Journal en ligne - []
Mouhamadou Youssifou «Il faut continuer à renforcer les échanges entre nos deux pays» Version imprimable
16-11-2014
L’ambassadeur du Cameroun au Maroc, S.E. Mouhamadou Youssifou, répond à nos questions concernant la coopération entre le Cameroun et le Maroc. Le diplomate évoque la bonne qualité des relations entre les deux pays et exprime son souhait de voir se renforcer les échanges notamment sur le plan économique.
 
Les Afriques : Excellence, pouvez-vous nous dire quelques mots sur la qualité des relations entre le Maroc et les pays de la Communauté économique des États de l’Afrique centrale (Cemac) ?
 
Mouhamadou Youssifou : Le Cameroun est l’un des pays fondateurs de la Cemac. Je dirais que le Maroc entretient de très bonnes relations avec les pays de la Cemac si j’en juge par les différents échanges, les différentes négociations, les mouvements des personnes et des biens. Mais je suis mieux placé pour vous parler des relations entre le Maroc et le Cameroun. Au niveau de la Cemac, je peux dire que le Maroc est un des partenaires privilégiés. Il entretient de très bonnes relations avec le Cameroun, le Gabon, la Guinée équatoriale, la République du Tchad et la République centrafricaine, en dépit du fait que ce pays frère et ami soit en crise aujourd’hui. D’ailleurs, on a vu le Maroc en première ligne pour apporter sa contribution inestimable pour la recherche d’une solution pacifique au conflit qui déchire la RCA. Donc, par ces actes, je peux dire que les relations sont très bonnes avec la Cemac.
 
LA : Où en sont les relations entre le Maroc et le Cameroun ?
 
M.Y. : Les relations entre le Maroc et le Cameroun sont très bonnes au niveau politique, économique, culturel, scientifique. Ces relations au niveau diplomatique ont été établies depuis notre accession à l’indépendance. À un certain moment, c’était notre ambassadeur à Paris qui couvrait le Maroc. Mais depuis 1988, nous avons ouvert une ambassade sur place, et un ambassadeur est nommé ici à Rabat. Le Maroc a toujours eu un ambassadeur au Cameroun depuis l’établissement de ces relations diplomatiques. Sur le plan économique, nous avons de très bonnes relations qui vont crescendo, en dépit du fait que les échanges sont en deçà de nos potentialités et des voeux exprimés par nos deux hauts dirigeants, à savoir Son Excellence le président Paul Biya et Sa Majesté le Roi Mohammed VI.
 
Depuis une dizaine d’années déjà, ces relations vont en se densifiant dans le domaine économique. Nous avons notamment assisté à l’entrée fulgurante des entreprises marocaines dans le paysage économique camerounais. Je peux citer pour exemple Attijariwafa bank, l’Office national de l’eau et de l’électricité (ONEE) qui est aujourd’hui le principal distributeur d’eau au Cameroun. Je peux aussi citer la société Addoha dans l’immobilier qui vient d’achever la construction d’une cimenterie d’une capacité de 500 000 tonnes par an. Un terrain aété mis à la disposition de la société Addoha pour entamer la construction de logements sociaux à Yaoundé d’abord, ensuite à Douala et plus tard dans d’autres villes. Nous avons aussi la société Buzzichelli Maroc qui a remporté il y a deux ans un contrat pour la construction d’une centrale thermique pour le compte de la société camerounaise de raffinage. Le premier volet de ce projet a déjà été livré à la grande satisfaction des deux parties. Et on a entamé la construction du deuxième volet. Donc, vous voyez bien, petit à petit, nos relations évoluent dans le bon sens. De plus en plus, des investisseurs privés marocains s’intéressent au Cameroun. Mais nous avons encore beaucoup d’attentes…
 
LA : Quels sont les principaux axes de la coopération entre les deux pays ?
 
M.Y. : Nous avons tenu en septembre 2012 la grande commission mixte de coopération qui est une occasion pour les deux pays de passer en revue toutes les relations. Que ce soit les relations économiques, politiques, culturelles ou scientifiques que les deux pays entretiennent. Nous avons vu ce que nous avons pu faire ensemble, ce qui est en instance, et tracé le chemin à suivre. D’abord, nous avons essayé de toiletter le cadre juridique avec la signature de certains accords, qui vont permettre aux investisseurs de se sentir à l’aise. D’ailleurs, le chef de l’État camerounais a ratifié récemment l’accord entre la République du Cameroun et le Royaume du Maroc pour la promotion des investissements et pour éviter la double imposition et l’évasion fiscale. Nous avons signé et ratifié certains accords en matière d’urbanisme et de l’habitat. Nous avons aussi signé un accord sur le transport aérien, maritime et terrestre, un accord sur la coopération en matière de formation professionnelle, dans le domaine de l’enseignement supérieur, dans le domaine de l’artisanat.
 
LA : Quels sont vos souhaits pour redynamiser la coopération entre le Cameroun et le Maroc ?
 
M.Y. : Le voeu d’un ambassadeur, c’est toujours de chercher à renforcer les relations entre les pays. Moi, mon souhait, c’est que ces relations évoluent en se densifiant et en se diversifiant. Au-delà des déclarations et de la bonne volonté, il faut du concret. Nous avons les textes qui sont signés. Mais ces textes ont beau être bien, il faut que ça produise quelque chose. Dans le domaine du transport par exemple, il faut qu’on puisse transporter les biens pour qu’il y ait des échanges. Il y a déjà le port de Tanger-Med, mais il faut une ligne directe entre le Maroc et le Cameroun. Il y a déjà une ligne aérienne quasi quotidienne, mais il nous faut une ligne maritime pour les marchandises et les personnes. Par exemple, le Cameroun importe du Maroc des matériaux de construction, des produits finis et semi-finis, de l’engrais chimique, des transformateurs, des produits électriques, etc. En retour, le Maroc importe du bois, du coton, des bananes, etc. Il faut une ligne martine pour le transport de ces marchandises. Les choses évoluent dans le bon sens. Nous avons bon espoir qu’un jour on sera au niveau des attentes de nos populations et de nos dirigeants.
 
Propos recueillis par Ibrahim Souleymane
 
< Précédent   Suivant >
 
×
×
Votre Nom :
Votre Email :





×