Accès abonné :              
Journal en ligne - []
PIED DE LETTRELa leçon non sue de Mandela
RELATIONS INTERNATIONALESOMC Entre échec et espoir
DOSSIERAhmed Ezz Condamné mais riche
DOSSIERAli Wakrim Le discret d'Akwa Group
DOSSIERStrive Masiyiwa Un pionnier de la libéralisation des télécoms en Afrique
DOSSIERMoulay Hafid Elalamy Le patron 2.0
DOSSIERMohamed Bensalah La force douce des affaires
DOSSIERTony Elumelu Le Nigérian qui monte, qui monte
DOSSIERRostam Azizi Premier milliardaire tanzanien
DOSSIERAnas Sefrioui Addoha, c'est moi
DOSSIERSamih Sawiris Un «Swiris» en cache un autre
DOSSIERSudhir Ruparelia L'Ougandais le plus riche
DOSSIERTheophilus Danjuma Le général philanthrope
DOSSIERMiloud Chaabi Le self-made-man
DOSSIERAziz Akhannouch Le ministre homme d'affaires
DOSSIEROnsi Sawiris Le patriarche
DOSSIERStephen Saad A la tête du plus grand groupe pharmaceutique d'Afrique
DOSSIERKoos Bekker Le magnat des médias sud-africains
DOSSIERMohammed VI Le royal homme d'affaires
DOSSIERPatrice Motsepe Le sémillant minier
DOSSIERYasseen Mansour La fortune, la fraude et moi…
DOSSIEROthman Benjelloun Le leader
DOSSIERFolorunsho Alakija Une femme magnat du pétrole
DOSSIERYoussef Mansour Maître du Métro au pays du Nil
DOSSIERNaguib Sawiris Les télécoms c'est son métier
DOSSIERIssad Rebrab Le privilégié de l'Élysée
DOSSIERIsabel Dos Santos Se fait un prénom
DOSSIERMohamed Mansour Un jongleur en politique et économie
DOSSIERMike Adenuga De la dentelle à Globacom
DOSSIERChristoffel Wiese Le magnat de la distribution
DOSSIERNassef Sawiris Le vrai pharaon de l'Égypte
DOSSIERNicky Oppenheimer Le diamantaire philanthrope
DOSSIERJohann Rupert Discrétion et franc-parler
DOSSIERAliko Dangote Un self-mademan devenu milliardaire
Entreprises et MarchésTUNISAIR Première compagnie d'Afrique à bénéficier de la nouvelle génération A320
Entreprises et MarchésTUNISIE Le taux de la dépendance énergétique atteint 40%en octobre 2014
Entreprises et MarchésMAROC OCP double ses exportations vers l'Afrique en une année
Entreprises et MarchésMAROC i-conférence met en avant la poste africaine
Banque - AssurancesBID 98,4 millions de $ en faveur de 4 pays au sud du Sahara
Banque - AssurancesL'assureur panafricain SUNU blinde ses coffres
Banque - AssurancesCAMEROUN Chanas-Assurances cherche de nouveaux dirigeants
Banque - Assurances75 milliards de f CFA de la Banque mondiale pour la formation en Afrique
Bourses GABON Emission de 25 milliards de f CFA de titres sur le marché de la...
BoursesCAMEROUN Les grandes lignes de l'emprunt obligataire de 150 milliards de f CFA
BoursesBOURSE DE TUNIS Hausse du revenu global des sociétés cotées
Politique - EconomieMALI Reprise des avances du Fonds monétaire international
Politique - EconomieBURKINA FASO Nouvel appui budgétaire de la Banque mondiale
Politique - EconomieNIGÉRIA Boko Haram sème la terreur dans le nord
Politique - EconomieFRANCOPHONIE Michaelle Jean, nouvelle secrétaire générale
Politique - EconomieFRANCOPHONIE Le rendez-vous de Dakar
Politique - EconomieTUNISIE Le taux de croissance s'élève à 2,3%, durant le 3ème trimestre 2014
Guinée Les Moulins d’Afrique en ordre de marche Version imprimable
05-06-2012
C’est le fruit d’une joint-venture entre les Moulins Lahlal (Maroc) et la Compagnie Sonoco SA (Guinée). Montant de l’investissement 28,5 millions de dollars. La firme suisse Bühler se charge des installations clé à main de la minoterie.

