Accès abonné :              
Journal en ligne - []
COIN DE L\'EXPERTQuel modèle de banque agricole pour l'Afrique ?
ZOOM Algérie Abrogation de l'art. 87 bis du Code du travail : quelles incidences sur la...
ZOOMSyndicats en Afrique Mythes ou réalités
DOSSIERNoellie Cecile Tiendrébéogo «Au Burkina Faso, Ecobank détient une part de marché de 20%»
DOSSIERProduction locale, une niche à explorer
DOSSIERMoussa Seck «L'arme alimentaire est autant persuasive que l'arme nucléaire est dissuasive»
DOSSIERCameroun A l'épreuve de l'agriculture de seconde génération
DOSSIERAlbert Kouatelay «Il faut consacrer une part budgétaire conséquente au financement de l'agriculture»
DOSSIERLes Agropoles de MEDZ au SIAM
DOSSIERJaâfar Khattech «L'État en Tunisie garde la mainmise sur la production agricole»
DOSSIERAfrique Le défi de l'autosuffisance alimentaire
DOSSIERKobenan Kouassi Adjoumani «Plan Maroc Vert, source d'inspiration pour nous et pour le continent»
DOSSIERLe financement, le nerf de la guerre de l'agriculture
DOSSIERHicham Laraqui Housseini «L'État joue un rôle de stratège en élaborant une politique publique volont
DOSSIERFinancement de l'agriculture en Afrique
Entreprises et MarchésAIR CEMAC Cloué au sol, faute d'assurance
Entreprises et MarchésNIGERIA Forum économique mondial pour l'Afrique
Entreprises et MarchésBURKINA FASO Rififi autour de la mine de Tambao
Entreprises et MarchésNIGER Entrée en lice de la cimenterie de Keita
Entreprises et MarchésPORT DE DAKAR Fin des travaux de dragage du chenal d'accès
Entreprises et MarchésCAMEROUN L'offensive de Bolloré dans le transport ferroviaire
EditorialNigéria, Boko Haram pour le droit d'ingérence
Banque - AssurancesGroupe Banque populaire invite ses partenaires africains
Banque - AssurancesCAMEROUN Une compagnie d'assurance conteste sa liquidation
Banque - AssurancesLe groupe bancaire United Bank of Africa relifte sa stratégie de management interne
Banque - AssurancesSENEGAL La BIS accorde 10 Mrds de f CFA pour la campagne d'arachide
BoursesCÔTE D'IVOIRE Lancement officiel de l'Eurobond 2014
BoursesSENEGAL Le Fongip et Ecobank s'engagent pour garantir les financements destinés aux PME sénégalaises
Politique - EconomieCroissance économique au Sud du Sahara Le club des 7 meilleures économies de l'année 2013
Politique - EconomieMALI Moussa Mara réussit son premier examen de passage au Parlement
Politique - EconomieMAROC La Caisse de compensation dans le collimateur…
Zimbabwe : l’indigénisation reste d’actualité Version imprimable
26-04-2011

Un projet de loi zimbabwéen qui obligerait toutes les sociétés à assurer une participation dans leur capital à hauteur de 51% par des autochtones est toujours d’actualité, même s’il divise le fragile gouvernement d’unité de ce pays.

Le Premier ministre Morgan Tsvangirai du MDC a critiqué le programme, le comparant au programme de nationalisation des terres qui a surtout profité aux hauts cadres du Zanu-PF.
Le Premier ministre Morgan Tsvangirai du MDC a critiqué le programme, le comparant au programme de nationalisation des terres qui a surtout profité aux hauts cadres du Zanu-PF.

Au cours de l’année 2010, le débat autour de ce projet de loi a aggravé les tensions entre les deux par-tis qui forment le gouvernement d’unité nationale du Zimbabwe : le Zanu-PF, le parti du président Robert Mugabe, et le MDC, celui du Premier ministre Morgan Tsvangirai. La relation entre ces deux partis n’a jamais été cordiale. Tandis que le Zanu-PF prend une ligne populiste qui a quasiment ruiné l’économie et a obligé des millions de Zimbabwéens à fuir leur pays à la recherche de travail, le MDC cherche à rassurer les investisseurs étrangers en épargnant le président pour ne pas aggraver le harcèlement dont souffrent ses membres (accusations de trahison, détentions et exils).

Modalités du transfert

Après plusieurs mois de hiatus, le pro-jet de loi a été voté en mars sous le nom de « Indigenisation and Economic Empowerment Act », et exige de toutes les entreprises à valeur de 500 000 $ ou plus de vendre 51% de leurs actions à des Zimbabwéens « indigènes » (c’est-à-dire noirs). Les sociétés visées ont 45 jours depuis la publication de la loi pour soumettre au gouvernement un plan expliquant les modalités du transfert de leur capital social. Le Premier ministre Morgan Tsvangirai, du MDC, a critiqué le programme, le comparant au programme de nationalisation des terres qui a surtout profité aux hauts cadres du Zanu-PF. Les grandes sociétés minières comme Anglo Platinum, Impala Platinum ou Aquarius Platinum sont en train de soumettre leurs plans d’indigénisation au gouvernement avec toutes les autres. La date limite pour ces soumissions est le 9 mai. Si le gouvernement devait payer le prix du marché pour ces actions, il aurait à débourser au moins un milliard de dollars. Les analystes soupçonnent que, dans le cas des minières, le gouvernement pourrait échanger des droits minéraux contre des participations.

François Conradie, Cape Town

 
< Précédent   Suivant >