Burundi : Les femmes réclament 30% de places dans les institutions Version imprimable
Burundi
19-03-2009

Les 30% de places réservées théoriquement aux femmes dans les institutions comme le Sénat, l’Assemblée nationale ou le Gouvernement, restent encore à conquérir, constatent les organisations de femmes.

Elles rappellent que, dans bien des cas, des femmes qui occupaient des postes de responsabilité, ont été obligées de démissionner, comme c’est le cas d’Alice Nzomukunda, contrainte à démissionner en 2006 de son poste de première vice-présidente de la République, et de Gabrielle Ntisezerana, qui a été remplacée par un homme à la tête de l’Assemblée nationale en 2007.

 
< Précédent   Suivant >
Toute l'actualité

Le secrétaire général des Nations unies, Ban Ki-moon, s’est entretenu au téléphone, ce mardi soir...
[La suite...]

Au cours d’une conférence de presse, tenue au siège de la télévision gabonaise, le ministre de la...
[La suite...]

La pénurie d’énergie plombe le développement du continent. Ceux qui l’ont compris ont mis depuis...
[La suite...]

A la recherche de statistiques sur les performances économiques de l'Espagne, j'ai eu comme...
[La suite...]

Au lendemain du scrutin présidentiel, le candidat-président Ali Bongo a prononcé, ce 28 août, un...
[La suite...]

Samedi 27 août, les 628 124 électeurs gabonais ont accompli, dans la sérénité, leur devoir de...
[La suite...]

Autres articles
 
×
×
Votre Nom :
Votre Email :





×
Votre Login :
Mot de passe :