Burundi : Les femmes réclament 30% de places dans les institutions Version imprimable
Burundi
19-03-2009

Les 30% de places réservées théoriquement aux femmes dans les institutions comme le Sénat, l’Assemblée nationale ou le Gouvernement, restent encore à conquérir, constatent les organisations de femmes.

Elles rappellent que, dans bien des cas, des femmes qui occupaient des postes de responsabilité, ont été obligées de démissionner, comme c’est le cas d’Alice Nzomukunda, contrainte à démissionner en 2006 de son poste de première vice-présidente de la République, et de Gabrielle Ntisezerana, qui a été remplacée par un homme à la tête de l’Assemblée nationale en 2007.

 
< Précédent   Suivant >
Toute l'actualité

Après Addis-Abeba et le Sud-Soudan, la représentante permanente des États-Unis à l’ONU, Nikki...
[La suite...]

Le putsch manqué de septembre 2015 n’a pas fini de révéler ses secrets et son étendue. Le général...
[La suite...]

Suite à la déclaration d’indépendance de la Catalogne adoptée par le Parlement catalan, vendredi 27...
[La suite...]

Le deuxième round de l’élection présidentielle au Kenya risque de mettre KO debout la locomotive de...
[La suite...]

Dans ce bref entretien, Nissale Berrached, directeur général de Philips pour l’Afrique du Nord et...
[La suite...]

Dans sa stratégie de développement, l’Afrique figure en bonne place sur les plans d’AccorHotels. Le...
[La suite...]

Autres articles
 
×
×
Votre Nom :
Votre Email :





×