Burundi : Les femmes réclament 30% de places dans les institutions Version imprimable
Burundi
19-03-2009

Les 30% de places réservées théoriquement aux femmes dans les institutions comme le Sénat, l’Assemblée nationale ou le Gouvernement, restent encore à conquérir, constatent les organisations de femmes.

Elles rappellent que, dans bien des cas, des femmes qui occupaient des postes de responsabilité, ont été obligées de démissionner, comme c’est le cas d’Alice Nzomukunda, contrainte à démissionner en 2006 de son poste de première vice-présidente de la République, et de Gabrielle Ntisezerana, qui a été remplacée par un homme à la tête de l’Assemblée nationale en 2007.

 
< Précédent   Suivant >
Toute l'actualité

Les parts du Fonds «AD Fixed Income», fonds monétaire marocain géré par AD Capital S.A., viennent...
[La suite...]

Le chef de l’Etat tchadien, Idriss Deby, est passé à la vitesse supérieure. Au cours de la table...
[La suite...]

En marge des travaux de l'Assemblée annuelle de la Banque africaine de développement (BAD) ouverte...
[La suite...]

Lusaka, capitale de la Zambie, vit un ballet diplomatique depuis ce matin vers 9 heures 30 avec...
[La suite...]

La fondation AfricaFrance et Sciences Po Paris s'associent dans le cadre du programme Lead Campus....
[La suite...]

Afin de permettre aux patients et aux professionnels de trouver la meilleure réponse à leurs...
[La suite...]

Autres articles

 
afrique afrique
×
×
Votre Nom :
Votre Email :





×
Votre Login :
Mot de passe :