Journal en ligne - []
DOSSIERDOSSIER SPECIAL
DOSSIERAttijari Assurance, un coup de maître en une année d'exercice
DOSSIERMaroc Wafa Assurance toujours leader
DOSSIERGroupe Sonam Le fleuron de l'assurance
DOSSIER «L'Afrique représente un marché de 11 Mrds de € (hors Afrique du Sud) avec des...
DOSSIERLe secteur des assurances africain Entre potentiel et contraintes des risques
DOSSIER «Notre ambition est d'acquérir une plus grande part de marché et surtout nous positionner comme...
DOSSIERTchad Un marché vierge mais prometteur à un horizon proche
DOSSIERRaqui Wane Kane Une pionnière du courtage au Sénégal
DOSSIER «Les provisions techniques ont atteint, en 2012, le montant de 30 806 millions de f...
DOSSIER «Les actifs placés par les assureurs dans les secteurs économiques et financiers sont de 1...
DOSSIERTemps forts de la 38ème Assemblée générale de la Fanaf
DOSSIERDavid vs Goliath Le middle market fait sa mue
DOSSIERYALI du président Obama
DOSSIERChine Vs Etats Unis Ou les chimères d'une complémentarité
DOSSIERC2D-France Nouveau mécanisme bilatéral
DOSSIERProparco Grandes ambitions pour le secteur privé africain
DOSSIERAFD Afrique subsaharienne, zone d'intervention prioritaire ?
DOSSIERL'Agence française de développement, puissante machine de solidarité financière ?
DOSSIERJapon Une diplomatie discrète mais influente
DOSSIEREtats Unis-Afrique Entre retraits et engagements
DOSSIERInde–Afrique Un horizon géostratégique
DOSSIERLes BRICS se bousculent en Afrique
DOSSIERA la conquête des marchés africains
Temps forts de la 38ème Assemblée générale de la Fanaf Version imprimable
30-05-2014
Après Dakar, Kigali et Yaoundé, la capitale du Burkina Faso (Ouagadougou), pour la troisième fois, abrite du 17 au 23 février 2014, la 38ème Assemblée générale de la Fédération des sociétés d’assurances de droit national africaines (Fanaf). L’activité est dominée dans la zone CIMA par la Côte d’Ivoire, le Cameroun, le Gabon, cette année qui supplante le Sénégal.
 
A la conférence de la Fanaf (Fédération des sociétés d’assurances de droit national africaines), ouverte lundi 17 février à Ouagadougou, sous la présidence effective du Premier ministre du Burkina, Luc Adolphe Tiao, et du ministre des Finances, la capitale du Burkina Faso a déroulé le tapis rouge au nouveau président de la Fanaf, Adama Ndiaye. Plus de 650 délégués venus d’Afrique et du monde conviés à ce grand rendezvous annuel, qui a battu le record de mobilisation, se sont penchés sur le thème «Les nouveaux horizons de l’assurance africaine». Le CEO du groupe panafricain bancaire Ecobank, Thierry Tanoh, était l’invité d’honneur de cette assemblée générale. Sa communication très attendue par les participants a porté pour la journée inaugurale sur le rôle des banques dans le financement de l’industrie de l’assurance en Afrique. Parent pauvre du marché mondial de l’assurance, le continent peine encore à franchir la barre de 1% des primes émises. Malgré la cuvée d’assainissement de certaines compagnies d’assurances défaillantes vis-à-vis du code CIMA, le chemin reste parsemé d’embûches. Certes, attractif aux yeux des investisseurs et compagnies d’assurance pour ses niches d’opportunités et de croissance, sous-exploitées, le marché africain devra s’adapter aux nouvelles mutations que lui impose la mondialisation. C’est tout l’enjeu de ces quatre jours de discussions de la Fanaf à Ouagadougou. Les délégués (directeurs généraux, experts, fonds d’investissement, institutions de financement, banques, agences de courtage et de notation) ont débattu lors des tables rondes et ateliers autour des questions liées à la prise en charge des produits innovants et les mécanismes de financement, de l’assurance agricole, des placements, de la responsabilité sociale des entreprises d’assurances, de l’économie du futur, des investissements alternatifs, pour une économie de croissance de l’industrie de l’assurance plus compétitive, a révélé un rapport de la Fanaf, parcouru par Les Afriques.
 
833 milliards de f CFA de chiffre d’affaires
 
Globalement, le marché est resté très dynamique soutenu par un environnement des affaires stable. Si la hiérarchie de la configuration du marché n’a pas évolué encore sous le monopole des grands groupes appelés majors (Allianz, AXA, Sunu, NSIA, Colina) et non des moindres le réseau Globus, le middle market de l’assurance lui fait sa grande mue. Une sorte de troisième voie royale qui s’est frayé un chemin et qui commence à s’imposer sur le marché. Timidement mais sûrement avec des appétits grandioses. Ces deux dernières années, des sociétés de petite taille, entre autres la Fedas dont la maison mère est au Bénin, Beneficial Life-VIE (Cameroun), la SAAR (Cameroun), la Prévoyance Assurance Sénégal, Lafia Mali ont fait leur entrée dans la cour des grands.
 
Le marché a généré fin 2012 un chiffre d’affaires de l’ordre de 833,3 milliards de f CFA contre 807,4 milliards de f CFA pour l’exercice 2011. Un bond salutaire qui confirme que le secteur se porte à merveille. Les majors se partagent 92% des volumes financiers engrangés à la fin de l’activité 2012, laissant la portion congrue au middle market qui grignote entre 5 et 8% du marché. En zone CIMA, le marché IARD et Vie reste dominé par le quarté gagnant avec en tête la Côte d’Ivoire, le Cameroun, le Sénégal talonné par le Gabon. Ce pays requinqué par le potentiel et le boom de ses industries extractives tient bien les cartes en main pour bousculer l’ordre établi. Son premier objectif est de ravir au Sénégal sa troisième place. Ces quatre pays ont collecté des primes en vie et non-vie d’un montant de plus de 551,1 milliards de f CFA.
 
Le Gabon est parvenu à supplanter le Sénégal, en occupant cette année la troisième place (volumes financiers cumulés Vie et IARD) reléguant le Sénégal en quatrième position. Signe de vitalité du secteur depuis ces trois dernières années avec le boom pétrolier et le bond de croissance tirés des produits de substances minérales.
 
Adama Ndiaye prend le relais
 
Ce raout qui consacre l’élection d’un nouveau président après les mandats du Camerounais Protais Ayangma peut être considéré comme un nouveau départ pour le développement et l’émergence du secteur de l’assurance en Afrique. C’est le Sénégalais Adama Ndiaye qui a succédé au Camerounais Protais Ayangma, à la tête de la Fédération des sociétés d’assurances de droit national africaines (Fanaf).
 
Adama Ndiaye sera à la tête de la Fanaf pour un mandat de trois années, renouvelable une seule fois. Il est le président du conseil d’administration d’AMSA Assurances au Sénégal.
 
Ismael Aïdara,
Envoyé spécial à Ouagadougou
 
< Précédent   Suivant >
 
×
×
Votre Nom :
Votre Email :





×