Accès abonné :              
Journal en ligne - []
PIED DE LETTRELa leçon non sue de Mandela
RELATIONS INTERNATIONALESOMC Entre échec et espoir
DOSSIERAhmed Ezz Condamné mais riche
DOSSIERAli Wakrim Le discret d'Akwa Group
DOSSIERStrive Masiyiwa Un pionnier de la libéralisation des télécoms en Afrique
DOSSIERMoulay Hafid Elalamy Le patron 2.0
DOSSIERMohamed Bensalah La force douce des affaires
DOSSIERTony Elumelu Le Nigérian qui monte, qui monte
DOSSIERRostam Azizi Premier milliardaire tanzanien
DOSSIERAnas Sefrioui Addoha, c'est moi
DOSSIERSamih Sawiris Un «Swiris» en cache un autre
DOSSIERSudhir Ruparelia L'Ougandais le plus riche
DOSSIERTheophilus Danjuma Le général philanthrope
DOSSIERMiloud Chaabi Le self-made-man
DOSSIERAziz Akhannouch Le ministre homme d'affaires
DOSSIEROnsi Sawiris Le patriarche
DOSSIERStephen Saad A la tête du plus grand groupe pharmaceutique d'Afrique
DOSSIERKoos Bekker Le magnat des médias sud-africains
DOSSIERMohammed VI Le royal homme d'affaires
DOSSIERPatrice Motsepe Le sémillant minier
DOSSIERYasseen Mansour La fortune, la fraude et moi…
DOSSIEROthman Benjelloun Le leader
DOSSIERFolorunsho Alakija Une femme magnat du pétrole
DOSSIERYoussef Mansour Maître du Métro au pays du Nil
DOSSIERNaguib Sawiris Les télécoms c'est son métier
DOSSIERIssad Rebrab Le privilégié de l'Élysée
DOSSIERIsabel Dos Santos Se fait un prénom
DOSSIERMohamed Mansour Un jongleur en politique et économie
DOSSIERMike Adenuga De la dentelle à Globacom
DOSSIERChristoffel Wiese Le magnat de la distribution
DOSSIERNassef Sawiris Le vrai pharaon de l'Égypte
DOSSIERNicky Oppenheimer Le diamantaire philanthrope
DOSSIERJohann Rupert Discrétion et franc-parler
DOSSIERAliko Dangote Un self-mademan devenu milliardaire
Entreprises et MarchésTUNISAIR Première compagnie d'Afrique à bénéficier de la nouvelle génération A320
Entreprises et MarchésTUNISIE Le taux de la dépendance énergétique atteint 40%en octobre 2014
Entreprises et MarchésMAROC OCP double ses exportations vers l'Afrique en une année
Entreprises et MarchésMAROC i-conférence met en avant la poste africaine
Banque - AssurancesBID 98,4 millions de $ en faveur de 4 pays au sud du Sahara
Banque - AssurancesL'assureur panafricain SUNU blinde ses coffres
Banque - AssurancesCAMEROUN Chanas-Assurances cherche de nouveaux dirigeants
Banque - Assurances75 milliards de f CFA de la Banque mondiale pour la formation en Afrique
Bourses GABON Emission de 25 milliards de f CFA de titres sur le marché de la...
BoursesCAMEROUN Les grandes lignes de l'emprunt obligataire de 150 milliards de f CFA
BoursesBOURSE DE TUNIS Hausse du revenu global des sociétés cotées
Politique - EconomieMALI Reprise des avances du Fonds monétaire international
Politique - EconomieBURKINA FASO Nouvel appui budgétaire de la Banque mondiale
Politique - EconomieNIGÉRIA Boko Haram sème la terreur dans le nord
Politique - EconomieFRANCOPHONIE Michaelle Jean, nouvelle secrétaire générale
Politique - EconomieFRANCOPHONIE Le rendez-vous de Dakar
Politique - EconomieTUNISIE Le taux de croissance s'élève à 2,3%, durant le 3ème trimestre 2014
Le Cameroun fait le plein d’énergie Version imprimable
28-08-2008

Les investisseurs américains de la firme AES Corporation sont décidés à construire une société d’énergie à vocation régionale pour combler le déficit en Afrique du centre et de l’Ouest.

