Guinée équatoriale : les sociétés étrangères sommées de faire du social Version imprimable
12-03-2009

Le président Nguema a réuni une trentaine d’entreprises étrangères pour les sommer d’investir 0,5% de leurs bénéfices dans des infrastructures sociales.

ngema.jpg

Le président Nguema a réuni une trentaine d’entreprises étrangères pour les sommer d’investir 0,5% de leurs bénéfices dans des infrastructures sociales.

La Guinée équatoriale a sommé les sociétés étrangères installées dans le pays d’investir 0,5% de leurs bénéfices dans la construction d’infrastructures sociales dans le pays. Cette obligation date de 2007, mais n’avait guère été suivie d’effet. Pourtant, elle n’était pas sans contrepartie. Le gouvernement avait cédé gracieusement des terrains aux entreprises étrangères pour la construction de leurs sièges. Le président de la République, Teodoro Obiang Nguema, a en conséquence réuni les responsables de la trentaine de sociétés étrangères concernées pour leur rappeler leurs obligations.

« Ces sociétés, qui amassent beaucoup d’argent qu’elles envoient dans leurs pays d’origine grâce à la prospérité de la Guinée équatoriale, se doivent aussi de destiner au moins 0,5% de leurs bénéfices dans la construction d’infrastructures sociales afin de contribuer au développement », s’est ému à l’issue de la rencontre le vice-ministre des Infrastructures, Alejandro Micha Nsue.

Aucun délai n’a toutefois été fixé pour le respect de cette obligation.

Les infrastructures concernées sont des écoles, des logements à coût modéré, des établissements sanitaires et des routes.

CES

(Article du numéro 64 du  26 février au 4 mars 2009)

 
< Précédent   Suivant >
 
×
×
Votre Nom :
Votre Email :





×