Accès abonné :              
Journal en ligne - [n°96 du 04 au 11 novembre 2009 ]
EditorialL' image de l'Afrique en question
Actualité Ravalomanana : « J'ai acheté 400 tracteurs, au lieu de 400 blindés pour me protéger...
Actualité Un ministre français suscite la colère de son homologue algérien
Actualité La justice française renonce à enquêter sur le patrimoine de chefs d'Etat africains
Actualité Valeurs africaines
En bref par secteur et paysEn bref - Finance
En bref par secteur et paysEn bref - Entreprises et Marchés
En bref par secteur et paysEn bref - Economie et Politique
Banques et AssurancesLes ambitions marocaines de Banco Sabadell
Banques et AssurancesLes gens achètent avant tout une réputation
Banques et AssurancesUBA : revenu en hausse de 17%
Banques et AssurancesSociété Générale Maroc lance une solution pour faire face aux délais de paiement
Banques et AssurancesLa Poste tunisienne avance à grands pas sur les sentiers de la banque postale
Banques et AssurancesErratum
Bourses Alexandre Gandou : « Nous allons vers une intégration des deux bourses de la zone...
BoursesLes 40 premières capitalisations boursières africaines en hausse annuelle de 24%
BoursesLes fonds avec Morningstar
Industrie et servicesGreen business : encore une invention des Occidentaux ?
Industrie et servicesHermann Akoa : « Redécouvrir le plaisir de la marche à pied »
Industrie et servicesNettoyage industriel : Enprogys frappe à la porte de l'Afrique
Industrie et servicesExclusif : Issad Rebrab dévoile les grands projets de Cevital
Industrie et services« Vendre et repartir n'est pas notre stratégie en Algérie »
Industrie et servicesL'Algérie veut stopper l'hémorragie des grands contrats
Produits de baseCombat de coqs entre le Brésil et la France
Economie - PolitiqueLe Vatican s'émeut à la lecture des Afriques
Economie - PolitiqueAffaire Segura : le déni du FMI, l'aveu du Sénégal
Economie - PolitiqueLa CEMAC sur la vague du pétrole
Economie - Politique« Il est absurde de classer les Ivoiriens par leur patronyme »
Economie - PolitiqueMadagascar : imbroglio politique et urgences économiques
Economie - PolitiqueLe Mozambique a renouvelé le bail du FRELIMO
InternationalEgypte : Gamal Moubarak se place… au nom du père
InternationalPour la Chine, Internet est un champ de bataille
InternationalVerbatim
L\'africain de la semaineLionel Zinsou : « Plus du tiers des investissements en Afrique sont africains »
L’ image de l’Afrique en question Version imprimable
04-11-2009

Adama Wade, Casablanca

L’affaire des « biens mal acquis » est un épisode de plus dans l’affrontement entre deux visions de l’Afrique. Une vision étriquée qui veut transposer la démocratie représentative en un seul jour du Cap au Caire. Et une vision réaliste qui salue, sous les sarcasmes des tenants de la première, les avancées démocratiques sur le continent. Dans le premier camp, il y a certaines ONG, puissantes, « amies de l’Afrique » et dont la légitimité est fondée sur la dénonciation permanente des déficits de démocratie, de bonne gouvernance et de libertés de par le monde.

Dans le deuxième, les intervenants sont multiples et non structurés. Mais, paradoxalement, ces deux acteurs qui influent sur l’image de l’Afrique sont censés partager les mêmes objectifs : participer à l’édification de la démocratie. Ce sont les méthodes et les motivations qui diffèrent. Alors que les communicants des ONG font feu de tout bois, enrôlant tous les déçus de l’Afrique, les chargés de la communication institutionnelle des Etats nagent dans l’improvisation.

Bégayant, mal préparés au débat mondialisé, ces sherpas et ministres de la Communication perdent toutes les batailles. Ne leur demandez surtout pas leur avis sur l’irrecevabilité de l’affaire des « biens mal acquis », si vous ne voulez pas entendre la formule usée de « polémique franco-française ». Aussi juste qu’elle soit, cette expression ne doit pas être élevée au rang d’amulette sacrée. Ni nous dédouaner de la nécessité d’une véritable prise en compte du marketing de l’Afrique.

Certes, ce sont les réalités des faits qui font le succès de l’image. Mais on ne peut nier que c’est avec une bonne gestion de son image que l’Italie arrive à sauver sa démocratie, immunisée contre la capacité de séduction massive de son président et rongée par les mafias. Quel traitement aurait subi Berlusconi de la part de ces ONG s’il était un peu plus bronzé et président d’un Etat africain ?