Accès abonné :              
Journal en ligne - []
GREEN BUSINESSABEILLES Maillon primordial de l'agroalimentaire
ZOOMDinar algérien Les 6 raisons de la faiblesse de la cotation sur le marché parallèle
PIED DE LETTREGrands travaux, du tout bénéf !
RELATIONS INTERNATIONALESSur fond de crise économique mondiale, la Chine est devenue progressivement un partenaire incontourn
DOSSIERCôte d'Ivoire Jour J-1
DOSSIERCôte d'Ivoire «La BAD croit fortement en ce pays»
DOSSIERJulien Lefilleur «Le financement des PME en Afrique représente une priorité pour Proparco»
DOSSIERCôte d'Ivoire Le retour de la croissance forte
DOSSIERCôte d'Ivoire La crise persiste
Entreprises et MarchésMALI BOA-Mali gère un fonds de risques hydrauliques de 9 Mrds de f CFA
Entreprises et MarchésLes marques Moov dans le giron de Maroc Telecom
Entreprises et MarchésShelter Afrique affiche une bonne santé financière
Entreprises et MarchésAFRIQUE Quelque 68 milliards de dollars d'investissements attendus à l'horizon 2018
Entreprises et MarchésMAROC Wessal Bouregreg, mégaprojet urbain
Entreprises et MarchésSENEGAL Necotrans lève avec succès 26 Mrds de f CFA pour le terminal vraquier
Entreprises et MarchésMAROC-CHINE Hausse des échanges agricoles et agroalimentaires
EditorialFORUM D'ABUJA «Arrêtez de nous faire rêver !»
Banque - AssurancesMAROC Concours des sociétés de financement
Banque - AssurancesMAROC BMCE Bank signe avec MIGA pour garantir les investissements marocains
Banque - AssurancesSTANDARD BANK A la conquête du marché d'Afrique centrale et de l'Ouest
Banque - AssurancesMAROC La Fondation Attijariwafa bank veut «échanger pour mieux comprendre»
BoursesCAMEROUN Enorme succès autour des titres publics sur le marché de la BEAC
Politique - EconomieSAHEL La France corse son dispositif antiterroriste
Politique - EconomieFMI Christine Lagarde qualifie d'«intelligentes» les réformes entreprises par le Maroc
Politique - EconomieMALI Controverse autour de l'achat de l'avion présidentiel
Politique - EconomieSOUDAN DU SUD Espoirs d'un retour à la paix
Politique - EconomieCENTRAFRIQUE Vers l'instauration de l'anarchie
Politique - EconomieRDC Quand Washington sermonne Kabila
Politique - EconomieUne influence limitée, malgré des atouts géopolitiques
L’ image de l’Afrique en question Version imprimable
04-11-2009

Adama Wade, Casablanca

L’affaire des « biens mal acquis » est un épisode de plus dans l’affrontement entre deux visions de l’Afrique. Une vision étriquée qui veut transposer la démocratie représentative en un seul jour du Cap au Caire. Et une vision réaliste qui salue, sous les sarcasmes des tenants de la première, les avancées démocratiques sur le continent. Dans le premier camp, il y a certaines ONG, puissantes, « amies de l’Afrique » et dont la légitimité est fondée sur la dénonciation permanente des déficits de démocratie, de bonne gouvernance et de libertés de par le monde.

Dans le deuxième, les intervenants sont multiples et non structurés. Mais, paradoxalement, ces deux acteurs qui influent sur l’image de l’Afrique sont censés partager les mêmes objectifs : participer à l’édification de la démocratie. Ce sont les méthodes et les motivations qui diffèrent. Alors que les communicants des ONG font feu de tout bois, enrôlant tous les déçus de l’Afrique, les chargés de la communication institutionnelle des Etats nagent dans l’improvisation.

Bégayant, mal préparés au débat mondialisé, ces sherpas et ministres de la Communication perdent toutes les batailles. Ne leur demandez surtout pas leur avis sur l’irrecevabilité de l’affaire des « biens mal acquis », si vous ne voulez pas entendre la formule usée de « polémique franco-française ». Aussi juste qu’elle soit, cette expression ne doit pas être élevée au rang d’amulette sacrée. Ni nous dédouaner de la nécessité d’une véritable prise en compte du marketing de l’Afrique.

Certes, ce sont les réalités des faits qui font le succès de l’image. Mais on ne peut nier que c’est avec une bonne gestion de son image que l’Italie arrive à sauver sa démocratie, immunisée contre la capacité de séduction massive de son président et rongée par les mafias. Quel traitement aurait subi Berlusconi de la part de ces ONG s’il était un peu plus bronzé et président d’un Etat africain ?