Accès abonné :              
Journal en ligne - []
ZOOMAlgérie Impact de l'assouplissement du Crédoc
PIED DE LETTRErédacteur en chef exécutif Entre intérêts et circonspection
RELATIONS INTERNATIONALESDiplomatie de connivence
RELATIONS INTERNATIONALESLes tares de l'aide publique en Afrique
DOSSIERAlain Mascart «Il ne faut pas trop blâmer le politique»
DOSSIERAbdelali Belghiti Alaoui «Le Maroc accompagne l'Afrique pour construire des infrastructures sanitair
DOSSIERFaux médicaments Un problème de santé en Afrique
DOSSIERDorothée Kindé Gazard «Notre budget est de 75 milliards de f CFA»
DOSSIERMarrakech examine la santé africaine
DOSSIERMARRAKECH, CAPITALE AFRICAINE DE LA SANTÉ
Entreprises et MarchésGUINÉE Cadeau du Nouvel An d'Orange Guinée au ministre conseiller Youssou Ndour
Entreprises et MarchésLa Banque mondiale pour la facilitation des transports et du transit en Afrique centrale
EditorialLa santé, un droit pour l'Afrique
Banque - AssurancesMARATHON INTERNATIONAL DE BAMAKO Bank of Africa soutient la 6ème édition
Banque - AssurancesCAMEROUN La Banque des PME sur les rails
Banque - AssurancesDONALD KABERUKA, PRÉSIDENT DE LA BAD «La BAD a joué sa partition»
Banque - AssurancesLes banquiers francophones en conclave à Abidjan
Banque - AssurancesCÔTE D'IVOIRE Afreximbank octroie 250 Mrds de f CFA aux entreprises locales
BoursesIntroduction prochaine de Mega African Capital à GSE
BoursesAFFAIRES La note du Cameroun pourrait passer de B à B+
Politique - EconomieMAGHREB Triptyque bonne gouvernance, sécurité et développement
Politique - EconomieL'Afrique cherche son modèle économique à Rabat
Politique - EconomieBURKINA FASO La démocratie à l'épreuve
Politique - EconomieGABON Jean Ping siffle la fin du match
L’ image de l’Afrique en question Version imprimable
04-11-2009

Adama Wade, Casablanca

L’affaire des « biens mal acquis » est un épisode de plus dans l’affrontement entre deux visions de l’Afrique. Une vision étriquée qui veut transposer la démocratie représentative en un seul jour du Cap au Caire. Et une vision réaliste qui salue, sous les sarcasmes des tenants de la première, les avancées démocratiques sur le continent. Dans le premier camp, il y a certaines ONG, puissantes, « amies de l’Afrique » et dont la légitimité est fondée sur la dénonciation permanente des déficits de démocratie, de bonne gouvernance et de libertés de par le monde.

Dans le deuxième, les intervenants sont multiples et non structurés. Mais, paradoxalement, ces deux acteurs qui influent sur l’image de l’Afrique sont censés partager les mêmes objectifs : participer à l’édification de la démocratie. Ce sont les méthodes et les motivations qui diffèrent. Alors que les communicants des ONG font feu de tout bois, enrôlant tous les déçus de l’Afrique, les chargés de la communication institutionnelle des Etats nagent dans l’improvisation.

Bégayant, mal préparés au débat mondialisé, ces sherpas et ministres de la Communication perdent toutes les batailles. Ne leur demandez surtout pas leur avis sur l’irrecevabilité de l’affaire des « biens mal acquis », si vous ne voulez pas entendre la formule usée de « polémique franco-française ». Aussi juste qu’elle soit, cette expression ne doit pas être élevée au rang d’amulette sacrée. Ni nous dédouaner de la nécessité d’une véritable prise en compte du marketing de l’Afrique.

Certes, ce sont les réalités des faits qui font le succès de l’image. Mais on ne peut nier que c’est avec une bonne gestion de son image que l’Italie arrive à sauver sa démocratie, immunisée contre la capacité de séduction massive de son président et rongée par les mafias. Quel traitement aurait subi Berlusconi de la part de ces ONG s’il était un peu plus bronzé et président d’un Etat africain ?