Accès abonné :              


Journal en ligne - []
PIED DE LETTRELa leçon non sue de Mandela
RELATIONS INTERNATIONALESOMC Entre échec et espoir
DOSSIERAhmed Ezz Condamné mais riche
DOSSIERAli Wakrim Le discret d'Akwa Group
DOSSIERStrive Masiyiwa Un pionnier de la libéralisation des télécoms en Afrique
DOSSIERMoulay Hafid Elalamy Le patron 2.0
DOSSIERMohamed Bensalah La force douce des affaires
DOSSIERTony Elumelu Le Nigérian qui monte, qui monte
DOSSIERRostam Azizi Premier milliardaire tanzanien
DOSSIERAnas Sefrioui Addoha, c'est moi
DOSSIERSamih Sawiris Un «Swiris» en cache un autre
DOSSIERSudhir Ruparelia L'Ougandais le plus riche
DOSSIERTheophilus Danjuma Le général philanthrope
DOSSIERMiloud Chaabi Le self-made-man
DOSSIERAziz Akhannouch Le ministre homme d'affaires
DOSSIEROnsi Sawiris Le patriarche
DOSSIERStephen Saad A la tête du plus grand groupe pharmaceutique d'Afrique
DOSSIERKoos Bekker Le magnat des médias sud-africains
DOSSIERMohammed VI Le royal homme d'affaires
DOSSIERPatrice Motsepe Le sémillant minier
DOSSIERYasseen Mansour La fortune, la fraude et moi…
DOSSIEROthman Benjelloun Le leader
DOSSIERFolorunsho Alakija Une femme magnat du pétrole
DOSSIERYoussef Mansour Maître du Métro au pays du Nil
DOSSIERNaguib Sawiris Les télécoms c'est son métier
DOSSIERIssad Rebrab Le privilégié de l'Élysée
DOSSIERIsabel Dos Santos Se fait un prénom
DOSSIERMohamed Mansour Un jongleur en politique et économie
DOSSIERMike Adenuga De la dentelle à Globacom
DOSSIERChristoffel Wiese Le magnat de la distribution
DOSSIERNassef Sawiris Le vrai pharaon de l'Égypte
DOSSIERNicky Oppenheimer Le diamantaire philanthrope
DOSSIERJohann Rupert Discrétion et franc-parler
DOSSIERAliko Dangote Un self-mademan devenu milliardaire
Entreprises et MarchésTUNISAIR Première compagnie d'Afrique à bénéficier de la nouvelle génération A320
Entreprises et MarchésTUNISIE Le taux de la dépendance énergétique atteint 40%en octobre 2014
Entreprises et MarchésMAROC OCP double ses exportations vers l'Afrique en une année
Entreprises et MarchésMAROC i-conférence met en avant la poste africaine
Banque - AssurancesBID 98,4 millions de $ en faveur de 4 pays au sud du Sahara
Banque - AssurancesL'assureur panafricain SUNU blinde ses coffres
Banque - AssurancesCAMEROUN Chanas-Assurances cherche de nouveaux dirigeants
Banque - Assurances75 milliards de f CFA de la Banque mondiale pour la formation en Afrique
Bourses GABON Emission de 25 milliards de f CFA de titres sur le marché de la...
BoursesCAMEROUN Les grandes lignes de l'emprunt obligataire de 150 milliards de f CFA
BoursesBOURSE DE TUNIS Hausse du revenu global des sociétés cotées
Politique - EconomieMALI Reprise des avances du Fonds monétaire international
Politique - EconomieBURKINA FASO Nouvel appui budgétaire de la Banque mondiale
Politique - EconomieNIGÉRIA Boko Haram sème la terreur dans le nord
Politique - EconomieFRANCOPHONIE Michaelle Jean, nouvelle secrétaire générale
Politique - EconomieFRANCOPHONIE Le rendez-vous de Dakar
Politique - EconomieTUNISIE Le taux de croissance s'élève à 2,3%, durant le 3ème trimestre 2014
Londres : les relations Afrique-Union européenne revisitées à la City Version imprimable
23-03-2011

Londres a abrité cette semaine une rencontre sur les Perspectives du commerce et de l’investissement entre l’Afrique et l’Union européenne. Cette septième rencontre du genre organisée par le groupe de communication Okra, très actif dans le domaine de la communication médiatique entre l’Afrique et le reste du monde, a permis de rassembler une fois encore les spécialistes et partisans de l’Afrique à la City.

23_TheCity.jpg

La City.

Partenaires de croissance

Le thème de cette rencontre était: Partenaires dans la croissance, l’espoir et la prospérité. Les discussions se sont focalisées sur plusieurs points notamment : les stratégies utilisées par l’Afrique aujourd’hui pour attirer de nombreux investisseurs étrangers et que doivent faire les entreprises européennes pour être gagnantes en Afrique.

Malgré la très forte croissance des échanges entre la Chine et l’Afrique, l’Union européenne reste toujours un partenaire très privilégié de l’Afrique.

Des conférenciers de talent étaient dans le panel, notamment : Andrew Bone, le directeur des relations Internationales du groupe de diamant De Beers, Nick Blazquez président de Diageo, Mohamed Igueh économiste principal de l’Union Africaine à Addis Abeba, et Garcia Fragio directeur du l’unité développement économique à la Commission de l’Union européenne.

 

Les participants ont pu profiter de l’expertise des panelistes, notamment sur les questions de partenariat et aussi sur le potentiel qu’offre le secteur privé, pour améliorer le climat des affaires, et accroître la création de richesses en Afrique.

 

Dans le domaine du commerce, de l’intégration régionale et des infrastructures, l’Union africaine a par exemple reçu un financement de l’Union européenne couvrant trois programmes régionaux sur la période 2008-2013 d’un montant de 1,5 milliard d’euros. Ce financement implique des projets et programmes en Afrique de l’Est, de l’Ouest, du centre et australe.

 

Le partenaire privilégié

Malgré la très forte croissance des échanges entre la Chine et l’Afrique, l’Union européenne reste toujours un partenaire très privilégié de l’Afrique. Mais ces relations sont parfois tendues du fait de la position diplomatique et politique des Européens qui insistent sur l’importance de la bonne gouvernance, et des droits de l’homme, avant la signature d’accords commerciaux. Ce n’est pas le cas de la Chine que les européens interpellent souvent pour « sa politique du chéquier » en finançant ou en investissant en Afrique sans tenir compte des injustices flagrantes qui aliènent les citoyens au niveau local.

 

Il faut rappeler que cette année, cinq pays africains seront parmi les plus fortes croissances économiques du monde. Par ailleurs, il faut aussi rappeler que juste avant la crise il y avait 40 personnes ou groupes financiers qui avaient créé des fonds d’investissement en Afrique, mais dans trois ou quatre ans averti Stephen Jennings le CEO de Renaissance Capital, il y aura une centaine de fonds d’investissements en Afrique qui investiront non plus de modestes montants de l’ordre de deux millions de dollars, mais des capitaux conséquents de l’ordre de vingt milliards de dollars.

 

Les perspectives économiques sont bonnes dans plusieurs pays africains comme le Nigeria avec sa forte population, le Ghana, l’Ethiopie, l’Ouganda et bien d’autres. C’est pourquoi cette rencontre de Londres a été bien suivie et les échanges ont été francs et fructueux.

Dave Barraud

 
Suivant >