Accès abonné :              
Journal en ligne - []
COIN DE L\'EXPERTQuel modèle de banque agricole pour l'Afrique ?
ZOOM Algérie Abrogation de l'art. 87 bis du Code du travail : quelles incidences sur la...
ZOOMSyndicats en Afrique Mythes ou réalités
DOSSIERNoellie Cecile Tiendrébéogo «Au Burkina Faso, Ecobank détient une part de marché de 20%»
DOSSIERProduction locale, une niche à explorer
DOSSIERMoussa Seck «L'arme alimentaire est autant persuasive que l'arme nucléaire est dissuasive»
DOSSIERCameroun A l'épreuve de l'agriculture de seconde génération
DOSSIERAlbert Kouatelay «Il faut consacrer une part budgétaire conséquente au financement de l'agriculture»
DOSSIERLes Agropoles de MEDZ au SIAM
DOSSIERJaâfar Khattech «L'État en Tunisie garde la mainmise sur la production agricole»
DOSSIERAfrique Le défi de l'autosuffisance alimentaire
DOSSIERKobenan Kouassi Adjoumani «Plan Maroc Vert, source d'inspiration pour nous et pour le continent»
DOSSIERLe financement, le nerf de la guerre de l'agriculture
DOSSIERHicham Laraqui Housseini «L'État joue un rôle de stratège en élaborant une politique publique volont
DOSSIERFinancement de l'agriculture en Afrique
Entreprises et MarchésAIR CEMAC Cloué au sol, faute d'assurance
Entreprises et MarchésNIGERIA Forum économique mondial pour l'Afrique
Entreprises et MarchésBURKINA FASO Rififi autour de la mine de Tambao
Entreprises et MarchésNIGER Entrée en lice de la cimenterie de Keita
Entreprises et MarchésPORT DE DAKAR Fin des travaux de dragage du chenal d'accès
Entreprises et MarchésCAMEROUN L'offensive de Bolloré dans le transport ferroviaire
EditorialNigéria, Boko Haram pour le droit d'ingérence
Banque - AssurancesGroupe Banque populaire invite ses partenaires africains
Banque - AssurancesCAMEROUN Une compagnie d'assurance conteste sa liquidation
Banque - AssurancesLe groupe bancaire United Bank of Africa relifte sa stratégie de management interne
Banque - AssurancesSENEGAL La BIS accorde 10 Mrds de f CFA pour la campagne d'arachide
BoursesCÔTE D'IVOIRE Lancement officiel de l'Eurobond 2014
BoursesSENEGAL Le Fongip et Ecobank s'engagent pour garantir les financements destinés aux PME sénégalaises
Politique - EconomieCroissance économique au Sud du Sahara Le club des 7 meilleures économies de l'année 2013
Politique - EconomieMALI Moussa Mara réussit son premier examen de passage au Parlement
Politique - EconomieMAROC La Caisse de compensation dans le collimateur…
L’ image de l’Afrique en question Version imprimable
04-11-2009

Adama Wade, Casablanca

L’affaire des « biens mal acquis » est un épisode de plus dans l’affrontement entre deux visions de l’Afrique. Une vision étriquée qui veut transposer la démocratie représentative en un seul jour du Cap au Caire. Et une vision réaliste qui salue, sous les sarcasmes des tenants de la première, les avancées démocratiques sur le continent. Dans le premier camp, il y a certaines ONG, puissantes, « amies de l’Afrique » et dont la légitimité est fondée sur la dénonciation permanente des déficits de démocratie, de bonne gouvernance et de libertés de par le monde.

Dans le deuxième, les intervenants sont multiples et non structurés. Mais, paradoxalement, ces deux acteurs qui influent sur l’image de l’Afrique sont censés partager les mêmes objectifs : participer à l’édification de la démocratie. Ce sont les méthodes et les motivations qui diffèrent. Alors que les communicants des ONG font feu de tout bois, enrôlant tous les déçus de l’Afrique, les chargés de la communication institutionnelle des Etats nagent dans l’improvisation.

Bégayant, mal préparés au débat mondialisé, ces sherpas et ministres de la Communication perdent toutes les batailles. Ne leur demandez surtout pas leur avis sur l’irrecevabilité de l’affaire des « biens mal acquis », si vous ne voulez pas entendre la formule usée de « polémique franco-française ». Aussi juste qu’elle soit, cette expression ne doit pas être élevée au rang d’amulette sacrée. Ni nous dédouaner de la nécessité d’une véritable prise en compte du marketing de l’Afrique.

Certes, ce sont les réalités des faits qui font le succès de l’image. Mais on ne peut nier que c’est avec une bonne gestion de son image que l’Italie arrive à sauver sa démocratie, immunisée contre la capacité de séduction massive de son président et rongée par les mafias. Quel traitement aurait subi Berlusconi de la part de ces ONG s’il était un peu plus bronzé et président d’un Etat africain ?