Journal en ligne - []
S’ériger en référence en Afrique Version imprimable
28-10-2013
Entretiens croisés de 2 managers du marché nigérien de l'assurance, Seydou Boukari et Binta Tini, respectivement DG d’UGAN-IARD et d’UGAN-VIE Niger. Le tandem gagnant adossé au groupe international SUNU fait le point avec sur l'évolution des 2 branches, leur vision, ... et ambitions en 2016.
 
Les Afriques : Depuis sa création en 1988, le groupe SUNU a réalisé des pas de géant dans le secteur de l'assurance en Afrique. Pouvez vous nous présenter le groupe dans ce contexte d'ébullition du marché ?
 
Seydou Boukari : Le groupe SUNU est né en 1998 par la création de SUNU Finances Holding par M. Pathé DIONE, ancien directeur Afrique de AXA-UAP.
 
Aujourd’hui, le groupe est fort de 18 sociétés d’assurance et est le premier assureur vie de la zone CIMA. Le groupe a réalisé un chiffre d’affaires de 81 milliards de f CFA en 2012 et a géré, sur la même période 228 milliards de f CFA d’actifs. Son ambition est d’être le groupe africain d’assurance de référence par sa solidité financière et son professionnalisme.
 
LA : Parlez nous du tandem UGAN -IARD et UGAN-Vie ?
 
S.B. : En 1984, une société d'assurance de droit nigérien avec un capital de 500 millions de f CFA, dénommée Union Générale des Assurances du Niger (UGAN) fut agréée par arrêté n° 405 du 13/12/84. Elle avait comme actionnaires l’UAP, AGF et des Privés nigériens.
 
Elle débuta ses activités en 1985 avec un effectif d’une centaine de personnes et un chiffre d'affaires d’environ de 1,6 milliards de f CFA.
 
En 2000, à la faveur d'une recapitalisation ayant porté son capital à 638.843.000 f CFA, le groupe SUNU a repris le contrôle de la société avec une spécialisation en assurance dommage sous la raison sociale UGAN-IARD.
 
En 2001, UGAN-IARD crée une filiale dénommée UGAN-Vie, chargée spécialement des opérations d'assurance Vie.
 
En 2010, le capital social de l’UGAN-IARD sera porté à un milliard (1 000 000 000) f CFA. En 2012, l’UGAN-IARD a 90 collaborateurs directs, 4,03 milliards de chiffres d’affaires. UGAN-IARD est une société citoyenne qui a toujours été aux cotés des populations les plus démunies.
 
LA : Quelle est la place de UGAN-IARD sur le marché des assurances au Niger ?
 
S.B. : En janvier 2013, l’UGAN-IARD a fêté ses vingt-huit (28) ans d’existence. Alliant modernisme et professionnalisme, leader du marché nigérien jusqu’en 2011, l’UGAN-IARD confirme sa place d’assureur de référence au Niger. A travers son réseau de 11 agents généraux,UGAN-IARD est représentée dans toutes les régions du pays. Son réseau de distribution est également élargi par un partenariat solide avec des courtiers nationaux et internationaux.
 
LA : Quelles sont les difficultés rencontrées et quelles solutions sont envisagées ?
 
S.B. : L’environnement économique est aujourd’hui caractérisé par la mondialisation. Les effets de la crise financière internationale se ressentent au niveau des tous les secteurs, et en particulier celui des assurances.
 
Nous sommes aussi dans un marché concurrentiel assez difficile et où la culture d’assurance n’est pas bien ancrée. En effet, depuis une dizaine d’années, le marché nigérien d’assurance n’a pas progressé de façon significative.
 
L’UGAN-IARD a su néanmoins, dans cet environnement, se bâtir une renommée incontestée grâce à sa solidité financière permettant un prompt règlement des sinistres et à la crédibilité de ses partenaires.
 
Aussi, nous apportons à nos assurés des solutions concrètes à leurs besoins par des produits adaptés, toutes branches confondues.
 
