Accès abonné :              
Journal en ligne - []
COIN DE L\'EXPERTQuel modèle de banque agricole pour l'Afrique ?
ZOOM Algérie Abrogation de l'art. 87 bis du Code du travail : quelles incidences sur la...
ZOOMSyndicats en Afrique Mythes ou réalités
DOSSIERNoellie Cecile Tiendrébéogo «Au Burkina Faso, Ecobank détient une part de marché de 20%»
DOSSIERProduction locale, une niche à explorer
DOSSIERMoussa Seck «L'arme alimentaire est autant persuasive que l'arme nucléaire est dissuasive»
DOSSIERCameroun A l'épreuve de l'agriculture de seconde génération
DOSSIERAlbert Kouatelay «Il faut consacrer une part budgétaire conséquente au financement de l'agriculture»
DOSSIERLes Agropoles de MEDZ au SIAM
DOSSIERJaâfar Khattech «L'État en Tunisie garde la mainmise sur la production agricole»
DOSSIERAfrique Le défi de l'autosuffisance alimentaire
DOSSIERKobenan Kouassi Adjoumani «Plan Maroc Vert, source d'inspiration pour nous et pour le continent»
DOSSIERLe financement, le nerf de la guerre de l'agriculture
DOSSIERHicham Laraqui Housseini «L'État joue un rôle de stratège en élaborant une politique publique volont
DOSSIERFinancement de l'agriculture en Afrique
Entreprises et MarchésAIR CEMAC Cloué au sol, faute d'assurance
Entreprises et MarchésNIGERIA Forum économique mondial pour l'Afrique
Entreprises et MarchésBURKINA FASO Rififi autour de la mine de Tambao
Entreprises et MarchésNIGER Entrée en lice de la cimenterie de Keita
Entreprises et MarchésPORT DE DAKAR Fin des travaux de dragage du chenal d'accès
Entreprises et MarchésCAMEROUN L'offensive de Bolloré dans le transport ferroviaire
EditorialNigéria, Boko Haram pour le droit d'ingérence
Banque - AssurancesGroupe Banque populaire invite ses partenaires africains
Banque - AssurancesCAMEROUN Une compagnie d'assurance conteste sa liquidation
Banque - AssurancesLe groupe bancaire United Bank of Africa relifte sa stratégie de management interne
Banque - AssurancesSENEGAL La BIS accorde 10 Mrds de f CFA pour la campagne d'arachide
BoursesCÔTE D'IVOIRE Lancement officiel de l'Eurobond 2014
BoursesSENEGAL Le Fongip et Ecobank s'engagent pour garantir les financements destinés aux PME sénégalaises
Politique - EconomieCroissance économique au Sud du Sahara Le club des 7 meilleures économies de l'année 2013
Politique - EconomieMALI Moussa Mara réussit son premier examen de passage au Parlement
Politique - EconomieMAROC La Caisse de compensation dans le collimateur…
Afrique : besoin de démocratie en hausse Version imprimable
10-06-2009

La démocratie a les faveurs de 72% des Africains, selon Afrobaromètre. Au Botswana, champion de la bonne gouvernance, ils sont même 85%.

Chérif Elvalide Sèye, Dakar

 

Malgré les violences consécutives aux joutes électorales, comme au Kenya ou encore au Zimbabwe, malgré les coups d’Etat en Guinée-Bissau, en Guinée, en Mauritanie, malgré parfois l’aggravation de la pauvreté, la démocratie conquiert de plus en plus d’Africains.

Selon Afrobaromètre, en moyenne, 72% des Africains soutiendraient la démocratie. Toutefois, cette moyenne cache de grandes disparités entre les pays. Ils sont 85% au Botswana.

 

Collecter des données fiables et scientifiques

L’évolution se fait en dents de scie. En 1999, ils étaient 68% à partager ce sentiment. C’était à la fin de la décennie de la démocratie, avec l’organisation des conférences nationales. L’enquête suivante en 2002 était marquée par un recul de l’intérêt pour la démocratie. La moyenne s’établissant à 63%, puis à 61% en 2005, pour remonter en 2008. Les régimes autoritaires continuent à être rejetés. Ils sont 57% des Africains à les rejeter complètement en 2008.

L’enquête a été réalisée par Afrobaromètre, un institut indépendant fondé par l’Université de Michigan aux Etats-Unis et trois institutions africaines de recherche sur la démocratie et sur le développement économique : le Centre pour la démocratie et le développement du Ghana (CDD), l’Institut pour la démocratie d’Afrique du Sud (IDASA) et l’Institut de recherche empirique en économie du Bénin (IREEP). Depuis 1999, Afrobaromètre organise tous les trois ans des enquêtes nationales sur « la qualité de la démocratie et de la gouvernance ».

« Notre objectif est de collecter des données fiables et scientifiques sur les attitudes du public dans les pays où nous travaillons », explique Carolyn Logan, professeur assistante à l’Université de Michigan. Les enquêtes se font comme pour toutes les enquêtes d’opinion. Les personnes sélectionnées en fonction d’un échantillonnage représentatif de la population sont interrogées à leur domicile sur la base de formulaires d’une centaine de questions et d’affirmations à commenter.

Pour l’enquête de 2008, 26 414 personnes ont été interrogées dans 19 pays*. La marge d’erreur est de plus ou moins 3%. Avant de poser les questions, les enquêteurs s’assurent que les sondés savent ce qu’est la démocratie. 71% d’entre eux considèrent qu’un pays est démocratique quand il y existe la liberté d’expression, plusieurs partis politiques et des élections régulières.

 

41% des citoyens interrogés sont satisfaits

Si 72% soutiennent la démocratie, ils ne sont en revanche que 45% à en vouloir plus, tout en rejetant complètement tout autre régime. C’est 5% de mieux qu’en 2005.

41% des citoyens interrogés sont satisfaits de l’état de la démocratie dans leur pays. La demande de démocratie – et la démocratie elle-même – progresserait dans des pays comme le Botswana, le Cap-Vert et le Ghana. En revanche, elle serait en déclin ou en danger, selon les sondés, au Kenya, à Madagascar, au Nigeria et au Sénégal. Si les violences postélectorales au Kenya et à Madagascar, ou endémiques au Nigeria, expliquent ce sentiment, le cas du Sénégal est plus surprenant.

A Madagascar, seuls 14% des habitants veulent la démocratie. Associated Press rapporte les propos d’une infirmière de 57 ans, Doline Rasoamananoro, dégoutée par les violentes manifestations qui ont fait de nombreux morts et entraîné la chute du président Marc Ravalomanana. « Pour nous, la liberté, c’est la même chose que l’anarchie », déplore-t-elle.

Au Sénégal, le boycott par l’opposition des élections législatives en 2007, qui a entraîné un très faible taux de participation, un peu plus du tiers de l’électorat s’est rendu aux urnes, n’est pas étranger à ce sentiment. Les élections locales ont eu lieu postérieurement au sondage et leur impact n’a donc pas été pris en compte.

Le but de l’exercice, explique Carolyn Logan est que « nos conclusions puissent contribuer au débat public dans les pays concernés ainsi que d’élaborer des programmes politiques et des plans d’éducation civique ».

 

* Afrique du Sud, Bénin, Botswana, Burkina Faso, Cap-Vert, Kenya, Lesotho, Liberia, Madagascar, Malawi, Mali, Mozambique, Namibie, Nigeria, Ouganda, Sénégal, Tanzanie, Zambie.

 
Suivant >