Afrique
BCP : Upline Trésorerie, doublement notée par S&P Global
07-02-2017
L’agence internationale Standard and Poor’s Global (S&P Global) vient d’attribuer, pour la première fois au Maroc, le double rating «Af/S+1», soit Fund Crédit Quality and Volatility au FCP «Upline Trésorerie». Il s’agit d’un fonds commun de placement de droit marocain, géré par Upline Capital Management (UCM), filiale du groupe Banque populaire. Une note qui atteste du plus haut niveau de sécurité en termes de risques liés à la gestion du fonds. Le Rating «S+1» reflète, en effet, un niveau extrêmement bas de sensibilité par rapport à l’évolution des conditions de marché. Justement, S&P Global Ratings souligne que «la note ‘S+1’ signifie que le fonds présente une sensibilité aux évolutions de marché extrêmement faible et à un niveau de risque global qui est inférieur ou égal à celui d’un portefeuille comprenant des titres d’excellente qualité de crédit dont la maturité moyenne n’excède pas 1 an». Le rating «Af», relatif à la qualité du crédit, exprime, quant à lui, la forte protection dont le fonds bénéficie contre le risque de perte lié à un défaut de paiement. Une confiance saluée par Mohamed Karim Mounir, DG d’UCM. Notons qu’avec 50 milliards de DH d’actifs sous gestion à fin 2016, UCM est l’une des plus grandes sociétés de gestion de la place. Ses encours sont concentrés sur les produits de taux (95%), dont 17% en produits monétaires, le reste étant réparti entre fonds diversifiés et actions.
 
Protocole d’accord CEA-FAO
06-02-2017
À Addis-Abeba, la Commission économique pour l’Afrique (CEA) et l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) ont signé, le 31 janvier 2017, un protocole d’accord qui va consolider leurs relations. Le texte offre un cadre stratégique de collaboration entre ces deux entités des Nations unies dans des domaines, tels que l’agriculture durable et le développement des agro-industries, la sécurité alimentaire et nutritionnelle sur le continent, l’intégration régionale et le commerce. Aussi, désormais, les deux organisations pourront coopérer dans l’élaboration de stratégies pour une assistance aux politiques, aux statistiques, au Mécanisme de coordination régionale (MRC), à la dynamique des populations et aux liens entre les villes et les campagnes et à la gouvernance, entre autres.
Abdalla Hamdok, secrétaire exécutif par intérim de la Commission économique pour l’Afrique, a alors souligné : «La FAO et la CEA partagent des buts et objectifs communs et reconnaissent l’importance d’entreprendre des programmes concertés et coordonnés pour réaliser ces buts et objectifs communs, sur la base de la reconnaissance réciproque du rôle et des responsabilités de chacune des parties».
 
Lancement du Fonds d’investissement franco-africain (FFA)
06-02-2017
Impulsé par Bpifrance et AfricInvest et souscrit par un consortium d’investisseurs africains et français de premier plan, le Fonds d’investissement franco-africain (FFA) vient d’être lancé le 30 janvier dernier. Ayant pour objectif d’accélérer la croissance des petites et moyennes entreprises innovantes africaines et françaises, sur des projets de développement sur les deux continents, FFA va investir en priorité dans ces structures à fort potentiel. Au-delà d’un apport en capital, AfricInvest accompagnera les entreprises françaises dans leur développement en Afrique et, inversement, les entreprises africaines dans leur stratégie de croissance en France et en Europe, précise-t-on dans un document qui nous est parvenu. Quant à Bpifrance, elle a investi 23 millions d’euros dans ce fonds franco-africain, doté au départ de 77 millions d’euros. À noter qu’il sera géré par AfricInvest, qui travaille sur le continent depuis 22 ans. Une entité qui va apporter aux PME financées son réseau, son expérience et l’expertise de ses équipes en France et en Afrique pour en accélérer la croissance, et leur faciliter l’accès à de nouveaux marchés en favorisant les partenariats commerciaux, industriels, technologiques et/ou financiers pertinents.
 
