Accès abonné :              


Journal en ligne - []
GREEN BUSINESSRésistance des bactéries aux antibiotiques, une menace planétaire
ZOOMAlgérie Quel coût financier de la nouvelle réforme du territoire
PIED DE LETTREDe la règlementation de l'alimentation
RELATIONS INTERNATIONALESSyrie La «farce» d'une présidentielle…
RELATIONS INTERNATIONALESEspagne Abdication de Juan Carlos en faveur du prince Felipe
RELATIONS INTERNATIONALESInterview Dr Matshidiso R. Moeti «Des progrès entravés par de faibles systèmes de santé»
DOSSIERFN Le big-bang n'est pas pour demain
DOSSIERMarine et la communauté Black-Blanc-Beur
DOSSIERLa montée du FN, un danger pour l'Afrique ?
DOSSIERLa haine contre les étrangers
DOSSIERMarine Le Pen est-elle une menace pour l'Afrique ?
Entreprises et MarchésGAMBIE Port de Banjul : l'armateur Grimaldi compte accoster
Entreprises et MarchésJEAN-PAUL BACQUET «L'Afrique est le continent émergent de demain»
Entreprises et Marchés INTERVIEW MOHAMED ALI MALOUCHE «Notre principal objectif est de faire de la Tunisie un sujet...
Entreprises et MarchésTUNISIE – ÉTATS-UNIS Pour établir un dialogue stratégique
EditorialMarine Le Pen «Interdit de séjour»
Banque - AssurancesCAMEROUN 35 Mrds de f CFA de la Banque mondiale au secteur des infrastructures
Banque - Assurancesde l'Afrique pendant la Seconde Guerre mondiale.
BoursesTrois nouveaux emprunts obligataires à la Bourse d'Afrique centrale
BoursesSÉNÉGAL Les dessous de l'Eurobond
Politique - EconomieCONGO-BRAZZAVILLE - RD-CONGO Le temps de l'apaisement
Politique - EconomieCAMEROUN-TCHAD Signature d'un accord de concession ferroviaire
Politique - EconomieMALAWI Peter Mutharika, élu président
Politique - EconomieCAMEROUN Libération des 3 religieux détenus par Boko Haram
Politique - EconomieMaroc-Tunisie Visite historique du Roi Mohammed VI
Zimbabwe : l’indigénisation reste d’actualité Version imprimable
26-04-2011

Un projet de loi zimbabwéen qui obligerait toutes les sociétés à assurer une participation dans leur capital à hauteur de 51% par des autochtones est toujours d’actualité, même s’il divise le fragile gouvernement d’unité de ce pays.

Le Premier ministre Morgan Tsvangirai du MDC a critiqué le programme, le comparant au programme de nationalisation des terres qui a surtout profité aux hauts cadres du Zanu-PF.
Le Premier ministre Morgan Tsvangirai du MDC a critiqué le programme, le comparant au programme de nationalisation des terres qui a surtout profité aux hauts cadres du Zanu-PF.

Au cours de l’année 2010, le débat autour de ce projet de loi a aggravé les tensions entre les deux par-tis qui forment le gouvernement d’unité nationale du Zimbabwe : le Zanu-PF, le parti du président Robert Mugabe, et le MDC, celui du Premier ministre Morgan Tsvangirai. La relation entre ces deux partis n’a jamais été cordiale. Tandis que le Zanu-PF prend une ligne populiste qui a quasiment ruiné l’économie et a obligé des millions de Zimbabwéens à fuir leur pays à la recherche de travail, le MDC cherche à rassurer les investisseurs étrangers en épargnant le président pour ne pas aggraver le harcèlement dont souffrent ses membres (accusations de trahison, détentions et exils).

Modalités du transfert

Après plusieurs mois de hiatus, le pro-jet de loi a été voté en mars sous le nom de « Indigenisation and Economic Empowerment Act », et exige de toutes les entreprises à valeur de 500 000 $ ou plus de vendre 51% de leurs actions à des Zimbabwéens « indigènes » (c’est-à-dire noirs). Les sociétés visées ont 45 jours depuis la publication de la loi pour soumettre au gouvernement un plan expliquant les modalités du transfert de leur capital social. Le Premier ministre Morgan Tsvangirai, du MDC, a critiqué le programme, le comparant au programme de nationalisation des terres qui a surtout profité aux hauts cadres du Zanu-PF. Les grandes sociétés minières comme Anglo Platinum, Impala Platinum ou Aquarius Platinum sont en train de soumettre leurs plans d’indigénisation au gouvernement avec toutes les autres. La date limite pour ces soumissions est le 9 mai. Si le gouvernement devait payer le prix du marché pour ces actions, il aurait à débourser au moins un milliard de dollars. Les analystes soupçonnent que, dans le cas des minières, le gouvernement pourrait échanger des droits minéraux contre des participations.

François Conradie, Cape Town

 
< Précédent   Suivant >