LA : Quelles sont les perspectives de développement de votre société
 
S.B. : Comme indiqué ci-haut, l’un des socles de la réputation de notre société c’est la performance de son système d’indemnisation. Nous nous engageons à améliorer celui-ci encore, pour d’avantage fidéliser les clients en portefeuille et en attirer de nouveaux. Nous envisageons de mettre sur le marché des produits innovants permettant de toucher une cible plus large d’assurés.
 
Parmi ces nouveautés, on peut citer une gamme de produits individuels, en vue d’assurer une large couverture au plus grand nombre d’assurés à des primes adaptées aux revenus les plus faibles.
 
Nous envisageons également de concert avec d’autres partenaires, de mettre en place des produits de micro assurances pour sécuriser les activités économiques de tailles modestes. Nous envisageons aussi de vulgariser certains produits d’assurance, encore méconnus du grand public, alors qu’ils offrent une bonne protection à moindre coût.
 
LA : Pouvez vous nous faire une esquisse de l'historique de UGAN-VIE Niger ?
 
Binta Tini : UGAN - VIE ou Union Générale des Assurances du Niger - Vie a été créée en 2000 avec un capital de 580 millions f CFA.
 
Aujourd’hui son capital est passé à 1 728 0000 f CFA et la société est détenue à plus de 70% par le Groupe SUNU.
 
Notre activité réside dans la collecte de l’épargne la protection des personnes.
 
LA : Quelle est la place de UGAN-VIE sur le marché des assurances au Niger ?
 
B.T. : Notre Société est la première société d’Assurance Vie à avoir vu le jour sur le marché nigérien. Nous nous efforçons de conserver notre position de leader car nous allions professionnalisme et technicité.
 
LA : Quelles sont les difficultés que vous rencontrez dans l’exercice de votre métier et quelles solutions vous envisagez ?
 
B.T. : La difficulté première est de faire prendre conscience de la nécessité de l’assurance vie. Les gens sont assez frileux quand on parle de leur propre décès ou ont parfois du mal à pouvoir épargner sur le long terme. Nous voulons changer cela et faire comprendre à nos compatriotes que les différents typesd’assurance que nous leur proposons peuvent les mettre (ainsi que leur famille) à l’abri des aléas de la vie. Pour ce faire, nous avons un service commercial dynamique composée d’une vingtaine de commerciaux qui sillonnent le pays afin d’expliquer, à la population, pourquoi il est important de penser à son avenir et à celui de sa famille.
 
Nous communiquons aussi sous diverses formes et nous nous savons que les choses évoluent petit à petit.
 
LA : Quelles sont les perspectives de développement de vos sociétés respectives ?
 
B.T. : UGAN-VIE est en train de mettre sur pied des produits innovants qui seront disponibles dans les prochains mois et vraiment adaptés aux besoins de nos populations.
 
De même, nous voulons développer la bancassurance pour donner l’opportunité à nos clients de se procurer des produits d’assurance simples, souvent peu onéreux, avec un paiement de primes adapté à leurs capacités (par mensualités) carl’accessibilité est aisée via le réseau bancaire. Nous sommes également sur le point de signer un partenariat avec une société de téléphonie locale pour vendre des produits d’assurance via le téléphone portable. Nous voulons également faire de UGAN-VIE, la société leader en assurance-vie comme c’est le cas du Groupe SUNU pour l’assurance-vie dans la zone afrique francophone. En effet, sur les 17 sociétés du groupe, 10 sont des sociétés vie qui occupent pour la plupart la première place sur leurs marchés respectifs.
 
LA : Quels sont les produits que vous offrez à la clientèle ?
 
B.T. : Nous avons deux types de produits que nous vendons. Des produits groupes souscrits par les entreprises au profit de leurs salariés tels que l’indemnité de fin de carrière, le plan collectif retraite ,la prévoyance entreprise et aussi le décès-emprunteur ensuite, les contrats individuels souscrits par les salariés eux-mêmes à titre personnel à savoir l’horizon retraite, l’avenir enfant, Atlantique fortune, Alheri et la sécurité familiale.
 
Propos recueillis par
Ismael Aidara, à Niamey
 
< Précédent   Suivant >
 
×
×
Votre Nom :
Votre Email :





×