Journal en ligne - []
Culture Alphadi, ambassadeur de la paix et du développement Version imprimable
28-10-2013
La star planétaire nigérienne de la mode et du stylisme haut de gamme, Alphadi, «Prince du Désert» sillonne les capitales du monde, de Johannesburg à New York, en passant par Paris et Londres, pour une réussite totale de la 9ème édition du FIMA qui se tiendra à Niamey du 20 au 25 novembre prochain.
 
Né à Tombouctou, au Mali, grandi au Niger, sous la tente, à l'odeur de lait de chamelle et des dattes, Alphadi (56 ans) a tout donné au continent africain et en particulier au Niger. Son savoir-faire, son bagout de magicien de la mode, de la création, de la beauté africaine dans toute sa diversité, il les a partagés avec les fils du continent. Au prix de son temps et aux sueurs chaudes de son énergie. Ses détracteurs ne cessent de faire des prêches aux allures de fatwas pour mettre du sable dans son bel projet panafricain de faire accepter l'image de la riche création africaine au monde entier. Un altruiste hors pair qui s'est révélé au fil des années, un ambassadeur itinérant «fashion mode, diplomatiquement correct» de la culture des peuples africains au banquet des civilisations universités. Durant trois décennies, Alphadi a porté ce combat aux delà des frontières du désert et des fleuves. Depuis sa création en 1988, le FIMA (Festival international de la mode africaine) qui a mûri, célèbre à chaque édition la Paix, la Culture et le Développement avec des créateurs du monde entier et les populations du Niger. Cette année, le thème de la 9 édition est : «La créativité au service de la Paix en Afrique». C’est d'abord un projet culturel titanesque avant d'être un combat politique. Interrogé par Les Afriques, dans sa résidence discrète du Plateau de Niamey, au cours d'un dîner, le Prince du Désert fulmine, sur un brin d'amertume : J'ai tout donné à l’Afrique, et surtout à mon pays cher, le Niger, j'ai gagné quoi en retour ? Allusion faite aux lenteurs du bouclage du budget du méga événement à la dimension internationale, moins de 900 millions f CFA. Une bouteille dans la mer, à l'instar des budgets du Fespaco et d'autres événements qui se déroulent sur le continent africain. Alphadi, pour qui le coeur ne vit que de la mode, ne baisse pas les armes et entend rester sur le pont. Le FIMA 2013, qui sera très urbanisé dans les couleurs virevoltantes de Niamey, va accueillir plus de 1000 participants venus de tous les coins du monde. Pôle d'attraction de la mode et de la création, le FIMA désignera des jeunes stylistes et Top Models africains les plus performants pour représenter et défendre en France la création et l'innovation africaine. Bon samaritain Alphadi !
 
I.A.
 
< Précédent   Suivant >
 
×
×
Votre Nom :
Votre Email :





×