Accès abonné :              


Journal en ligne - []
PIED DE LETTRELa leçon non sue de Mandela
RELATIONS INTERNATIONALESOMC Entre échec et espoir
DOSSIERAhmed Ezz Condamné mais riche
DOSSIERAli Wakrim Le discret d'Akwa Group
DOSSIERStrive Masiyiwa Un pionnier de la libéralisation des télécoms en Afrique
DOSSIERMoulay Hafid Elalamy Le patron 2.0
DOSSIERMohamed Bensalah La force douce des affaires
DOSSIERTony Elumelu Le Nigérian qui monte, qui monte
DOSSIERRostam Azizi Premier milliardaire tanzanien
DOSSIERAnas Sefrioui Addoha, c'est moi
DOSSIERSamih Sawiris Un «Swiris» en cache un autre
DOSSIERSudhir Ruparelia L'Ougandais le plus riche
DOSSIERTheophilus Danjuma Le général philanthrope
DOSSIERMiloud Chaabi Le self-made-man
DOSSIERAziz Akhannouch Le ministre homme d'affaires
DOSSIEROnsi Sawiris Le patriarche
DOSSIERStephen Saad A la tête du plus grand groupe pharmaceutique d'Afrique
DOSSIERKoos Bekker Le magnat des médias sud-africains
DOSSIERMohammed VI Le royal homme d'affaires
DOSSIERPatrice Motsepe Le sémillant minier
DOSSIERYasseen Mansour La fortune, la fraude et moi…
DOSSIEROthman Benjelloun Le leader
DOSSIERFolorunsho Alakija Une femme magnat du pétrole
DOSSIERYoussef Mansour Maître du Métro au pays du Nil
DOSSIERNaguib Sawiris Les télécoms c'est son métier
DOSSIERIssad Rebrab Le privilégié de l'Élysée
DOSSIERIsabel Dos Santos Se fait un prénom
DOSSIERMohamed Mansour Un jongleur en politique et économie
DOSSIERMike Adenuga De la dentelle à Globacom
DOSSIERChristoffel Wiese Le magnat de la distribution
DOSSIERNassef Sawiris Le vrai pharaon de l'Égypte
DOSSIERNicky Oppenheimer Le diamantaire philanthrope
DOSSIERJohann Rupert Discrétion et franc-parler
DOSSIERAliko Dangote Un self-mademan devenu milliardaire
Entreprises et MarchésTUNISAIR Première compagnie d'Afrique à bénéficier de la nouvelle génération A320
Entreprises et MarchésTUNISIE Le taux de la dépendance énergétique atteint 40%en octobre 2014
Entreprises et MarchésMAROC OCP double ses exportations vers l'Afrique en une année
Entreprises et MarchésMAROC i-conférence met en avant la poste africaine
Banque - AssurancesBID 98,4 millions de $ en faveur de 4 pays au sud du Sahara
Banque - AssurancesL'assureur panafricain SUNU blinde ses coffres
Banque - AssurancesCAMEROUN Chanas-Assurances cherche de nouveaux dirigeants
Banque - Assurances75 milliards de f CFA de la Banque mondiale pour la formation en Afrique
Bourses GABON Emission de 25 milliards de f CFA de titres sur le marché de la...
BoursesCAMEROUN Les grandes lignes de l'emprunt obligataire de 150 milliards de f CFA
BoursesBOURSE DE TUNIS Hausse du revenu global des sociétés cotées
Politique - EconomieMALI Reprise des avances du Fonds monétaire international
Politique - EconomieBURKINA FASO Nouvel appui budgétaire de la Banque mondiale
Politique - EconomieNIGÉRIA Boko Haram sème la terreur dans le nord
Politique - EconomieFRANCOPHONIE Michaelle Jean, nouvelle secrétaire générale
Politique - EconomieFRANCOPHONIE Le rendez-vous de Dakar
Politique - EconomieTUNISIE Le taux de croissance s'élève à 2,3%, durant le 3ème trimestre 2014
Le marché obligataire ouest-africain Version imprimable
05-11-2008

Prédominance des obligations d’Etat servies à des taux élevés, décourageant les émetteurs privés. Prochaine introduction de la notation.

Les marchés financiers internationaux traversent depuis quelque temps une zone de turbulence sans précédent, marquée par un plongeon des marchés boursiers, de vives tensions sur l’obligataire et une défiance sans commune mesure des investisseurs. Les marchés financiers d’Afrique de l’Ouest sont pour l’instant à l’abri de cette tension, et il serait intéressant de passer en revue la situation actuelle du marché obligataire de l’UEMOA.

Actuellement, les quize Etats membres de la CEDEAO comptent trois principaux marchés obligataires que sont : la Bourse régionale des valeurs mobilières (BRVM) regroupant huit pays de la sous-région, la Bourse de Lagos au Nigeria, et enfin la Bourse d’Accra au Ghana. Des trois institutions, la BRVM est de loin la plus active sur ce segment de marché. Mais toute proportion gardée, le marché obligataire ouest-africain est encore loin du dynamisme des marchés d’Afrique du Sud et de ceux des pays du Maghreb. En effet, le marché obligataire sud-africain dispose d’une position plus qu’honorable dans la classification des pays émergents, avec une capitalisation en 2007 de l’ordre de 2,43 milliards $ et un record de titres échangés à 1,92 milliard $, sur la base de la cotation de 967 titres de créances et de plus d’une centaine d’obligations d’Etat.

