Accès abonné :              
Journal en ligne - []
ZOOMAlgérie Impact de l'assouplissement du Crédoc
PIED DE LETTRErédacteur en chef exécutif Entre intérêts et circonspection
RELATIONS INTERNATIONALESDiplomatie de connivence
RELATIONS INTERNATIONALESLes tares de l'aide publique en Afrique
DOSSIERAlain Mascart «Il ne faut pas trop blâmer le politique»
DOSSIERAbdelali Belghiti Alaoui «Le Maroc accompagne l'Afrique pour construire des infrastructures sanitair
DOSSIERFaux médicaments Un problème de santé en Afrique
DOSSIERDorothée Kindé Gazard «Notre budget est de 75 milliards de f CFA»
DOSSIERMarrakech examine la santé africaine
DOSSIERMARRAKECH, CAPITALE AFRICAINE DE LA SANTÉ
Entreprises et MarchésGUINÉE Cadeau du Nouvel An d'Orange Guinée au ministre conseiller Youssou Ndour
Entreprises et MarchésLa Banque mondiale pour la facilitation des transports et du transit en Afrique centrale
EditorialLa santé, un droit pour l'Afrique
Banque - AssurancesMARATHON INTERNATIONAL DE BAMAKO Bank of Africa soutient la 6ème édition
Banque - AssurancesCAMEROUN La Banque des PME sur les rails
Banque - AssurancesDONALD KABERUKA, PRÉSIDENT DE LA BAD «La BAD a joué sa partition»
Banque - AssurancesLes banquiers francophones en conclave à Abidjan
Banque - AssurancesCÔTE D'IVOIRE Afreximbank octroie 250 Mrds de f CFA aux entreprises locales
BoursesIntroduction prochaine de Mega African Capital à GSE
BoursesAFFAIRES La note du Cameroun pourrait passer de B à B+
Politique - EconomieMAGHREB Triptyque bonne gouvernance, sécurité et développement
Politique - EconomieL'Afrique cherche son modèle économique à Rabat
Politique - EconomieBURKINA FASO La démocratie à l'épreuve
Politique - EconomieGABON Jean Ping siffle la fin du match
Afrique : besoin de démocratie en hausse Version imprimable
10-06-2009

La démocratie a les faveurs de 72% des Africains, selon Afrobaromètre. Au Botswana, champion de la bonne gouvernance, ils sont même 85%.

Chérif Elvalide Sèye, Dakar

 

Malgré les violences consécutives aux joutes électorales, comme au Kenya ou encore au Zimbabwe, malgré les coups d’Etat en Guinée-Bissau, en Guinée, en Mauritanie, malgré parfois l’aggravation de la pauvreté, la démocratie conquiert de plus en plus d’Africains.

Selon Afrobaromètre, en moyenne, 72% des Africains soutiendraient la démocratie. Toutefois, cette moyenne cache de grandes disparités entre les pays. Ils sont 85% au Botswana.

 

Collecter des données fiables et scientifiques

L’évolution se fait en dents de scie. En 1999, ils étaient 68% à partager ce sentiment. C’était à la fin de la décennie de la démocratie, avec l’organisation des conférences nationales. L’enquête suivante en 2002 était marquée par un recul de l’intérêt pour la démocratie. La moyenne s’établissant à 63%, puis à 61% en 2005, pour remonter en 2008. Les régimes autoritaires continuent à être rejetés. Ils sont 57% des Africains à les rejeter complètement en 2008.

L’enquête a été réalisée par Afrobaromètre, un institut indépendant fondé par l’Université de Michigan aux Etats-Unis et trois institutions africaines de recherche sur la démocratie et sur le développement économique : le Centre pour la démocratie et le développement du Ghana (CDD), l’Institut pour la démocratie d’Afrique du Sud (IDASA) et l’Institut de recherche empirique en économie du Bénin (IREEP). Depuis 1999, Afrobaromètre organise tous les trois ans des enquêtes nationales sur « la qualité de la démocratie et de la gouvernance ».

« Notre objectif est de collecter des données fiables et scientifiques sur les attitudes du public dans les pays où nous travaillons », explique Carolyn Logan, professeur assistante à l’Université de Michigan. Les enquêtes se font comme pour toutes les enquêtes d’opinion. Les personnes sélectionnées en fonction d’un échantillonnage représentatif de la population sont interrogées à leur domicile sur la base de formulaires d’une centaine de questions et d’affirmations à commenter.

Pour l’enquête de 2008, 26 414 personnes ont été interrogées dans 19 pays*. La marge d’erreur est de plus ou moins 3%. Avant de poser les questions, les enquêteurs s’assurent que les sondés savent ce qu’est la démocratie. 71% d’entre eux considèrent qu’un pays est démocratique quand il y existe la liberté d’expression, plusieurs partis politiques et des élections régulières.

 

41% des citoyens interrogés sont satisfaits

Si 72% soutiennent la démocratie, ils ne sont en revanche que 45% à en vouloir plus, tout en rejetant complètement tout autre régime. C’est 5% de mieux qu’en 2005.

41% des citoyens interrogés sont satisfaits de l’état de la démocratie dans leur pays. La demande de démocratie – et la démocratie elle-même – progresserait dans des pays comme le Botswana, le Cap-Vert et le Ghana. En revanche, elle serait en déclin ou en danger, selon les sondés, au Kenya, à Madagascar, au Nigeria et au Sénégal. Si les violences postélectorales au Kenya et à Madagascar, ou endémiques au Nigeria, expliquent ce sentiment, le cas du Sénégal est plus surprenant.

A Madagascar, seuls 14% des habitants veulent la démocratie. Associated Press rapporte les propos d’une infirmière de 57 ans, Doline Rasoamananoro, dégoutée par les violentes manifestations qui ont fait de nombreux morts et entraîné la chute du président Marc Ravalomanana. « Pour nous, la liberté, c’est la même chose que l’anarchie », déplore-t-elle.

Au Sénégal, le boycott par l’opposition des élections législatives en 2007, qui a entraîné un très faible taux de participation, un peu plus du tiers de l’électorat s’est rendu aux urnes, n’est pas étranger à ce sentiment. Les élections locales ont eu lieu postérieurement au sondage et leur impact n’a donc pas été pris en compte.

Le but de l’exercice, explique Carolyn Logan est que « nos conclusions puissent contribuer au débat public dans les pays concernés ainsi que d’élaborer des programmes politiques et des plans d’éducation civique ».

 

* Afrique du Sud, Bénin, Botswana, Burkina Faso, Cap-Vert, Kenya, Lesotho, Liberia, Madagascar, Malawi, Mali, Mozambique, Namibie, Nigeria, Ouganda, Sénégal, Tanzanie, Zambie.

 
Suivant >