Accès abonné :              
Journal en ligne - []
PIED DE LETTRELa leçon non sue de Mandela
RELATIONS INTERNATIONALESOMC Entre échec et espoir
DOSSIERAhmed Ezz Condamné mais riche
DOSSIERAli Wakrim Le discret d'Akwa Group
DOSSIERStrive Masiyiwa Un pionnier de la libéralisation des télécoms en Afrique
DOSSIERMoulay Hafid Elalamy Le patron 2.0
DOSSIERMohamed Bensalah La force douce des affaires
DOSSIERTony Elumelu Le Nigérian qui monte, qui monte
DOSSIERRostam Azizi Premier milliardaire tanzanien
DOSSIERAnas Sefrioui Addoha, c'est moi
DOSSIERSamih Sawiris Un «Swiris» en cache un autre
DOSSIERSudhir Ruparelia L'Ougandais le plus riche
DOSSIERTheophilus Danjuma Le général philanthrope
DOSSIERMiloud Chaabi Le self-made-man
DOSSIERAziz Akhannouch Le ministre homme d'affaires
DOSSIEROnsi Sawiris Le patriarche
DOSSIERStephen Saad A la tête du plus grand groupe pharmaceutique d'Afrique
DOSSIERKoos Bekker Le magnat des médias sud-africains
DOSSIERMohammed VI Le royal homme d'affaires
DOSSIERPatrice Motsepe Le sémillant minier
DOSSIERYasseen Mansour La fortune, la fraude et moi…
DOSSIEROthman Benjelloun Le leader
DOSSIERFolorunsho Alakija Une femme magnat du pétrole
DOSSIERYoussef Mansour Maître du Métro au pays du Nil
DOSSIERNaguib Sawiris Les télécoms c'est son métier
DOSSIERIssad Rebrab Le privilégié de l'Élysée
DOSSIERIsabel Dos Santos Se fait un prénom
DOSSIERMohamed Mansour Un jongleur en politique et économie
DOSSIERMike Adenuga De la dentelle à Globacom
DOSSIERChristoffel Wiese Le magnat de la distribution
DOSSIERNassef Sawiris Le vrai pharaon de l'Égypte
DOSSIERNicky Oppenheimer Le diamantaire philanthrope
DOSSIERJohann Rupert Discrétion et franc-parler
DOSSIERAliko Dangote Un self-mademan devenu milliardaire
Entreprises et MarchésTUNISAIR Première compagnie d'Afrique à bénéficier de la nouvelle génération A320
Entreprises et MarchésTUNISIE Le taux de la dépendance énergétique atteint 40%en octobre 2014
Entreprises et MarchésMAROC OCP double ses exportations vers l'Afrique en une année
Entreprises et MarchésMAROC i-conférence met en avant la poste africaine
Banque - AssurancesBID 98,4 millions de $ en faveur de 4 pays au sud du Sahara
Banque - AssurancesL'assureur panafricain SUNU blinde ses coffres
Banque - AssurancesCAMEROUN Chanas-Assurances cherche de nouveaux dirigeants
Banque - Assurances75 milliards de f CFA de la Banque mondiale pour la formation en Afrique
Bourses GABON Emission de 25 milliards de f CFA de titres sur le marché de la...
BoursesCAMEROUN Les grandes lignes de l'emprunt obligataire de 150 milliards de f CFA
BoursesBOURSE DE TUNIS Hausse du revenu global des sociétés cotées
Politique - EconomieMALI Reprise des avances du Fonds monétaire international
Politique - EconomieBURKINA FASO Nouvel appui budgétaire de la Banque mondiale
Politique - EconomieNIGÉRIA Boko Haram sème la terreur dans le nord
Politique - EconomieFRANCOPHONIE Michaelle Jean, nouvelle secrétaire générale
Politique - EconomieFRANCOPHONIE Le rendez-vous de Dakar
Politique - EconomieTUNISIE Le taux de croissance s'élève à 2,3%, durant le 3ème trimestre 2014
« La bataille de l’autosuffisance alimentaire est en train d’être gagnée » Version imprimable
25-05-2011

Reconduit dans le gouvernement de Mme le Premier ministre Kaïdama Cissé, le ministre malien de l’Agriculture, Aghatam Ag Alhassane, nous fait le point sur les avancées du programme agricole, le processus de privatisation de la CMDT en cours, l’affaire des intrants et ses chantiers.

