Journal en ligne - []
ZOOMMarrakech Grand-messe de l'African Leadership Network
PIED DE LETTREExpo Milano 2015 Le know-how qui met en valeur
RELATIONS INTERNATIONALESSyrie Rencontre au sommet à Vienne
DOSSIERBanques Partenariat Attijariwafa bank-Icici Bank
DOSSIERCôte d'Ivoire L'indien Tata va investir plus de 300 milliards de f CFA
DOSSIERInde-Afrique Plaidoyer du Roi du Maroc pour la coopération Sud-Sud
DOSSIERInde-Afrique 100 milliards $
Entreprises et MarchésCÔTE D'IVOIRE Distribution de 224 Mrds de f CFA par Randgold Resources à ses actionnaires
Entreprises et MarchésSÉNÉGAL OPV de Suneor, les derniers rebondissements
Banque - AssurancesBMCE BANK OF AFRICA Nouvelle campagne de marque
Banque - AssurancesBMCE Bank et Maroc Export innovent avec African Business Connect
Banque - AssurancesBANQUES Attijariwafa bank lance une nouvelle campagne institutionnelle
Banque - AssurancesBANQUES Rapprochement Afreximbank-Dangote Group
BoursesANGOLA Sortie sur le marché international pour un eurobond
BoursesDETTE SOUVERAINE Confirmation des notes S&P du Cameroun et du Maroc
Politique - EconomieCharles Konan Banny jette l'éponge
Politique - EconomieCÔTE D'IVOIRE Ouattara reconduit son sherpa
Politique - EconomieMALI La France débloque 360 millions d'euros pour la relance économique
Politique - EconomiePRÉSIDENTIELLE CÔTE D'IVOIRE Tsumani d'ADO à 83,66%
Politique - EconomieLes axes clés du projet de gouvernance pour le dernier mandat de Ouattara
Politique - EconomieLes nouveaux défis d'Alassane Ouattara
Politique - EconomieNIGER Hama Amadou cherche-t-il une protection auprès d'Henri Konan Bedié ?
Politique - EconomieMAROC Phosboucraâ, filiale d'OCP, pour l'optimisation des ressources au Sud
Politique - Economie40ÈME ANNIVERSAIRE DE LA MARCHE VERTE Discours royal fondateur et mobilisateur
Politique - EconomieSahara marocain, les avancées vues par le HCP
Politique - Economie MAROC Près de 14 Mrds d'euros pour la 2ème tranche du Plan de développement du...
Politique - EconomieCLASSEMENT DOING BUSINESS 2016 Des progrès en Afrique au sud du Sahara
Tunisie Un marché bancaire atomisé Version imprimable
22-09-2014
Le marché bancaire tunisien a moins de 60 ans. Les 20 dernières années ont été riches en évolution pour ce jeune marché. Aujourd’hui, très atomisé, le secteur tente de réussir une nouvelle réforme.
 
Alors qu’historiquement la Tunisie est parmi les premiers pays de la région MENA à introduire des réformes financières, le secteur bancaire tunisien souffre aujourd’hui d’une fragmentation qui entrave le développement du secteur. Globalement, le système bancaire tunisien est composé de 18 petites banques locales et de trois grandes banques, contrôlées par l'État. Selon une étude réalisée en janvier dernier par Kurt Salmon, l’un des leaders mondiaux du conseil en stratégie et transformation d’entreprise, au lendemain de l’indépendance de la Tunisie en 1958, la création des 3 grandes banques publiques a permis de financer les secteurs clés de l’économie tunisienne. La BNA, la STB et plus tard la BH dépendent totalement de l’État pour leurs recrutements, leurs choix d’investissements et la gestion de leurs politiques de crédit. En parallèle, les premières banques privées apparaissent en Tunisie. Elles seront bridées dans leurs actions jusqu’à la loi de Finances de 1990.
 
À partir de cette date, les banques privées ont pu jouer leur rôle en contribuant aux financements des entreprises et des ménages. Suite à la loi de Finances 2001, on assistera à la création des banques d’investissement. En effet, ces dernières permettent l’arrivée et la gestion de capitaux étrangers sur le marché tunisien en provenance principalement des émirats du Golfe, tels que le Qatar, le Koweït… Ainsi, les banques ont changé de statut afin de pouvoir collecter des dépôts. En cette même période, début des années 2000, le marché tunisien verra l’arrivée des grands acteurs internationaux, tels que BNP, SG et Attijariwafa bank. Le développement de l’UIB par le groupe SG a été endigué par l’ancien régime. En revanche, le consortium mené par Attijariwafa bank a transformé la Banque du Sud, moribonde, en un acteur de premier plan et a dynamisé le marché bancaire. Dans ce même contexte, on assiste à l’émergence de la banque islamique avec la création de la banque Zitouna en 2009. Première banque islamique du Maghreb, la banque Zitouna a suscité beaucoup d’enthousiasme lors de son lancement. Aujourd’hui, c’est la «BIP» qui envisage d’en prendre le contrôle. Par ailleurs, actuellement, les indicateurs du secteur bancaire poussent à l’optimisme, ils sont à la hausse, malgré un fléchissement du taux de progression des crédits.
 
Sanae Taleb
 
< Précédent   Suivant >
 
×
×
Votre Nom :
Votre Email :





×