Abidjan : Report du procès des victimes du Novotel
05-02-2017
Peu après son ouverture, mardi 31 janvier 2017, au tribunal de Yopougon, quartier situé à l’ouest de la capitale économique ivoirienne, le procès des victimes de l’hôtel Novotel d’Abidjan en 2011 pour «séquestration et assassinat» a été renvoyé au 21 février. C’est Mourlaye Sissoko, président de la Cour d’assises, qui l’a prononcé, pour faute d’avocats pour certains accusés. Pour mémoire, le directeur de l’hôtel Novotel d’Abidjan, Stéphane Frantz Di Rippel, le directeur général du groupe agro-industriel (Sifca), Yves Lambelin, son assistant béninois, Raoul Adeossi, et le directeur général de Sania (filiale de Sifca), le Malaisien Chelliah Pandian, avaient été enlevés par un commando militaire, le 4 avril 2011 à Abidjan, puis assassinés en pleine crise postélectorale, après le scrutin présidentiel d’octobre 2010, ayant opposé l’ancien chef de l’État, Laurent Gbagbo, à son adversaire, Alassane Ouattara. À noter que le général Brunot Dogbo Blé, ex-patron de la Garde républicaine, figure parmi la dizaine d’accusés.
 
Suédois et Allemands contre le Muslim Ban de Trump
05-02-2017
Stefán Lofven, Premier ministre suédois, et Angela Merkel, chancelière allemande, ont critiqué dernièrement la décision américaine d’interdire l’entrée sur leur territoire aux citoyens de 7 pays à majorité musulmane, la jugeant discriminatoire et antimusulmane. La chancelière allemande, en visite en Suède, a révélé que la lutte contre le terrorisme ne justifie pas cette décision qui va à l’encontre d’un groupe entier de peuples d’une certaine religion spécifique. Quant à son hôte, il a trouvé profondément regrettable que les États- Unis aient suspendu tout voyage des ressortissants de ces 7 pays. N’occultant pas la crise de réfugiés et le Brexit, entre autres, les deux dirigeants ont indiqué : «Nous avons besoin d’une législation plus harmonisée, pour que tous les pays de l’UE partagent la responsabilité de l’accueil des réfugiés… et que la coopération internationale reste indispensable pour faire face à la question des migrants».
 
Israël : Approbation de la construction de 3 000 logements en Cisjordanie
04-02-2017
La construction de 3 000 logements dans les colonies de Cisjordanie, dans un contexte de recrudescence de la colonisation, suite à la prise de fonction du président américain Donald Trump, vient d’être approuvée par Israël. D’après une déclaration du ministre de la Défense, Avigdor Lieberman, et du Premier ministre, Benjamin Netanyahou, cette approbation fait partie d’un retour à la vie normale en Cisjordanie, après la suspension de certains projets de construction, lors de la présidence de Barack Obama. Cette annonce a été faite quelques heures avant l’expulsion attendue des colons d’Amona, à l’est de Ramallah, une manière d’apaiser les colons les plus radicaux.
 
Maroc : Les professionnels du bâtiment pour des amendements de la loi 66-12
04-02-2017
Suite à l’adoption de la loi N° 66-12, relative au contrôle et à la répression des infractions en matière d’urbanisme et de construction, les organisations professionnelles du bâtiment et de l’immobilier, réunies au sein de la Fédération nationale des promoteurs immobiliers (Fnpi), de la Fédération marocaine du conseil et de l’ingénierie, de la Fédération nationale du bâtiment et travaux publics, de l’Ordre national des architectes, de l’Ordre national des Ingénieurs géomètres topographes et de la Fédération des matériaux de construction, appellent les autorités marocaines pour un amendement de certains articles. Étant toujours favorables à l’adoption d’une loi qui mettrait fin aux constructions et réalisations anarchiques et non réglementaires, elles fustigent l’absence manifeste de concertation dans la rédaction de ce texte de loi ainsi que le manque de clarté de certaines de ses dispositions rendant son applicabilité difficile, voire impossible.
Aussi, ces organisations professionnelles trouvent que le contenu de ce texte de loi tel qu’il a été adopté est en déphasage avec la réalité du terrain en plus d’être en contradiction avec plusieurs textes de loi en vigueur. Enfin, elles défendent que l’absence des décrets d’application laisse la voie ouverte à toutes les interprétations possibles, y compris les plus abusives.
 
<< Début < Précédente 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 Suivante > Fin >>

Résultats 36 - 42 sur 23849
 
×
×
Votre Nom :
Votre Email :





×