Accès abonné :              
Journal en ligne - []
PIED DE LETTRELa leçon non sue de Mandela
RELATIONS INTERNATIONALESOMC Entre échec et espoir
DOSSIERAhmed Ezz Condamné mais riche
DOSSIERAli Wakrim Le discret d'Akwa Group
DOSSIERStrive Masiyiwa Un pionnier de la libéralisation des télécoms en Afrique
DOSSIERMoulay Hafid Elalamy Le patron 2.0
DOSSIERMohamed Bensalah La force douce des affaires
DOSSIERTony Elumelu Le Nigérian qui monte, qui monte
DOSSIERRostam Azizi Premier milliardaire tanzanien
DOSSIERAnas Sefrioui Addoha, c'est moi
DOSSIERSamih Sawiris Un «Swiris» en cache un autre
DOSSIERSudhir Ruparelia L'Ougandais le plus riche
DOSSIERTheophilus Danjuma Le général philanthrope
DOSSIERMiloud Chaabi Le self-made-man
DOSSIERAziz Akhannouch Le ministre homme d'affaires
DOSSIEROnsi Sawiris Le patriarche
DOSSIERStephen Saad A la tête du plus grand groupe pharmaceutique d'Afrique
DOSSIERKoos Bekker Le magnat des médias sud-africains
DOSSIERMohammed VI Le royal homme d'affaires
DOSSIERPatrice Motsepe Le sémillant minier
DOSSIERYasseen Mansour La fortune, la fraude et moi…
DOSSIEROthman Benjelloun Le leader
DOSSIERFolorunsho Alakija Une femme magnat du pétrole
DOSSIERYoussef Mansour Maître du Métro au pays du Nil
DOSSIERNaguib Sawiris Les télécoms c'est son métier
DOSSIERIssad Rebrab Le privilégié de l'Élysée
DOSSIERIsabel Dos Santos Se fait un prénom
DOSSIERMohamed Mansour Un jongleur en politique et économie
DOSSIERMike Adenuga De la dentelle à Globacom
DOSSIERChristoffel Wiese Le magnat de la distribution
DOSSIERNassef Sawiris Le vrai pharaon de l'Égypte
DOSSIERNicky Oppenheimer Le diamantaire philanthrope
DOSSIERJohann Rupert Discrétion et franc-parler
DOSSIERAliko Dangote Un self-mademan devenu milliardaire
Entreprises et MarchésTUNISAIR Première compagnie d'Afrique à bénéficier de la nouvelle génération A320
Entreprises et MarchésTUNISIE Le taux de la dépendance énergétique atteint 40%en octobre 2014
Entreprises et MarchésMAROC OCP double ses exportations vers l'Afrique en une année
Entreprises et MarchésMAROC i-conférence met en avant la poste africaine
Banque - AssurancesBID 98,4 millions de $ en faveur de 4 pays au sud du Sahara
Banque - AssurancesL'assureur panafricain SUNU blinde ses coffres
Banque - AssurancesCAMEROUN Chanas-Assurances cherche de nouveaux dirigeants
Banque - Assurances75 milliards de f CFA de la Banque mondiale pour la formation en Afrique
Bourses GABON Emission de 25 milliards de f CFA de titres sur le marché de la...
BoursesCAMEROUN Les grandes lignes de l'emprunt obligataire de 150 milliards de f CFA
BoursesBOURSE DE TUNIS Hausse du revenu global des sociétés cotées
Politique - EconomieMALI Reprise des avances du Fonds monétaire international
Politique - EconomieBURKINA FASO Nouvel appui budgétaire de la Banque mondiale
Politique - EconomieNIGÉRIA Boko Haram sème la terreur dans le nord
Politique - EconomieFRANCOPHONIE Michaelle Jean, nouvelle secrétaire générale
Politique - EconomieFRANCOPHONIE Le rendez-vous de Dakar
Politique - EconomieTUNISIE Le taux de croissance s'élève à 2,3%, durant le 3ème trimestre 2014
Bolloré va investir 50 milliards FCFA en Côte d’Ivoire Version imprimable
26-05-2010

Le groupe Bolloré, très présent en Côte d’Ivoire dans des domaines aussi divers que le transport maritime, la logistique terrestre, la manutention, le transit maritime et aérien, ou encore le transport ferroviaire, annonce d’importants investissements sur la période 2010-2013.

Le groupe Bolloré voudrait marquer définitivement son engagement à faire d’Abidjan un pôle important de ses activités en Afrique qu’il ne s’y prendrait pas autrement. En mars dernier, il a dévoilé un nouveau programme d’investissements à exécuter sur la période 2010-2013 via sa filiale Bolloré Africa Logistics. Enveloppe globale de ces nouveaux investissements inscrits dans son « plan d’expansion sur trois ans » : 50 milliards FCFA. Principales activités auxquelles devront bénéficier cette manne : la gestion du terminal à conteneurs du port d’Abidjan et le transport ferroviaire entre la Côte d’Ivoire et les pays de l’hinterland.

 

Les plus hauts standards internationaux

Ainsi donc 14% de cette enveloppe, soit 7 milliards FCFA, seront consacrés à l’acquisition, auprès du groupe finlandais Konecranes, de huit nouveaux portiques de parc RTG (Rubber Tyre Gantry), qui devront renforcer le parc actuel de cinq portiques (dont quatre mobiles). Ces nouveaux équipements, d’une capacité de levage de 40 t, devraient accroître la productivité de la Société d’exploitation du terminal de Vridi (SETV), à qui l’Etat a concédé en 2005 la gestion du terminal à conteneurs. Il est donc attendu de cet investissement, qui va porter le parc équipement en portiques de la SETV à 16, qu’il fasse passer de 550 000 TEU en 2009 à 800 000 TEU par an les fruits de la manutention. En effet, l’augmentation de la productivité du terminal à conteneurs du port d’Abidjan, à raison d’une cadence de 60 à 75 mouvements à l’heure, devrait permette au PAA de s’aligner sur les plus hauts standards internationaux. A cet effet, un montant de 10 milliards FCFA servira à la réfection de 300 mètres de quai (quais 21 et 22) et à la prolongation des rails de roulement dans la perspective de l’installation de deux portiques supplémentaires dès 2011. Ces acquisitions et constructions d’équipements seront prolongées par la création d’un centre de formation à vocation sous-régionale dédié aux métiers de la logistique, et plus particulièrement de la conduite.

Principales activités auxquelles devront bénéficier cette manne : la gestion du terminal à conteneurs du port d’Abidjan et le transport ferroviaire entre la Côte d’Ivoire et les pays de l’hinterland.

Renouvellement des infrastructures

En ce qui concerne le transport ferroviaire, une bonne part de la trentaine de milliards FCFA résiduels de cette enveloppe sera affectée au renouvellement des infrastructures et des équipements roulant, ainsi qu’au renforcement des capacités humaines de la SITARAIL, la filiale du groupe, concessionnaire du chemin de fer. Le plan d’urgence de relance du transport par rail « Vision 2030 », adopté lors du conseil d’administration de SITARAIL de juillet 2009, prescrit un investissement global de 265 milliards FCFA sur vingt ans – dont 186 milliards FCFA financés par Bolloré Africa Logistics – pour le renouvellement du parc de locomotives, la réhabilitation et la transformation de la flotte actuelle de wagons de marchandises, et la prise en compte des charges nécessaires au bon fonctionnement de la voie.

Par ces investissements, Bolloré Africa Logistics se positionne dans la perspective du renforcement de la production d’uranium au Niger par Areva.

 

Louis S. Amédé, Abidjan

 
< Précédent   Suivant >