Les Afriques : Comment se porte aujourd’hui le secteur agricole malien après le lancement du PDES par le chef de l’Etat Amadou Toumani Touré ?

Aghatam Ag Alhassane : Le secteur agricole malien se porte bien au regard des remarquables performances enregistrées après le lancement du très ambitieux Projet pour le développement économique et social du président ATT. Le Mali a exporté vers les pays de la sous-région non seulement des céréales, mais également des semences certifiées. Le secteur reste attractif et est riche en opportunités économiques. On peut dire que le secteur est en croissance.

« S’il y a un domaine dans lequel le Mali peut atteindre les Objectifs du millénaire pour le développement, c’est bien celui de l’eau. En termes de statistiques, le taux d’accès à l’eau potable oscille entre 75 et 80%. »

 

LA : Selon vous, le Mali est-il sur la bonne voie pour gagner la bataille de l’autosuffisance alimentaire et de l’accès à l’eau ?

AAA : La bataille de l’autosuffisance alimentaire est en train d’être gagnée grâce à une production agricole qui croît du fait de la volonté du président de la République de parvenir à la souveraineté alimentaire, qui est exprimée par le renouvellement de son soutien à la politique de subvention des intrants agricoles et des semences améliorées. S’il y a un domaine dans lequel le Mali peut atteindre les Objectifs du millénaire pour le développement (OMD), c’est bien celui de l’eau. En termes de statistiques, le taux d’accès à l’eau potable oscille entre 75 et 80%. Le pays a d’ailleurs engagé un vaste programme d’aménagement des terres irriguées à travers la maîtrise de l’eau pour continuer à occuper la place de leader au niveau de la sous-région en matière de production de céréales.

 

LA : L’Office du Niger, poumon de l’économie malienne, peine à se valoriser et à attirer les investisseurs étrangers. Pourquoi ?

AAA : L’ Office du Niger continue à attirer des investisseurs, mais on peut quand même parler de certaines lenteurs dues à la satisfaction de conditions souvent posées de part et d’autre. Mais aussi à l’amenée d’eau. Tout compte fait, l’ON continue à demeurer un important gisement agricole pour le Mali et la sous-région ouest-africaine.

 

LA : L’affaire des factures d’engrais, qui s’élèvent à plusieurs milliards FCFA, est au cœur d’une controverse ces jours-ci et oppose les opérateurs de la filière et l’Etat malien. Quelle est votre part de vérité ?

AAA : A propos des factures d’engrais, il faut dire qu’il y a plus de peur que de mal, tout simplement parce que nous avons détecté la fraude avant qu’un seul franc ne soit déboursé par le Trésor malien. La société en question a reconnu son tort et les dispositions sont en train d’être prises pour qu’il ne lui soit payé que ce à quoi elle a réellement droit.

 

LA : Pourquoi le groupe Dagris et Ivoire Coton ont-ils abandonné la compétition dans le cadre de la privatisation de la CMDT, laissant en course Olam, Yumié et Samab ?

AAA : Dans ce genre d’opérations, nous respectons la position de Dagris et d’Ivoire Coton, mais comme je l’ai déjà dit dans une interview que j’avais accordée à votre journal en novembre 2009, nous ne braderons pas la CMDT, dont l’activité fait marcher plusieurs secteurs de l’économie de notre pays avec plus de 3 millions de personnes qui évoluent dans son sillage.

 

LA : Combien pèse la CMDT et à quand la finalisation du processus de privatisation ?

AAA : Ecoutez, la CMDT est l’un des fleurons de l’économie malienne. De ce fait, elle pèse assez lourd. Le processus est en marche, nous le poursuivons prudemment en tenant compte de l’intérêt du pays et de celui, en particulier, des cotonculteurs maliens, qui se sont engagés cette année à produire 500 000 tonnes de coton et 2 millions de tonnes de céréales en zone cotonnière.

LA : Vos grands chantiers ?

AAA : Nos grands chantiers sont les ambitieux programmes inscrits dans l’agenda du Projet pour le développement économique et social du président de la République : maîtrise de l’eau pour l’irrigation, aménagement des bas-fonds, construction d’ouvrages agricoles, de pistes rurales, etc. En somme, ces importants chantiers concourent à cette vision d’un Mali qui gagne.

 

Propos recueillis par Ismaël Aidara, à Paris

 
Suivant >