Journal en ligne - []
PIED DE LETTREDe la promotion de l'entrepreneuriat et de l'innovation
RELATIONS INTERNATIONALESAccord sur le nucléaire iranien Un deal contre le terrorisme ?
DOSSIERTariq Sijilmassi «Les banques doivent accompagner le développement du secteur agricole»
DOSSIERSénégal-Maroc Le Groupe d'impulsion économique opérationnel
Dossier SpécialSaïd Mouline Aderee, bras armé du développement durable
Dossier SpécialL'offensive du Royaume chérifien en Afrique centrale
Dossier SpécialMaroc Telecom Quelque 6 millions d'euros pour un projet transafricain
Dossier SpécialAmina Benkhadra Des bassins à fort potentiel
Dossier SpécialCasablanca Inauguration d'un 2ème Centre de dépollution du littoral
Dossier SpécialTariq Sijilmassi «Les banques doivent accompagner le développement du secteur agricole»
Dossier SpécialLa gent féminine, de mieux en mieux
Dossier SpécialFathia Bennis Maroclear, garant d'un marché financier et d'une place fiable, sécurisée et transparen
Dossier SpécialFrance-Maroc Visite du Roi Mohammed VI à Paris
Dossier SpécialKarim Bernoussi Intelcia, un partenaire de confiance
Dossier SpécialJawad Kerdoudi «Ce nouveau vote du Conseil de Sécurité est une victoire pour le Maroc»
Dossier SpécialDes ONG dénoncent le détournement de l'aide humanitaire dans les camps de Tindouf
Dossier SpécialInterview Charles Saint-Prot Évolution en faveur du Maroc
Dossier SpécialRésolution 2218 (2015)
Dossier SpécialRésolution 2218 du Conseil de Sécurité de l'ONU Le Maroc marque un point
Dossier SpécialSahara Victoire du Maroc à l'ONU
Dossier SpécialMaroc Succès d'une image et échec économique
Dossier SpécialMaroc Diagnostic de croissance
Dossier SpécialMaroc Groupe Banque Populaire lance sa 1ère usine monétique panafricaine
Dossier SpécialMaroc Banque populaire Adoption du système Public Key Infrastructure (PKI)
Dossier SpécialHassan El Basri Le gage de réussite d'un modèle de coopération Sud-Sud
Dossier SpécialBudget économique exploratoire 2016
Dossier SpécialOCP, plus que jamais vaisseau-amiral
Dossier SpécialCroissance économique et investissements
Dossier SpécialQuelle stratégie pour la politique africaine ?
Dossier SpécialMaroc-Côte d'Ivoire-Guinee Bissau-Gabon Une coopération, un cran au-dessus
Dossier SpécialMaroc-Senegal Une dizaine d'accords de cooperation
Dossier SpécialLe Maroc à l'abri des soubresauts
Le Cameroun fait le plein d’énergie Version imprimable
28-08-2008

Les investisseurs américains de la firme AES Corporation sont décidés à construire une société d’énergie à vocation régionale pour combler le déficit en Afrique du centre et de l’Ouest.

Par Achille Mbog Pibasso, Douala

L’on s’achemine bientôt vers la création dans la métropole économique camerounaise de Douala d’un pool énergétique à vocation régionale, regroupant des pays d’Afrique centrale et de l’Ouest. Le projet, qui fait partie d’une des préoccupations majeures de la firme américaine AES Corporation, pourrait voir le jour dès l’année prochaine. Le PDG de la multinationale américaine, Paul Hanrahan, a souligné que les études de faisabilité sont terminées et que l’argent pour la réalisation de ce gigantesque projet, qui devrait coûter environ 500 milliards de francs CFA, 760 millions d’euros, est disponible. Dans les prochains mois, un cahier des charges sera signé entre les autorités camerounaises et AES Corporation, matérialisant ainsi ce que des observateurs considèrent comme l’un des plus gros projets réalisés ces dix dernières années dans la région.
Paul Hanrahan a déclaré que les investissements dans le secteur de l’énergie, qui sont de l’ordre de 320 millions de dollars à ce jour au Cameroun, vont passer à plus de 1,2 milliard de dollars d’ici 2011. Pour ce qui est de la société africaine d’énergie, dont le siège sera à Douala, le président de AES Corporation a expliqué que celui-ci mobilisera dans un premier temps les investissements pour la réalisation des projets dans le secteur de l’électricité dans des pays tels que le Nigeria, la RDC, le Ghana et le Sénégal. Une liste « non exhaustive qui pourra se rallonger avec le temps au regard des potentialités et de la demande », a-t-il précisé.

Dans un premier temps les investissements viseront des projets dans le secteur de l’électricité dans des pays tels que le Nigeria, la RDC, le Ghana et le Sénégal.

Choix du Cameroun
Des pays membres de la CEMAC, à l’instar de la Centrafrique, du Gabon et du Tchad, bénéficient de l’électricité en provenance du Cameroun. Il ne fait l’ombre d’aucun doute qu’à l’horizon 2015, plus d’une dizaine de pays d’Afrique centrale et d’Afrique de l’Ouest constitueront le pool énergétique de la société africaine d’énergie. Le Cameroun dispose de la plus importante réserve hydroélectrique d’Afrique au sud du Sahara, après la RDC.
Le choix porté sur le Cameroun pour abriter le siège de la société régionale s’explique, d’après les responsables d’AES Corporation, par deux raisons : la position stratégique du pays situé au cœur du golfe de Guinée, ainsi que la stabilité politique. A ces atouts indéniables, il convient d’ajouter le potentiel énergétique, dont moins de 5% sont actuellement exploités. Selon des responsables d’AES, le Cameroun était en compétition avec l’Afrique du Sud, où la firme américaine est également implantée depuis quelques années, mais des atouts évoqués en sus ont fait pencher la balance en faveur du Cameroun, où la présence américaine remonte à plus d’une demi-douzaine d’années avec des résultats encourageants en termes d’investissement.
C’est en 2001 que la firme américaine AES Corporation a racheté l’ex-Société nationale d’électricité du Cameroun (SONEL). Une présence qui lui confère une situation de monopole puisqu’elle s’occupe à la fois de la production, du transport, de la distribution et de la commercialisation de l’énergie électrique au Cameroun. Pourtant, le cahier des charges paraphé entre les parties américaine et camerounaise dispose d’une concession de vingt ans, sauf que selon les termes de l’accord, au terme de la cinquième année d’exploitation, c’est-à-dire depuis 2006, l’activité devrait être ouverte à d’autres opérateurs. En attendant que cela arrive, les Américains déclarent avoir déjà investi quelque 140 millions de dollars pour le développement des infrastructures énergétiques au Cameroun, ce qui a permis d’augmenter de 20% la capacité de production nationale d’électricité.
Ces investissements ont porté la puissance énergétique nationale à 1433 mégawatts, dépassant les 1000 mégawatts fixés dans le cahier des charge de rétrocession, se félicite-t-on à AES SONEL.

 
Suivant >
 
afrique afrique
×
×
Votre Nom :
Votre Email :





×
Votre Login :
Mot de passe :