Accès abonné :              
Journal en ligne - []
ZOOMAlgérie Impact de l'assouplissement du Crédoc
PIED DE LETTRErédacteur en chef exécutif Entre intérêts et circonspection
RELATIONS INTERNATIONALESDiplomatie de connivence
RELATIONS INTERNATIONALESLes tares de l'aide publique en Afrique
DOSSIERAlain Mascart «Il ne faut pas trop blâmer le politique»
DOSSIERAbdelali Belghiti Alaoui «Le Maroc accompagne l'Afrique pour construire des infrastructures sanitair
DOSSIERFaux médicaments Un problème de santé en Afrique
DOSSIERDorothée Kindé Gazard «Notre budget est de 75 milliards de f CFA»
DOSSIERMarrakech examine la santé africaine
DOSSIERMARRAKECH, CAPITALE AFRICAINE DE LA SANTÉ
Entreprises et MarchésGUINÉE Cadeau du Nouvel An d'Orange Guinée au ministre conseiller Youssou Ndour
Entreprises et MarchésLa Banque mondiale pour la facilitation des transports et du transit en Afrique centrale
EditorialLa santé, un droit pour l'Afrique
Banque - AssurancesMARATHON INTERNATIONAL DE BAMAKO Bank of Africa soutient la 6ème édition
Banque - AssurancesCAMEROUN La Banque des PME sur les rails
Banque - AssurancesDONALD KABERUKA, PRÉSIDENT DE LA BAD «La BAD a joué sa partition»
Banque - AssurancesLes banquiers francophones en conclave à Abidjan
Banque - AssurancesCÔTE D'IVOIRE Afreximbank octroie 250 Mrds de f CFA aux entreprises locales
BoursesIntroduction prochaine de Mega African Capital à GSE
BoursesAFFAIRES La note du Cameroun pourrait passer de B à B+
Politique - EconomieMAGHREB Triptyque bonne gouvernance, sécurité et développement
Politique - EconomieL'Afrique cherche son modèle économique à Rabat
Politique - EconomieBURKINA FASO La démocratie à l'épreuve
Politique - EconomieGABON Jean Ping siffle la fin du match
4 milliards FCFA pour sauver la société sénégalo-malienne Transrail SA Version imprimable
11-01-2011

En butte à un endettement massif de 12 milliards FCfa, la société ferroviaire sénégalo-malienne Transrail SA a lancé le 31 décembre 2010 un nouveau plan de sauvetage d’un coût de 4 milliards FCFA, accepté par les bailleurs de fonds.

Transrail SA, une entreprise au bord de la cessation de paiement, va très mal. Les successions de pertes d’exploitation se sont enchaînées ces dix-huit derniers mois. Le constat fait à Bamako par les ministres malien et sénégalais en charge des Transports a abouti au lancement d’un plan de sauvetage d’urgence. Le groupe des bailleurs de fonds, les deux pays partenaires et le groupe français Advens (actionnaire à hauteur de 51% du capital) ont donné une suite favorable à ce plan de relance. Ce nouveau plan d’urgence va donc venir en appoint au plan de règlement préventif appliqué depuis août 2009 par l’entreprise. Un régime tiré du droit malien qui a permis jusque-là à l’entreprise d’être à l’abri de ses créanciers, avant de retrouver une meilleure santé financière.

Malgré ces difficultés, Transrail est parvenue à assurer annuellement le transport de 400 000 tonnes de fret entre les deux pays frontaliers d’Afrique de l’Ouest.

Les deux gouvernements vont présenter dans les meilleurs délais une requête commune à l’appréciation des bailleurs de fonds. Cette manne financière que la société s’apprête à recevoir servira notamment à l’acquisition de nouvelles locomotives pour l’amélioration de la capacité de traction, à l’achat de pièces de rechange pour la remise en état du matériel, ou à la réhabilitation de certains tronçons de voie, de même qu’à la réhabilitation de plusieurs ouvrages d’art. Hormis l’acquisition des 4 milliards FCFA, il est prévu la recapitalisation prochaine de la société, la réduction des charges d’exploitation, l’érection d’un fonds de roulement et la reprise des décaissements de la Banque africaine de développement (BAD).

 

Moderniser le réseau

Les deux Etats se sont aussi engagés à payer les dettes et à payer l’avenant de la convention fiscale et douanière au plus tard le 31 janvier 2011. Transrail s’engage à moderniser le réseau ferré dans le corridor Dakar-Bamako, qui assure 40% des échanges entre les deux pays, contre 30% pour l’axe Bamako-Abidjan, aujourd’hui délaissé à cause de la crise politique ivoirienne. Malgré ces difficultés, Transrail est parvenue à assurer annuellement le transport de 400 000 tonnes de fret entre les deux pays frontaliers d’Afrique de l’Ouest. Un chiffre d’affaires de 17 milliards fCFa a aussi été réalisé lors de l’exercice dernier. Hormis le groupe agroalimentaire Advens (51% du capital), les autres actionnaires de l’entreprise sont les privés (20%), le Mali (10%), le Sénégal (10%), de même que les travailleurs qui détiennent 9% des parts.

 

Mohamed Ndiaye

 
< Précédent   Suivant >