Accès abonné :              
Journal en ligne - []
GREEN BUSINESSPour un système alimentaire «cool»
ZOOMImpact de l'abrogation de l'article 87 bis du Code du Travail
ZOOMAlgérie Impact de l'augmentation générale des salaires
PIED DE LETTRELa meilleure référence
RELATIONS INTERNATIONALESMigration et développement Atelier OIM-Italie pour un dialogue mondial
DOSSIERGabon Le «pétrole vert», un potentiel peu exploité
DOSSIERLe Gabon en Afrique centrale
DOSSIERGabon Bras de fer entre le fisc et les compagnies étrangères ?
DOSSIEROù en sont les projets structurants pour un Gabon Emergent ?
DOSSIERAli Bongo L'heure des comptes
Entreprises et MarchésÉGYPTE Les revenus du canal de Suez en hausse de 12%
Entreprises et MarchésCACAO Une nouvelle «guerre commerciale» entre le Ghana et la Côte d'Ivoire
Entreprises et MarchésCOMPÉTITIVITÉ DU FRANC CFA Jean-Louis Billon ouvre le débat
Entreprises et MarchésMAROC ONMT et GBP font la promotion du tourisme
Entreprises et MarchésCASABLANCA Grands travaux d'urbanisation
Banque - AssurancesBLANCHIMENT D'ARGENT Le lourd tribut de l'Afrique subsaharienne
Banque - AssurancesALGÉRIE Hausse du chiffre d'affaires du secteur des assurances
Banque - AssurancesMAROC Attijariwafa bank enregistre des performances satisfaisantes, à fin juin 2014
Banque - AssurancesBMCE BANK 50%de bénéfices en plus
Banque - AssurancesMAROC La Banque mondiale débloque 519 millions de $ pour le projet solaire Noor
Banque - AssurancesBAD Nouvelle ligne de crédit au Maroc
BoursesBRVM Investment Days à Paris
FocusTensions géostratégiques en Afrique du Nord Le terrorisme, une menace planétaire
Politique - EconomieCEA 9ème Conférence à Addis-Abeba
Politique - EconomieBCT Révision à la baisse du taux de croissance
Politique - EconomieCÔTE D'IVOIRE «Quelle révolution verte pour le continent africain ?»
Politique - EconomieCAMEROUN-TCHAD-NIGÉRIA Vers des échanges économiques contrastés
Politique - EconomieGUINÉE ÉQUATORIALE Obiang Nguéma solde le dossier Fitzpatrick
Politique - EconomieMALI IBK cède au diktat du FMI en recourant au marché financier de la région
Politique - EconomieGUINÉE-BISSAU La chute spectaculaire d'un parrain
Politique - EconomieMALI Le Premier ministre Moussa Mara revisite les coffres des donateurs à Paris
Politique - EconomieLIBYE Prestation de serment du nouveau Premier ministre
Madrid refuse la dramatisation de l’affaire Gassi Touil Version imprimable
17-09-2007

Le ministre de l’Industrie, Juan Clos, souligne l’explosion des coûts du projet et renvoie Repsol-Gas Natural et Sonatrach dos à dos.

Par Saïd Djaafer Alger

L’annulation du contrat Gassi Touil par Sonatrach est un « conflit entre entreprises » et il n’est pas une raison pour Madrid d’exposer sa « relation globale » avec Alger. Le gouvernement socialiste de José Luis Rodríguez Zapatero, assailli par l’opposition de droite et une partie de la presse qui voient dans l’annulation par Sonatrach du contrat de Gassi Touil avec les entreprises Repsol et Gas Natural une « menace contre les intérêts énergétiques » du pays, refuse de dramatiser.

Dépolitiser l’affaire En « comparution », mercredi 12 septembre, successivement devant le sénat et le congrès, le ministre espagnol de l’Industrie Juan Clos a imputé le différend entre Repsol-Gas Natural et Sonatrach au coût de l'investissement prévu initialement à 3 milliards d'euros mais qui est passé à 8,5 milliards d'euros. Des chiffres qui viennent d'une estimation « indépendante », a-t-il précisé. « Nous aimerions que le projet arrive à bon port, mais notre capacité d'intervention auprès des deux compagnies pour une répartition adéquate des coûts entre elles est limitée. »

« Nous n’allons pas exposer notre relation globale avec l’Algérie à cause d’un projet. »

Madrid « dépolitise » l’affaire et conforte ainsi, au grand dam de l’opposition, l’affirmation de Sonatrach que l’affaire n’a rien de politique. La part de l’Espagne dans Gassi Touil aurait été au mieux de 2 milliards de m3 alors que « le noyau de notre relation porte sur 15 milliards de m3. » « Nous n’allons pas exposer notre relation globale avec l’Algérie à cause d’un projet qui est important mais qui n’est pas le plus important », a ajouté le ministre espagnol. Le sujet avait été abordé à Alger, lors de la visite, le 8 septembre 2007, du secrétaire d'Etat espagnol aux Affaires étrangères Bernardino León. Les deux parties avaient convenu que l’affaire n’avait rien de politique. Sonatrach, qui avait réagi vigoureusement à la « politisation » du problème par le consortium Repsol-Gas Natural, avait pris soin de signifier que la mesure se limite au projet de Gassi Touil, un « fiasco industriel majeur », et qu’il n’existe pas une démarche ciblant les intérêts espagnols.

Trouver une solution Assurance de toute évidence renouvelée à Juan Bernardino, qui a déclaré que le partenariat dans le domaine de l’énergie entre les deux pays est « solide et se poursuivra. » Il a annoncé qu’une réunion à haut niveau entre les deux gouvernements, à Madrid dans les prochaines semaines, devrait dissiper « les doutes exprimés à ce sujet par les médias. » Même si l’affaire a été soumise par les deux parties à l’arbitrage, le gouvernement espagnol ne désespère pas de trouver une solution « convenable. » Sonatrach, qui comptait sur le projet intégré de Gassi Touil pour porter ses capacités d’exportation à 85 milliards de m3 en 2010, est obligée de décaler ses prévisions. En marge d’une rencontre sur le gaz à Paris, le vice-président de la commercialisation de Sonatrach, Chawki Mohamed Rahal, a indiqué que Gassi Touil pourrait entrer en production en 2012. A la question de savoir si Sonatrach le ferait avec de nouveaux partenaires, il est resté évasif : « nous verrons ! »

 
< Précédent   Suivant >