Accès abonné :              
Journal en ligne - []
PIED DE LETTREPréalables au libre-échange
DOSSIERMehdi Jomâa, le pragmatique
Entreprises et MarchésL'Égypte ambitionne d'attirer 12 millions de touristes, d'ici à fin 2014
Entreprises et MarchésEGYPTAIR Un chiffre d'affaires en augmentation de 21%durant le premier trimestre 2014
Entreprises et MarchésCAMEROUN Des entreprises en course pour la notation financière
Entreprises et MarchésDOING BUSINESS Le climat des affaires s'améliore en Afrique
Entreprises et MarchésMARRAKECH Joe Biden, Alpha Condé et Ali Bongo au GES Maroc
Banque - AssurancesLa Boad a financé 700 projets dans la zone Uemoa
BoursesTUNISIE Création d'un fonds d'investissement destiné aux secteurs hôtelier et touristique
BoursesLIBREVILLE Le décollage en pointillés de la Bourse régionale
BoursesLa Douala Stock Exchange en quête de vitalité
BoursesTUNISIE La BVMT, un marché financier fortement influencé par la vie politique
BoursesPME Des instruments ad hoc pour des besoins spécifiques
BoursesBOURSES AFRICAINES A la recherche de liquidités
BoursesUne efficiente contribution
FocusBurkina Faso L'énigme Gilbert Djendéré
FocusL'épreuve ultime de l'après-Compaoré
FocusValse de limogeages des DG de Sonabel, Sonabhy, à qui le tour ?
FocusBurkina Faso Le lieutenantcolonel Isaac Zida, nouveau sherpa de la primature
FocusBurkina Faso Le diplomate Michel Kafando désigné nouveau président intérimaire
Politique - EconomieRÉVOLTE AU BURKINA FASO Vers un Printemps africain ?
Politique - EconomieMARZOUKI «Ne pas voter pour le retour de l'ancien régime»
Politique - Economie EGYPTE La BERD lance une ligne de crédit de 30 millions de dollars pour l'appui...
Politique - EconomieTUNISIE Le taux d'inflation à 5,4%(INS)
Politique - EconomieOMD Les Pays d'Afrique centrale en ballottage défavorable
Politique - EconomieTUNISIE Une croissance du PIB en deçà de 2,5%
4 milliards FCFA pour sauver la société sénégalo-malienne Transrail SA Version imprimable
11-01-2011

En butte à un endettement massif de 12 milliards FCfa, la société ferroviaire sénégalo-malienne Transrail SA a lancé le 31 décembre 2010 un nouveau plan de sauvetage d’un coût de 4 milliards FCFA, accepté par les bailleurs de fonds.

Transrail SA, une entreprise au bord de la cessation de paiement, va très mal. Les successions de pertes d’exploitation se sont enchaînées ces dix-huit derniers mois. Le constat fait à Bamako par les ministres malien et sénégalais en charge des Transports a abouti au lancement d’un plan de sauvetage d’urgence. Le groupe des bailleurs de fonds, les deux pays partenaires et le groupe français Advens (actionnaire à hauteur de 51% du capital) ont donné une suite favorable à ce plan de relance. Ce nouveau plan d’urgence va donc venir en appoint au plan de règlement préventif appliqué depuis août 2009 par l’entreprise. Un régime tiré du droit malien qui a permis jusque-là à l’entreprise d’être à l’abri de ses créanciers, avant de retrouver une meilleure santé financière.

Malgré ces difficultés, Transrail est parvenue à assurer annuellement le transport de 400 000 tonnes de fret entre les deux pays frontaliers d’Afrique de l’Ouest.

Les deux gouvernements vont présenter dans les meilleurs délais une requête commune à l’appréciation des bailleurs de fonds. Cette manne financière que la société s’apprête à recevoir servira notamment à l’acquisition de nouvelles locomotives pour l’amélioration de la capacité de traction, à l’achat de pièces de rechange pour la remise en état du matériel, ou à la réhabilitation de certains tronçons de voie, de même qu’à la réhabilitation de plusieurs ouvrages d’art. Hormis l’acquisition des 4 milliards FCFA, il est prévu la recapitalisation prochaine de la société, la réduction des charges d’exploitation, l’érection d’un fonds de roulement et la reprise des décaissements de la Banque africaine de développement (BAD).

 

Moderniser le réseau

Les deux Etats se sont aussi engagés à payer les dettes et à payer l’avenant de la convention fiscale et douanière au plus tard le 31 janvier 2011. Transrail s’engage à moderniser le réseau ferré dans le corridor Dakar-Bamako, qui assure 40% des échanges entre les deux pays, contre 30% pour l’axe Bamako-Abidjan, aujourd’hui délaissé à cause de la crise politique ivoirienne. Malgré ces difficultés, Transrail est parvenue à assurer annuellement le transport de 400 000 tonnes de fret entre les deux pays frontaliers d’Afrique de l’Ouest. Un chiffre d’affaires de 17 milliards fCFa a aussi été réalisé lors de l’exercice dernier. Hormis le groupe agroalimentaire Advens (51% du capital), les autres actionnaires de l’entreprise sont les privés (20%), le Mali (10%), le Sénégal (10%), de même que les travailleurs qui détiennent 9% des parts.

 

Mohamed Ndiaye

 
< Précédent   Suivant >