Partenaires depuis une dizaine d’années dans le secteur du blé, le marocain Omar Yacoubi, PDG des Moulins Lahlal et l’opérateur guinéen Mamadou Saliou Diallo, PDG de Sonoco SA, sont passés à la vitesse supérieure. Leur voeu, d’installer une usine de fabrication de blé de farine fortifiée, devient réalité pour résorber l’épineux problème du déficit de la farine en Guinée. La cérémonie d’inauguration du nouveau complexe industriel de production de farine, dénommé «Les Moulins d’Afrique», et situé dans la zone industrielle de Sonfonia (commune de Matoto), a eu lieu lundi 7 mai 2012 sous la présidence du Premier ministre de Guinée, Mohamed Said Fofana, qui avait à ses côtés le ministre de l’Industrie, la conseillère du président en charge du secteur privé et de l’ambassadeur du Royaume Chérifien en Guinée.

Confiance des bailleurs et des banques locales :

D’un coût global d’investissement de 28,5 millions de $, cette nouvelle minoterie de dernière génération a bénéficié de la confiance des partenaires financiers institutionnels et d’un pool de banques locales. Lesquels ont accompagné le projet de minoterie dans la phase du montage financier et la soumission aux partenaires financiers. Après plusieurs rounds de discussions au tour de table, les deux associés ont trouvé un terrain d’entente avec les bailleurs inscrits sur la short-list devant participer au financement du projet.

«Le financement est presque bouclé. Les banques et les partenaires institutionnels croient en ce projet. C’est un modèle industriel nouveau en Guinée que nous mettons en place et qui constitue un signe de vitalité du secteur privé. Notre partenariat est un co-développement industriel à forte valeur ajoutée», a reconnu le Marocain Omar Yacoubi.

«En tant opérateur du secteur, ma première commande passée auprès des Moulins Lahlal pour faire venir la farine en Guinée pesait 45 tonnes payée à l’avance. Durant tout ce partenariat j’ai respecté mes engagements. Aujourd’hui, avec ce projet Les Moulins d’Afrique, je passe du statut d’importateur de farine au statut d’industriel» a estimé Mamadou Saliou Diallo, PDG de Sonoco SA.

La capacité de production des Moulins d’Afrique est de 172000 tonnes de blé fortifié par an et devra atteindre un pic de 216000 tonnes l’année après l’extension de l’usine prévue en principe en mars 2013. La firme suisse Bühler, géant mondial dans la fabrication et l’installation des chaînes logistiques agro-alimentaires, se charge de la réalisation de la minoterie «Moulins d’Afrique».

Une bouffée d’oxygène à la fois pour le secteur privé guinéen et le gouvernement qui considèrent ce projet industriel privé comme une réponse à la récurrente tyrannie liée à la facture du blé à l’import soumise aux fluctuations des cours du marché de la farine. Grâce à cette minoterie, le marché guinéen sera ravitaillé correctement et en grande quantité en farine de blé fortifiée de très bonne qualité.

Quitus du président

Selon les associés, le chef de l’Etat, Alpha Condé a délivré son quitus pour la réalisation de la minoterie. Car, cette importante industrie traduit concrètement la vision de son programme quinquennal qui place l’autosuffisance alimentaire au coeur de ses priorités. Cet investissement de 28,5 millions de $ est un bol d’air frais envoyé à l’économie guinéenne qui profitera beaucoup du transfert technologique. Mais, le secteur agro-industriel reste toujours vulnérable : déficit d’énergie, d’eau, absence de financement et d’incitations avantageuses fiscales. Ce modèle de financement des Moulins d’Afrique, réalisé en Guinée fruit d’une joint venture maroco- guinéenne devra inciter d’autres opérateurs nationaux à prendre cette voie afin de booster le tissu économique.

Ismael Aidara,
Envoyé spécial à Conakry
 
Suivant >