Accès abonné :              
Journal en ligne - []
ZOOMAlgérie Impact de l'assouplissement du Crédoc
PIED DE LETTRErédacteur en chef exécutif Entre intérêts et circonspection
RELATIONS INTERNATIONALESDiplomatie de connivence
RELATIONS INTERNATIONALESLes tares de l'aide publique en Afrique
DOSSIERAlain Mascart «Il ne faut pas trop blâmer le politique»
DOSSIERAbdelali Belghiti Alaoui «Le Maroc accompagne l'Afrique pour construire des infrastructures sanitair
DOSSIERFaux médicaments Un problème de santé en Afrique
DOSSIERDorothée Kindé Gazard «Notre budget est de 75 milliards de f CFA»
DOSSIERMarrakech examine la santé africaine
DOSSIERMARRAKECH, CAPITALE AFRICAINE DE LA SANTÉ
Entreprises et MarchésGUINÉE Cadeau du Nouvel An d'Orange Guinée au ministre conseiller Youssou Ndour
Entreprises et MarchésLa Banque mondiale pour la facilitation des transports et du transit en Afrique centrale
EditorialLa santé, un droit pour l'Afrique
Banque - AssurancesMARATHON INTERNATIONAL DE BAMAKO Bank of Africa soutient la 6ème édition
Banque - AssurancesCAMEROUN La Banque des PME sur les rails
Banque - AssurancesDONALD KABERUKA, PRÉSIDENT DE LA BAD «La BAD a joué sa partition»
Banque - AssurancesLes banquiers francophones en conclave à Abidjan
Banque - AssurancesCÔTE D'IVOIRE Afreximbank octroie 250 Mrds de f CFA aux entreprises locales
BoursesIntroduction prochaine de Mega African Capital à GSE
BoursesAFFAIRES La note du Cameroun pourrait passer de B à B+
Politique - EconomieMAGHREB Triptyque bonne gouvernance, sécurité et développement
Politique - EconomieL'Afrique cherche son modèle économique à Rabat
Politique - EconomieBURKINA FASO La démocratie à l'épreuve
Politique - EconomieGABON Jean Ping siffle la fin du match
Zimbabwe : l’indigénisation reste d’actualité Version imprimable
26-04-2011

Un projet de loi zimbabwéen qui obligerait toutes les sociétés à assurer une participation dans leur capital à hauteur de 51% par des autochtones est toujours d’actualité, même s’il divise le fragile gouvernement d’unité de ce pays.

Le Premier ministre Morgan Tsvangirai du MDC a critiqué le programme, le comparant au programme de nationalisation des terres qui a surtout profité aux hauts cadres du Zanu-PF.
Le Premier ministre Morgan Tsvangirai du MDC a critiqué le programme, le comparant au programme de nationalisation des terres qui a surtout profité aux hauts cadres du Zanu-PF.

Au cours de l’année 2010, le débat autour de ce projet de loi a aggravé les tensions entre les deux par-tis qui forment le gouvernement d’unité nationale du Zimbabwe : le Zanu-PF, le parti du président Robert Mugabe, et le MDC, celui du Premier ministre Morgan Tsvangirai. La relation entre ces deux partis n’a jamais été cordiale. Tandis que le Zanu-PF prend une ligne populiste qui a quasiment ruiné l’économie et a obligé des millions de Zimbabwéens à fuir leur pays à la recherche de travail, le MDC cherche à rassurer les investisseurs étrangers en épargnant le président pour ne pas aggraver le harcèlement dont souffrent ses membres (accusations de trahison, détentions et exils).

Modalités du transfert

Après plusieurs mois de hiatus, le pro-jet de loi a été voté en mars sous le nom de « Indigenisation and Economic Empowerment Act », et exige de toutes les entreprises à valeur de 500 000 $ ou plus de vendre 51% de leurs actions à des Zimbabwéens « indigènes » (c’est-à-dire noirs). Les sociétés visées ont 45 jours depuis la publication de la loi pour soumettre au gouvernement un plan expliquant les modalités du transfert de leur capital social. Le Premier ministre Morgan Tsvangirai, du MDC, a critiqué le programme, le comparant au programme de nationalisation des terres qui a surtout profité aux hauts cadres du Zanu-PF. Les grandes sociétés minières comme Anglo Platinum, Impala Platinum ou Aquarius Platinum sont en train de soumettre leurs plans d’indigénisation au gouvernement avec toutes les autres. La date limite pour ces soumissions est le 9 mai. Si le gouvernement devait payer le prix du marché pour ces actions, il aurait à débourser au moins un milliard de dollars. Les analystes soupçonnent que, dans le cas des minières, le gouvernement pourrait échanger des droits minéraux contre des participations.

François Conradie, Cape Town

 
< Précédent   Suivant >