Accès abonné :              


Journal en ligne - []
PIED DE LETTRELa leçon non sue de Mandela
RELATIONS INTERNATIONALESOMC Entre échec et espoir
DOSSIERAhmed Ezz Condamné mais riche
DOSSIERAli Wakrim Le discret d'Akwa Group
DOSSIERStrive Masiyiwa Un pionnier de la libéralisation des télécoms en Afrique
DOSSIERMoulay Hafid Elalamy Le patron 2.0
DOSSIERMohamed Bensalah La force douce des affaires
DOSSIERTony Elumelu Le Nigérian qui monte, qui monte
DOSSIERRostam Azizi Premier milliardaire tanzanien
DOSSIERAnas Sefrioui Addoha, c'est moi
DOSSIERSamih Sawiris Un «Swiris» en cache un autre
DOSSIERSudhir Ruparelia L'Ougandais le plus riche
DOSSIERTheophilus Danjuma Le général philanthrope
DOSSIERMiloud Chaabi Le self-made-man
DOSSIERAziz Akhannouch Le ministre homme d'affaires
DOSSIEROnsi Sawiris Le patriarche
DOSSIERStephen Saad A la tête du plus grand groupe pharmaceutique d'Afrique
DOSSIERKoos Bekker Le magnat des médias sud-africains
DOSSIERMohammed VI Le royal homme d'affaires
DOSSIERPatrice Motsepe Le sémillant minier
DOSSIERYasseen Mansour La fortune, la fraude et moi…
DOSSIEROthman Benjelloun Le leader
DOSSIERFolorunsho Alakija Une femme magnat du pétrole
DOSSIERYoussef Mansour Maître du Métro au pays du Nil
DOSSIERNaguib Sawiris Les télécoms c'est son métier
DOSSIERIssad Rebrab Le privilégié de l'Élysée
DOSSIERIsabel Dos Santos Se fait un prénom
DOSSIERMohamed Mansour Un jongleur en politique et économie
DOSSIERMike Adenuga De la dentelle à Globacom
DOSSIERChristoffel Wiese Le magnat de la distribution
DOSSIERNassef Sawiris Le vrai pharaon de l'Égypte
DOSSIERNicky Oppenheimer Le diamantaire philanthrope
DOSSIERJohann Rupert Discrétion et franc-parler
DOSSIERAliko Dangote Un self-mademan devenu milliardaire
Entreprises et MarchésTUNISAIR Première compagnie d'Afrique à bénéficier de la nouvelle génération A320
Entreprises et MarchésTUNISIE Le taux de la dépendance énergétique atteint 40%en octobre 2014
Entreprises et MarchésMAROC OCP double ses exportations vers l'Afrique en une année
Entreprises et MarchésMAROC i-conférence met en avant la poste africaine
Banque - AssurancesBID 98,4 millions de $ en faveur de 4 pays au sud du Sahara
Banque - AssurancesL'assureur panafricain SUNU blinde ses coffres
Banque - AssurancesCAMEROUN Chanas-Assurances cherche de nouveaux dirigeants
Banque - Assurances75 milliards de f CFA de la Banque mondiale pour la formation en Afrique
Bourses GABON Emission de 25 milliards de f CFA de titres sur le marché de la...
BoursesCAMEROUN Les grandes lignes de l'emprunt obligataire de 150 milliards de f CFA
BoursesBOURSE DE TUNIS Hausse du revenu global des sociétés cotées
Politique - EconomieMALI Reprise des avances du Fonds monétaire international
Politique - EconomieBURKINA FASO Nouvel appui budgétaire de la Banque mondiale
Politique - EconomieNIGÉRIA Boko Haram sème la terreur dans le nord
Politique - EconomieFRANCOPHONIE Michaelle Jean, nouvelle secrétaire générale
Politique - EconomieFRANCOPHONIE Le rendez-vous de Dakar
Politique - EconomieTUNISIE Le taux de croissance s'élève à 2,3%, durant le 3ème trimestre 2014
L’OHADA en questions Version imprimable
16-11-2010

Question à Arlète Tonye, avocat au Barreau du Val d’Oise.

Quels sont les différents aspects que doit examiner un Etat avant de s’engager dans un contrat PPP ?

Comme l’indique leur nom, les partenariats public-privé désignent l’ensemble des formules de coopération entre les secteurs public et privé pour la conception, le financement, la construction, et/ou l’exploitation et la maintenance d’une infrastructure publique. La réalisation des grands ouvrages est leur terrain de prédilection, les institutions financières internationales en ayant fait un instrument de mobilisation des ressources pour atteindre les Objectifs du Millénaire. Dans cette optique, les due diligences, qui sont une série d’audits, doivent s’exprimer sur les quatre plans suivants :

- Le plan environnemental : étude de vulnérabilité, détection des pollutions, gestion des matières et des déchets, conformité réglementaire, responsabilités et coûts en cas de non-conformité, etc.

- Le plan technique : sensibilité des infrastructures et équipements du site, stabilité et accessibilité des ouvrages, fonctionnement et sécurité des équipements, etc.

- Le plan juridique, fiscal et social : validité des contrats, évaluation des risques de contentieux et des risques fiscaux, mesure et gestion de la contestation sociale, etc.

- Le plan financier et comptable, solidité du bilan de l’opération, pérennité et efficacité financière, etc.

 

Cet entrelac de risques n’a de sens que s’il repose sur une sûreté efficace, en l’occurrence, la pertinence du mode de résolution des conflits. Le problème des garanties dans les PPP est d’autant plus crucial que, sans forme physique, elles procèdent exclusivement de la qualité du projet et le volume des flux par le biais du financement mezzanine.

Dans ces conditions, les armes dont devraient se doter nos Etats sont :

- La qualité du cadre juridique qui autorise l’exécution efficiente du contrat.

- La dextérité et la précision contractuelles de leurs conseillers pour éviter les termes génériques, gros pourvoyeurs de contentieux (définir clairement les notions-clés et prévoir les mécanismes de sortie de crise : renégociation, clause pénale, clause compromissoire, etc.)

 

Faut-il rappeler qu’il s’agit de contrats d’une extrême longueur (25-30 ans en moyenne) et comme tels, imprégnés d’une forte incertitude, pouvant suggérer une adaptation à de prévisibles évolutions économiques indépendantes des parties ?

Les juridictions arbitrales révèlent plutôt de la part des Etats une tendance à la contestation de leur compétence, ce qui pose le problème de la crédibilité même de l’engagement de nos gouvernants.

Dans tous les cas, le principe de la responsabilité, avec la condamnation à l’indemnisation subséquente, reste de rigueur, toute la difficulté étant dans la cristallisation des termes. Exemple : un non-achèvement des travaux. Que recouvre ce terme ? Est-ce la suspension due au fait du prince ou la défaillance de son contractant, le résultat étant le même, à l’instar d’une autoroute inachevée ? Un bon contrat doit pouvoir répondre à cette question.

Vous souhaitez soumettre votre problème juridique à Me Tonye ? N’hésitez pas à lui écrire à Cet e-mail est protégé contre les robots collecteurs de mails, votre navigateur doit accepter le Javascript pour le voir Seuls votre prénom et l’initiale de votre nom seront publiés. Nous vous invitons à rédiger vos questions de manière précise et concise, en ne soumettant qu’un seul problème à la fois.

 
< Précédent   Suivant >