En Afrique de l’Ouest, les chiffres sont beaucoup plus modestes. Malgré une expérience éprouvée en matière d’émissions obligataires, la capitalisation des titres de créances et d’obligations émis par la BRVM représente environ 1,3 milliard $ au 30 juin 2008 (soit environ 621 milliards FCFA) sur des maturités relativement faibles (en moyenne 5,16 ans). En 2007, la Bourse d’Accra a émis sur son marché primaire des obligations de maturité 2, 3 et 5 ans pour un nominal d’environ 1 milliard GHc (soit environ 840 millions $).

 

Obligations d’Etat

En Afrique de l’Ouest, l’origination et la syndication du marché obligataire de la zone connaissent une intéressante évolution, alors que le marché secondaire d’échanges des valeurs mobilières reste encore trop peu animé, même au niveau de la BRVM où il s’est échangé environ 19,7 milliards FCFA (incluant le rachat partiel des obligations du Port autonome de Dakar au second trimestre 2008). Plusieurs actions ont été menées ces dernières années afin de promouvoir et de dynamiser les marchés de la sous-région, sensibiliser les acteurs économiques aux emprunts obligataires et à l’alternative qu’ils constituent en matière de financement pour les entreprises du secteur privé.

En termes de répartition, les émissions obligataires sont très largement dominées par celles des Etats. Au niveau de la zone franc, la Côte-d’Ivoire et le Sénégal sont les plus actifs avec un montant nominal de 322 milliards CFA au 30 juin 2008, représentant environ 49,7% de l’encours coté. Si on rajoute les obligations supranationales (agences et banques de développement) et celles des entreprises parapubliques comme le Port autonome de Dakar ou la Communauté électrique du Bénin, on retrouve donc peu d’obligations « corporate » au niveau du marché coté de la BRVM.

En guise d’exemples d’émissions récentes, on notera les efforts soutenus de dynamisation du marché obligataire par la Banque ouest-africaine de développement (BOAD) et par la Banque d’investissement et de développement de la CEDEAO. Concernant les emprunts supranationaux, il s’agit en particulier des emprunts obligataires de la Société financière internationale (Banque mondiale) en 2006 pour 44,6 millions $, et de ceux de l’Agence française de développement (AFD) en mai 2008 pour 20 milliards FCFA.

Au niveau « corporate », on notera la cotation prochaine des obligations du groupe TOGO TELCOM (TT 6,50% 2014), qui aura lieu le 13 novembre 2008 pour une valeur faciale de 20 milliards FCFA.

 

Placements privés auprès des entreprises

Une récente analyse de la Banque mondiale met en exergue une prédominance des émissions d’obligations d’Etat et supranationaux, du fait des taux d’intérêt élevés servis, rendant l’accès au marché obligataire difficile pour les entreprises du secteur privé. A contrario, à l’opposé du marché coté, la bourse régionale a connu ces dernières années un certain succès en ce qui concerne les placements privés auprès des entreprises.

L’attrait du marché obligataire en Afrique de l’Ouest se heurte à de nombreuses difficultés, notamment celles liées à la valorisation (absence d’une courbe des taux) et aux calculs du risque des obligations (via le calcul de la duration). Par ailleurs, bien que quelques émissions d’Etat bénéficient d’une notation par les agences de rating telles que Fitch Rating, il est nécessaire de la généraliser. De plus, très peu de « corporate » parmi les obligations cotées à la BRVM font l’objet d’un tel exercice. Or, le risque inhérent à une obligation est défini à travers une notation qui peut juger de sa capacité à faire défaut. Donc, la notation ainsi que la qualité du crédit ne peuvent que favoriser un développement des activités d’un marché obligataire car les risques sont mieux évalués. A ce titre, le Conseil régional pour l’épargne publique et les marchés financiers (CREMF) a organisé en février 2008 un séminaire portant sur la nécessité de l’introduction de la notation dans le marché sous-régional. Néanmoins, l’introduction de la seule notation ne suffira pas à améliorer le dynamisme du marché obligataire de la zone Afrique de l’Ouest, et il faudra nécessairement ajuster d’autres aspects, comme le système des garanties à la BRVM, ainsi que la réglementation relative à l’épargne et aux marchés financiers.

 

Une liquidité faible

Au final, le manque de dynamisme du marché obligataire d’Afrique de l’Ouest pourrait se résumer par l’atonie constante de son marché secondaire caractérisé par une liquidité faible à l’instar de celui des actions ; une forte tendance à la stratégie de « buy & hold » 1 ; une concentration récurrente des émissions sur la dette publique ; et enfin l’absence de notations pour la majeure partie des émissions obligataires. Donc, une dynamisation de ce segment de marché passerait forcément par des actions appropriées alliant à la fois stratégie, organisation et réglementation et permettant de pallier ces insuffisances propres aux marchés financiers des pays en développement. Mais le potentiel est bien là, il s’agira d’optimiser le développement de ces marchés, avec pour objectif ultime d’en faire une alternative sérieuse aux marchés obligataires internationaux aujourd’hui en pleine déliquescence.

 

1) « Achat et Conservation »

 D’après Cira Finance, Dakar

 
< Précédent   Suivant >