Accès abonné :              


Journal en ligne - []
PIED DE LETTRErédacteur en chef exécutif Capitalisons sur les patrimoines
DOSSIERTunisie Un marché bancaire atomisé
DOSSIERNIGER Sahfi, un propulseur dynamique de la garantie de financement des porteurs de projets
DOSSIERNIGER Abdoulaye Djadah, un pro du secteur à la Bagri
DOSSIERBOA Niger Leadership confirmé sur la place financière de Niamey
DOSSIERCoris Bourse Plus d'une corde à son arc
DOSSIEREn complément du dispositif du groupe Coris
DOSSIERBurkina Faso La BHBF maintient la cadence
DOSSIERIntermédiation financière La Colombe Groupe, un acteur majeur dans la bancarisation en zone Uemoa
DOSSIER Ecobank Sénégal «Un résultat net de 6 milliards de f CFA, soit un bond de...
DOSSIERBanques nationales Gare au feu de paille
DOSSIERBanque Atlantique «La banque a connu une croissance fulgurante ces quatre dernières années»
DOSSIERMésofinance La montée en puissance d'un nouveau service financier alternatif en Afrique
DOSSIERSénégal CBAO Attijari blinde son coffre
DOSSIERCBAO Tremplin de projets structurants
DOSSIERAfrique L'offensive des banques étrangères
DOSSIER UBA «Nos efforts de soutien au financement du secteur privé national tournent autour de 40...
DOSSIERBancarisation en Afrique Le gap reste important
DOSSIERBMCE Bank Acteur financier de référence
DOSSIERÉbullition et lutte dans le secteur bancaire
Entreprises et MarchésMAROC «Ajewae», une nouvelle stratégie du transport aérien
Entreprises et Marchés CAMEROUN Des bailleurs de fonds mobilisent 3 000 Mrds de f CFA pour l'exploitation de...
Entreprises et MarchésMAROC 16,3 millions d'internautes et un engouement croissant pour les TIC
EditorialLe combat des titans
EditorialMigration Rien n'a été fait !
Banque - AssurancesCAMEROUN Forte augmentation des prêts bancaires
BoursesFINANCEMENTS DES INFRASTRUCTURES Lancement du DAA (Dakar Agenda for Action)
FocusAlgérie Programme économique du gouvernement d'Abdelmalek Sellal
Politique - EconomieLe Cameroun et le Congo bientôt reliés par une route bitumée
Maroc : manifestations, démonstration de force pour le oui Version imprimable
29-06-2011

Ils avaient annoncé marquer les esprits en organisant une manifestation grandiose, dimanche 26 juin, à travers tout le royaume en faveur du oui au projet de la nouvelle Constitution. Au vu du million de manifestants (selon les initiateurs de la marche), le comité d’organisation, composé de membres du Mouvement Matkich Bladi, de la Tarikha Kadiria Boutchichiya, de partis politiques, de syndicats et d’associations issues de la société civile, a réussi son pari.

23_roi_M6.jpg

Mohammed VI a pu mesurer sa popularité avec cette manifestation grandiose en faveur du oui, dimanche 26 juin, à travers tout le royaume.

A l’issue de la gigantesque procession du dimanche 26 juin à Casablanca, les rapports de force entre les partisans du oui à la nouvelle Constitution, qui sera soumise au vote référendaire vendredi 1er juillet, et ceux opposés à son soutien, sont devenus nets. Ce fut un franc succès pour Matkich Bladi, la Tarikha Kadiria Boutchichiya, les partis politiques, les syndicats et associations de la société civile qui ont organisé cette impulsion.

 

Noir de monde

Contrairement aux sit-in et aux marches organisés par le mouvement du 20 février qui s’essoufflent, n’arrivant à rassembler que quelques centaines de manifestants, les partisans du oui au projet de la nouvelle Constitution ont réussi à rendre noires de monde les rues de Casablanca, dimanche 26 juin. Entamée vers 17h30, depuis le boulevard Bouchaib Doukkali, la procession, qui a longé l’avenue Mohammed VI jusqu’au carrefour de la place de la Victoire à Derb Omar, a compté en son sein plusieurs personnalités et leaders de la vie politique marocaine. Des slogans en faveur du oui, des pancartes à l’effigie du roi et des étendards aux couleurs du Maroc présentés sous différentes formes ont agrémenté le cortège. A l’image de Casablanca, d’autres grandes agglomérations ont vu des militants et sympathisants du oui sortir en masse pour un raz-de-marée au référendum.

A l’issue de la gigantesque procession de dimanche 26 juin, à Casablanca, les rapports de force entre les partisans du Oui à la nouvelle Constitution qui sera soumise au vote référendaire, vendredi 1er juillet.

Ainsi, Casablanca a enregistré quelque 300 000 participants, au moment où Marrakech réunissait 55 000 manifestants, alors que 45 000 citoyens ont scandé oui respectivement à Tétouan et Safi. Ce fut le même son de cloche à Tanger, à Nador, à Fès, où plusieurs dizaines de milliers de personnes se sont exprimées.

Abdessamad Ghazi, membre du comité d’organisation et membre de la Tarikha Kadiria Boutchichiya, n’y est pas allé par quatre chemins pour exprimer les raisons de leur participation. Sans équivoque, il a soutenu : « Nous participons, aujourd’hui, à cette marche pour dire dans un esprit spirituel, citoyen et sincère oui à la nouvelle Constitution du royaume. »

 

La société marocaine

De l’avis de plusieurs responsables participant à la marche, c’est parce que la révision constitutionnelle va de pair avec les évolutions que connaît la société marocaine, ainsi qu’avec les mutations en cours dans le monde arabe, qu’elle reçoit un appui inconditionnel. « N’est-ce pas que la nouvelle Constitution appelle à la citoyenneté active, à la bonne gouvernance, à l’intégrité territoriale, à l’unité d’une nation fière de ses racines multiples ? », s’interrogent-ils.

MBF

 
< Précédent   Suivant >