Accès abonné :              


Journal en ligne - [n°4 du 19 au 25 septembre 2007 ]
ActualitéDe nouveaux opérateurs sur le marché algérien du Wimax
ActualitéBMCE Bank : un bénéfice semestriel qui frôle le milliard de dirhams
ActualitéCharles Milhaud fait les cent pas au Maghreb
Banques et AssurancesBrèves Banques et Assurances
Banques et AssurancesAssurance crédit : Coface pointe son nez au Maroc
Banques et AssurancesLa cession de la Banque du Caire provoque une tempête
Banques et Assurances Philibert Andzembe : « Il n'y a aucune justification technique à la dévaluation du FCFA...
BoursesBrèves Bourses
BoursesLa Bourse d'Alger attend toujours un geste des autorités
BoursesLes OPCVM marocains ont le vent en poupe
BoursesLe TCX, fonds de change en devises locales, tombe à pic
BoursesDes bruits de fusion dopent le marché de Lagos
BoursesLes raisons du boom du marché obligataire sud-africain
Négoce et Matières PremièresL'actualité avec Simmons & Simmons
Négoce et Matières PremièresAngloplat cède des intérêts majeurs à deux sociétés Noires
Négoce et Matières PremièresGabon : légère baisse de la production pétrolière
Négoce et Matières PremièresCacao : transformer et consommer plus en Afrique
InvestissementNiamey-Ouagadougou : la BAD désenclave
InvestissementBurkina-Faso - Côte d'Ivoire : les affaires reprennent de plus belle
InvestissementAtténuer le choc et les déséquilibres
InvestissementInterrogations sur l'Etat africain
InvestissementVers un accord de partenariat léonin
InvestissementRD Congo : un coup de fouet aux PME
InvestissementCôte d'Ivoire : tapis rouge pour les investisseurs
BailleursUnion de la Méditerranée : un projet qui inquiète l'UE
BailleursQue représente le PNUD ?
BailleursInvestissements en Afrique : bilan de la BEI
Droit Fisc DouanesL'actualité avec Cotecna
Droit Fisc DouanesTaxation de l'agriculture
Droit Fisc DouanesZimbabwe : taxe sur les produits de luxe
Droit Fisc DouanesFiscalité en Afrique du Sud
Droit Fisc DouanesDroits des affaires : l'Ohada en débat
TechnologiesLes services bancaires sur téléphone portable se multiplient en Afrique
TechnologiesLes cartes de paiement se généralisent en Tunisie
TechnologiesBrèves technologies
Etudes et MédiasART, le leader arabe de la télévision à péage, bousculé par la concurrence
Etudes et MédiasLa théorie de la « longue traîne » appliquée à la banque
Economie - PolitiqueBrèves Economie - Politique
Economie - PolitiqueMadrid refuse la dramatisation de l'affaire Gassi Touil
Economie - PolitiqueLe déséquilibre urbain africain interpelle
Economie - PolitiqueUn nouveau témoignage sur les geôles de Sékou Touré
Economie - PolitiqueIndustries chimiques du Sénégal : les créanciers refusent la remise des dettes
Economie - PolitiqueTransports aériens : ciel gris pour Air Mauritanie
Economie - PolitiqueLes employeurs maghrébins donnent l'exemple aux politiques
InternationalBrèves Internationales
InternationalCasting à Washington et Moscou, vu de loin
InternationalLe monde au chevet de la croissance américaine
Africain de la semaine « Notre métier est l'un des plus beaux et des plus dangereux au monde !...
Madrid refuse la dramatisation de l’affaire Gassi Touil Version imprimable
17-09-2007

Le ministre de l’Industrie, Juan Clos, souligne l’explosion des coûts du projet et renvoie Repsol-Gas Natural et Sonatrach dos à dos.

Par Saïd Djaafer Alger

L’annulation du contrat Gassi Touil par Sonatrach est un « conflit entre entreprises » et il n’est pas une raison pour Madrid d’exposer sa « relation globale » avec Alger. Le gouvernement socialiste de José Luis Rodríguez Zapatero, assailli par l’opposition de droite et une partie de la presse qui voient dans l’annulation par Sonatrach du contrat de Gassi Touil avec les entreprises Repsol et Gas Natural une « menace contre les intérêts énergétiques » du pays, refuse de dramatiser.

Dépolitiser l’affaire En « comparution », mercredi 12 septembre, successivement devant le sénat et le congrès, le ministre espagnol de l’Industrie Juan Clos a imputé le différend entre Repsol-Gas Natural et Sonatrach au coût de l'investissement prévu initialement à 3 milliards d'euros mais qui est passé à 8,5 milliards d'euros. Des chiffres qui viennent d'une estimation « indépendante », a-t-il précisé. « Nous aimerions que le projet arrive à bon port, mais notre capacité d'intervention auprès des deux compagnies pour une répartition adéquate des coûts entre elles est limitée. »

« Nous n’allons pas exposer notre relation globale avec l’Algérie à cause d’un projet. »

Madrid « dépolitise » l’affaire et conforte ainsi, au grand dam de l’opposition, l’affirmation de Sonatrach que l’affaire n’a rien de politique. La part de l’Espagne dans Gassi Touil aurait été au mieux de 2 milliards de m3 alors que « le noyau de notre relation porte sur 15 milliards de m3. » « Nous n’allons pas exposer notre relation globale avec l’Algérie à cause d’un projet qui est important mais qui n’est pas le plus important », a ajouté le ministre espagnol. Le sujet avait été abordé à Alger, lors de la visite, le 8 septembre 2007, du secrétaire d'Etat espagnol aux Affaires étrangères Bernardino León. Les deux parties avaient convenu que l’affaire n’avait rien de politique. Sonatrach, qui avait réagi vigoureusement à la « politisation » du problème par le consortium Repsol-Gas Natural, avait pris soin de signifier que la mesure se limite au projet de Gassi Touil, un « fiasco industriel majeur », et qu’il n’existe pas une démarche ciblant les intérêts espagnols.

Trouver une solution Assurance de toute évidence renouvelée à Juan Bernardino, qui a déclaré que le partenariat dans le domaine de l’énergie entre les deux pays est « solide et se poursuivra. » Il a annoncé qu’une réunion à haut niveau entre les deux gouvernements, à Madrid dans les prochaines semaines, devrait dissiper « les doutes exprimés à ce sujet par les médias. » Même si l’affaire a été soumise par les deux parties à l’arbitrage, le gouvernement espagnol ne désespère pas de trouver une solution « convenable. » Sonatrach, qui comptait sur le projet intégré de Gassi Touil pour porter ses capacités d’exportation à 85 milliards de m3 en 2010, est obligée de décaler ses prévisions. En marge d’une rencontre sur le gaz à Paris, le vice-président de la commercialisation de Sonatrach, Chawki Mohamed Rahal, a indiqué que Gassi Touil pourrait entrer en production en 2012. A la question de savoir si Sonatrach le ferait avec de nouveaux partenaires, il est resté évasif : « nous verrons ! »

 
< Précédent   Suivant >