Accès abonné :              
Journal en ligne - []
ZOOMAlgérie Impact de l'assouplissement du Crédoc
PIED DE LETTRErédacteur en chef exécutif Entre intérêts et circonspection
RELATIONS INTERNATIONALESDiplomatie de connivence
RELATIONS INTERNATIONALESLes tares de l'aide publique en Afrique
DOSSIERAlain Mascart «Il ne faut pas trop blâmer le politique»
DOSSIERAbdelali Belghiti Alaoui «Le Maroc accompagne l'Afrique pour construire des infrastructures sanitair
DOSSIERFaux médicaments Un problème de santé en Afrique
DOSSIERDorothée Kindé Gazard «Notre budget est de 75 milliards de f CFA»
DOSSIERMarrakech examine la santé africaine
DOSSIERMARRAKECH, CAPITALE AFRICAINE DE LA SANTÉ
Entreprises et MarchésGUINÉE Cadeau du Nouvel An d'Orange Guinée au ministre conseiller Youssou Ndour
Entreprises et MarchésLa Banque mondiale pour la facilitation des transports et du transit en Afrique centrale
EditorialLa santé, un droit pour l'Afrique
Banque - AssurancesMARATHON INTERNATIONAL DE BAMAKO Bank of Africa soutient la 6ème édition
Banque - AssurancesCAMEROUN La Banque des PME sur les rails
Banque - AssurancesDONALD KABERUKA, PRÉSIDENT DE LA BAD «La BAD a joué sa partition»
Banque - AssurancesLes banquiers francophones en conclave à Abidjan
Banque - AssurancesCÔTE D'IVOIRE Afreximbank octroie 250 Mrds de f CFA aux entreprises locales
BoursesIntroduction prochaine de Mega African Capital à GSE
BoursesAFFAIRES La note du Cameroun pourrait passer de B à B+
Politique - EconomieMAGHREB Triptyque bonne gouvernance, sécurité et développement
Politique - EconomieL'Afrique cherche son modèle économique à Rabat
Politique - EconomieBURKINA FASO La démocratie à l'épreuve
Politique - EconomieGABON Jean Ping siffle la fin du match
Forum BOAD Afrique : le bilan mitigé du cinquantenaire Version imprimable
22-06-2010

Entre rendez-vous manqués et réels progrès, le verre est à moitie vide ou à moitié plein.

Aminata Traoré : « Le partenariat gagnant-gagnant que les puissances occidentales (…) semblent découvrir subitement n’est qu’un écran de fumée de plus pour maquiller la même logique de domination et de pillage (…) L’Afrique utile, c’est l’Afrique sans les Africains. »

Aminata Traoré : « Le partenariat gagnant-gagnant que les puissances occidentales (…) semblent découvrir subitement n’est qu’un écran de fumée de plus pour maquiller la même logique de domination et de pillage (…) L’Afrique utile, c’est l’Afrique sans les Africains. »

La commémoration des cinquante ans d’indépendance des pays africains francophones, à la notable exception du Cameroun, n’a, pour l’heure, été que l’occasion de fêtes et de célébrations. La Banque ouest-africaine de Développement a utilement saisi l’occasion, elle, pourtant née il y a trente-sept ans, pour inviter à une réflexion sur le « Développement durable et promotion des grands projets structurants dans l’espace UEMOA : évaluation des réalisations et défis à relever ».

L’intitulé du Forum rend imparfaitement son ambition. Comme du reste l’a souligné le président de l’institution, Abdoulaye Bio Tchané, le continent étant « à la charnière d’un cinquantenaire qui s’en va et d’un cinquantenaire qui s’en vient, la double question suivante devient alors inéluctable pour les décideurs africains et amis de l’Afrique que nous sommes : D’où venons-nous ? Où allons-nous ? » Le Forum se voulait instance de ces interrogations.

Pour y répondre, un bon casting : l’ancien directeur de l’Agence française de développement, bras séculier de l’ancienne puissance coloniale dans la sphère francophone, dont elle vient toutefois de s’émanciper. Jean Michel Severino a livré ses Réflexions sur la problématique du développement de l’Afrique. Bilan prometteur, à défaut d’être positif. Il y a, pour lui, de réels motifs d’optimisme, mais l’essai demande à être transformé.

Avec sa vigueur habituelle, l’altermondialiste malienne Aminata Traoré lui a répondu en écho, dans le sujet qu’elle a traité, Exigences sociales, économiques, politiques et écologiques de l’émergence de l’Afrique : « Le partenariat gagnant-gagnant que les puissances occidentales, en l’occurrence la France, semblent découvrir subitement n’est qu’un écran de fumée de plus pour maquiller la même logique de domination et de pillage (…) L’Afrique utile, c’est l’Afrique sans les Africains ».

Les Africains, il faut les former, réagit pour sa part l’ancien secrétaire exécutif de la Fondation africaine pour le renforcement des capacités (ACBF), Soumana Sako, en énonçant les « Ressources humaines [nécessaires] pour accompagner l’émergence du continent africain ».

 

ZEM

Le Forum n’a, bien sûr, pas échappé à l’environnement, dans une capitale togolaise de plus en plus polluée par les gaz d’échappement des ZEM, ces cyclomoteurs de transport public.

MGbra Nguessan, vice-président d’Afrique Econoler International a exposé les « Stratégies, promotion et financement de projets d’adaptation au changement climatique » et Massamba Tioye, administrateur du programme Mécanisme pour un développement durable de la convention-cadre sur les changements climatiques, la « Promotion et financement des projets admissibles au mécanisme pour un développement propre (MDP) ». Une réelle opportunité, non encore saisie par l’Afrique, qui n’a bénéficié que de 1 à 2% d’un marché évalué à 144 milliards de dollars, en 2009.

Malgré tout, Bassary Touré, vice-président de la BOAD, identifie « sur la route du succès, quelques exemples de réussite en matière de financement de projets dans l’espace UEMOA ». Un autre de la maison, Pierre Claver Damiba, président honoraire de la BOAD, en artisan, a rappelé les fondements de la « Conception et promotion de grands projets structurants (énergie, chemin de fer, avion, industrie de coproduction, etc.) sur la base de mutualité d’intérêts régionaux. »

François Carme, de la coopération allemande, GTZ Bénin, a conclu le volet infrastructures avec « Le financement de grands projets dans le secteur de l’énergie solaire ».

D’autres moments de réflexion s’annoncent sur « l’Afrique des coups d’Etat, des conflits ethniques, territoriaux et frontaliers, des nouvelles pandémies, des villes trop vite grandies et trop vite devenues mégapoles, avec des jeunes en quête d’emplois », mais aussi « l’Afrique [qui] vient de connaître, avant la crise économique internationale, dix bonnes années de progrès avec l’amélioration substantielle de sa situation macroéconomique » pour reprendre les mots du président de l’institution.

 

CES

 
Suivant >