Par Achille Mbog Pibasso, Douala

L’on s’achemine bientôt vers la création dans la métropole économique camerounaise de Douala d’un pool énergétique à vocation régionale, regroupant des pays d’Afrique centrale et de l’Ouest. Le projet, qui fait partie d’une des préoccupations majeures de la firme américaine AES Corporation, pourrait voir le jour dès l’année prochaine. Le PDG de la multinationale américaine, Paul Hanrahan, a souligné que les études de faisabilité sont terminées et que l’argent pour la réalisation de ce gigantesque projet, qui devrait coûter environ 500 milliards de francs CFA, 760 millions d’euros, est disponible. Dans les prochains mois, un cahier des charges sera signé entre les autorités camerounaises et AES Corporation, matérialisant ainsi ce que des observateurs considèrent comme l’un des plus gros projets réalisés ces dix dernières années dans la région.
Paul Hanrahan a déclaré que les investissements dans le secteur de l’énergie, qui sont de l’ordre de 320 millions de dollars à ce jour au Cameroun, vont passer à plus de 1,2 milliard de dollars d’ici 2011. Pour ce qui est de la société africaine d’énergie, dont le siège sera à Douala, le président de AES Corporation a expliqué que celui-ci mobilisera dans un premier temps les investissements pour la réalisation des projets dans le secteur de l’électricité dans des pays tels que le Nigeria, la RDC, le Ghana et le Sénégal. Une liste « non exhaustive qui pourra se rallonger avec le temps au regard des potentialités et de la demande », a-t-il précisé.

Dans un premier temps les investissements viseront des projets dans le secteur de l’électricité dans des pays tels que le Nigeria, la RDC, le Ghana et le Sénégal.

Choix du Cameroun
Des pays membres de la CEMAC, à l’instar de la Centrafrique, du Gabon et du Tchad, bénéficient de l’électricité en provenance du Cameroun. Il ne fait l’ombre d’aucun doute qu’à l’horizon 2015, plus d’une dizaine de pays d’Afrique centrale et d’Afrique de l’Ouest constitueront le pool énergétique de la société africaine d’énergie. Le Cameroun dispose de la plus importante réserve hydroélectrique d’Afrique au sud du Sahara, après la RDC.
Le choix porté sur le Cameroun pour abriter le siège de la société régionale s’explique, d’après les responsables d’AES Corporation, par deux raisons : la position stratégique du pays situé au cœur du golfe de Guinée, ainsi que la stabilité politique. A ces atouts indéniables, il convient d’ajouter le potentiel énergétique, dont moins de 5% sont actuellement exploités. Selon des responsables d’AES, le Cameroun était en compétition avec l’Afrique du Sud, où la firme américaine est également implantée depuis quelques années, mais des atouts évoqués en sus ont fait pencher la balance en faveur du Cameroun, où la présence américaine remonte à plus d’une demi-douzaine d’années avec des résultats encourageants en termes d’investissement.
C’est en 2001 que la firme américaine AES Corporation a racheté l’ex-Société nationale d’électricité du Cameroun (SONEL). Une présence qui lui confère une situation de monopole puisqu’elle s’occupe à la fois de la production, du transport, de la distribution et de la commercialisation de l’énergie électrique au Cameroun. Pourtant, le cahier des charges paraphé entre les parties américaine et camerounaise dispose d’une concession de vingt ans, sauf que selon les termes de l’accord, au terme de la cinquième année d’exploitation, c’est-à-dire depuis 2006, l’activité devrait être ouverte à d’autres opérateurs. En attendant que cela arrive, les Américains déclarent avoir déjà investi quelque 140 millions de dollars pour le développement des infrastructures énergétiques au Cameroun, ce qui a permis d’augmenter de 20% la capacité de production nationale d’électricité.
Ces investissements ont porté la puissance énergétique nationale à 1433 mégawatts, dépassant les 1000 mégawatts fixés dans le cahier des charge de rétrocession, se félicite-t-on à AES SONEL.

 
Suivant >