Accès abonné :              


Journal en ligne - []
PIED DE LETTRELa leçon non sue de Mandela
RELATIONS INTERNATIONALESOMC Entre échec et espoir
DOSSIERAhmed Ezz Condamné mais riche
DOSSIERAli Wakrim Le discret d'Akwa Group
DOSSIERStrive Masiyiwa Un pionnier de la libéralisation des télécoms en Afrique
DOSSIERMoulay Hafid Elalamy Le patron 2.0
DOSSIERMohamed Bensalah La force douce des affaires
DOSSIERTony Elumelu Le Nigérian qui monte, qui monte
DOSSIERRostam Azizi Premier milliardaire tanzanien
DOSSIERAnas Sefrioui Addoha, c'est moi
DOSSIERSamih Sawiris Un «Swiris» en cache un autre
DOSSIERSudhir Ruparelia L'Ougandais le plus riche
DOSSIERTheophilus Danjuma Le général philanthrope
DOSSIERMiloud Chaabi Le self-made-man
DOSSIERAziz Akhannouch Le ministre homme d'affaires
DOSSIEROnsi Sawiris Le patriarche
DOSSIERStephen Saad A la tête du plus grand groupe pharmaceutique d'Afrique
DOSSIERKoos Bekker Le magnat des médias sud-africains
DOSSIERMohammed VI Le royal homme d'affaires
DOSSIERPatrice Motsepe Le sémillant minier
DOSSIERYasseen Mansour La fortune, la fraude et moi…
DOSSIEROthman Benjelloun Le leader
DOSSIERFolorunsho Alakija Une femme magnat du pétrole
DOSSIERYoussef Mansour Maître du Métro au pays du Nil
DOSSIERNaguib Sawiris Les télécoms c'est son métier
DOSSIERIssad Rebrab Le privilégié de l'Élysée
DOSSIERIsabel Dos Santos Se fait un prénom
DOSSIERMohamed Mansour Un jongleur en politique et économie
DOSSIERMike Adenuga De la dentelle à Globacom
DOSSIERChristoffel Wiese Le magnat de la distribution
DOSSIERNassef Sawiris Le vrai pharaon de l'Égypte
DOSSIERNicky Oppenheimer Le diamantaire philanthrope
DOSSIERJohann Rupert Discrétion et franc-parler
DOSSIERAliko Dangote Un self-mademan devenu milliardaire
Entreprises et MarchésTUNISAIR Première compagnie d'Afrique à bénéficier de la nouvelle génération A320
Entreprises et MarchésTUNISIE Le taux de la dépendance énergétique atteint 40%en octobre 2014
Entreprises et MarchésMAROC OCP double ses exportations vers l'Afrique en une année
Entreprises et MarchésMAROC i-conférence met en avant la poste africaine
Banque - AssurancesBID 98,4 millions de $ en faveur de 4 pays au sud du Sahara
Banque - AssurancesL'assureur panafricain SUNU blinde ses coffres
Banque - AssurancesCAMEROUN Chanas-Assurances cherche de nouveaux dirigeants
Banque - Assurances75 milliards de f CFA de la Banque mondiale pour la formation en Afrique
Bourses GABON Emission de 25 milliards de f CFA de titres sur le marché de la...
BoursesCAMEROUN Les grandes lignes de l'emprunt obligataire de 150 milliards de f CFA
BoursesBOURSE DE TUNIS Hausse du revenu global des sociétés cotées
Politique - EconomieMALI Reprise des avances du Fonds monétaire international
Politique - EconomieBURKINA FASO Nouvel appui budgétaire de la Banque mondiale
Politique - EconomieNIGÉRIA Boko Haram sème la terreur dans le nord
Politique - EconomieFRANCOPHONIE Michaelle Jean, nouvelle secrétaire générale
Politique - EconomieFRANCOPHONIE Le rendez-vous de Dakar
Politique - EconomieTUNISIE Le taux de croissance s'élève à 2,3%, durant le 3ème trimestre 2014
Maroc : manifestations, démonstration de force pour le oui Version imprimable
29-06-2011

Ils avaient annoncé marquer les esprits en organisant une manifestation grandiose, dimanche 26 juin, à travers tout le royaume en faveur du oui au projet de la nouvelle Constitution. Au vu du million de manifestants (selon les initiateurs de la marche), le comité d’organisation, composé de membres du Mouvement Matkich Bladi, de la Tarikha Kadiria Boutchichiya, de partis politiques, de syndicats et d’associations issues de la société civile, a réussi son pari.

23_roi_M6.jpg

Mohammed VI a pu mesurer sa popularité avec cette manifestation grandiose en faveur du oui, dimanche 26 juin, à travers tout le royaume.

A l’issue de la gigantesque procession du dimanche 26 juin à Casablanca, les rapports de force entre les partisans du oui à la nouvelle Constitution, qui sera soumise au vote référendaire vendredi 1er juillet, et ceux opposés à son soutien, sont devenus nets. Ce fut un franc succès pour Matkich Bladi, la Tarikha Kadiria Boutchichiya, les partis politiques, les syndicats et associations de la société civile qui ont organisé cette impulsion.

 

Noir de monde

Contrairement aux sit-in et aux marches organisés par le mouvement du 20 février qui s’essoufflent, n’arrivant à rassembler que quelques centaines de manifestants, les partisans du oui au projet de la nouvelle Constitution ont réussi à rendre noires de monde les rues de Casablanca, dimanche 26 juin. Entamée vers 17h30, depuis le boulevard Bouchaib Doukkali, la procession, qui a longé l’avenue Mohammed VI jusqu’au carrefour de la place de la Victoire à Derb Omar, a compté en son sein plusieurs personnalités et leaders de la vie politique marocaine. Des slogans en faveur du oui, des pancartes à l’effigie du roi et des étendards aux couleurs du Maroc présentés sous différentes formes ont agrémenté le cortège. A l’image de Casablanca, d’autres grandes agglomérations ont vu des militants et sympathisants du oui sortir en masse pour un raz-de-marée au référendum.

A l’issue de la gigantesque procession de dimanche 26 juin, à Casablanca, les rapports de force entre les partisans du Oui à la nouvelle Constitution qui sera soumise au vote référendaire, vendredi 1er juillet.

Ainsi, Casablanca a enregistré quelque 300 000 participants, au moment où Marrakech réunissait 55 000 manifestants, alors que 45 000 citoyens ont scandé oui respectivement à Tétouan et Safi. Ce fut le même son de cloche à Tanger, à Nador, à Fès, où plusieurs dizaines de milliers de personnes se sont exprimées.

Abdessamad Ghazi, membre du comité d’organisation et membre de la Tarikha Kadiria Boutchichiya, n’y est pas allé par quatre chemins pour exprimer les raisons de leur participation. Sans équivoque, il a soutenu : « Nous participons, aujourd’hui, à cette marche pour dire dans un esprit spirituel, citoyen et sincère oui à la nouvelle Constitution du royaume. »

 

La société marocaine

De l’avis de plusieurs responsables participant à la marche, c’est parce que la révision constitutionnelle va de pair avec les évolutions que connaît la société marocaine, ainsi qu’avec les mutations en cours dans le monde arabe, qu’elle reçoit un appui inconditionnel. « N’est-ce pas que la nouvelle Constitution appelle à la citoyenneté active, à la bonne gouvernance, à l’intégrité territoriale, à l’unité d’une nation fière de ses racines multiples ? », s’interrogent-ils.

MBF

 
< Précédent   Suivant >