Banque - AssurancesMAROC La Fondation Attijariwafa bank veut «échanger pour mieux comprendre»
BoursesCAMEROUN Enorme succès autour des titres publics sur le marché de la BEAC
Politique - EconomieSAHEL La France corse son dispositif antiterroriste
Politique - EconomieFMI Christine Lagarde qualifie d'«intelligentes» les réformes entreprises par le Maroc
Politique - EconomieMALI Controverse autour de l'achat de l'avion présidentiel
Politique - EconomieSOUDAN DU SUD Espoirs d'un retour à la paix
Politique - EconomieCENTRAFRIQUE Vers l'instauration de l'anarchie
Politique - EconomieRDC Quand Washington sermonne Kabila
Politique - EconomieUne influence limitée, malgré des atouts géopolitiques
Reprise timide à la Bourse de Tunis Version imprimable
16-02-2011

La Bourse de Tunis a enregistré un petit gain de 1,07% durant les deux semaines qui ont suivi la reprise des cotations, le 31 janvier. Le gros de l’orage qui a emporté le régime de Ben Ali est passé, mais des incertitudes politiques et économiques persistent.

09_bourse-de-Tunis.jpg

La Bourse de Tunis.

L’horizon commence à se dégager pour la Bourse de Tunis. Fermée au cours des deux semaines qui ont suivi le départ précipité de l’ancien président Zine El Abidine Ben Ali sous l’effet d’une révolte populaire, la place a fait mieux que résister au chaos politique et économique depuis sa réouverture.

Entre le 31 janvier et le 11 février, le Tunindex, indice composite de la place, a progressé de 1,07% à la faveur d’un regain de forme des valeurs exportatrices, qui sont parvenues à effacer une partie des pertes considérables enregistrées avant la chute du régime. Ce sont, en effet, les sociétés industrielles exportant la majeure partie de leur production qui ont permis au marché de renouer avec la hausse. La société moderne de céramique (SOMOCER) a signé la plus forte hausse sur les deux semaines qui ont suivi la reprise des cotations, en voyant son cours bondir de +14,76%. L’équipementier automobile Assad (fabrication d’accumulateurs) a occupé la deuxième marche du podium, avec une hausse de 14,5%, devant la Société tunisienne de verreries (+10%).

 

Les entreprises du clan Ben Ali sanctionnées

Les entreprises contrôlées par des membres de la famille de l’ex-président tunisien ont, toutefois, continué à tirer le marché vers le bas. Ainsi, le concessionnaire automobile Ennakl, détenu par Sakhr El Materi, un gendre de Ben Ali sous le coup d’un mandat d’arrêt international, a vu son cours dévaler de 10,60% en deux semaines. De son côté, la cimenterie Carthage Cement, contrôlée par Belhassen Trabelsi, beau frère du président déchu, a perdu 12,95%. « Bien qu’elles soient désormais gérées par des administrateurs provisoires nommés par l’Etat, les entreprises du clan Ben Ali ont été victimes de la réputation sulfureuse de leurs propriétaires. Les investisseurs se sont empressés de liquider leurs participations dans ces sociétés à n’importe quel prix », commente la société de Bourse Amen Invest sur les perspectives 2011 de la place de Tunis.

Selon les analystes d’Amen Invest, les entreprises détenues par le clan Ben Ali ne sont pas les seules à avoir été sanctionnées par le marché. Des banques qui se seraient écartées des normes prudentielles en accordant des crédits colossaux à des membres de la famille Ben Ali sans tenir compte de la fiabilité de ces emprunteurs ont également vu leurs cours chuter. C’est notamment le cas de la Société Tunisienne de Banque (STB), dont le titre a perdu 23,08% sur deux semaines, ou encore de la Banque de l’Habitat (-11,91%).

 

Incertitudes politiques et économiques

Le gros de l’orage qui emporté le régime de Ben Ali étant passé, les investisseurs reprennent désormais leurs vieux réflexes : surveiller attentivement la santé de l’économie tunisienne et l’issue du processus de transition démocratique. « En raison des incertitudes économiques et politiques persistantes, les mois à venir seront animés par des mouvements de spéculation financière, empêchant le marché de dessiner une tendance précise », estiment les analystes d’Amen Invest. Même son de cloche chez Guillaume Chaloin, gérant du fonds d’investissement MAM Actions Afrique.

 

Walid Kéfi, Tunis

 
Suivant >