Accès abonné :              


Journal en ligne - []
COIN DE L\'EXPERTAlgérie Révision constitutionnelle, mes 10 propositions
DÉCOUVERTETour du monde La Marocaine Fadoua Berrada réalise une première
PIED DE LETTREQui veut humilier le Nigéria ?
RELATIONS INTERNATIONALESFrance-Maroc Un Forum pour le partenariat économique
DOSSIERInterview La corruption gangrène le Congo RDC
DOSSIERCorruption Le mal de la RDC
DOSSIERAfrique centrale Plaidoyer pour la rigueur dans la gestion des affaires publiques
DOSSIER «Les pays africains sont appelés à promouvoir les valeurs de la transparence et la moralisation...
DOSSIERGiaba Un instrument de lutte contre le blanchiment d'argent
DOSSIERUn continent en proie à la corruption
DOSSIERCorruption Analyses et études en 2013
Entreprises et MarchésGUINÉE Simandou porté sur les fonts baptismaux
Entreprises et MarchésActis prend le contrôle du secteur de l'électricité au Cameroun
Entreprises et MarchésFestival de Cannes, «Timbuktu» nominé pas vainqueur
Entreprises et MarchésLa Cour de justice et d'arbitrage d'Abidjan condamne la Guinée avec fermeté
Entreprises et MarchésNIGER-AREVA Les dessous d'un deal
EditorialCorruption, changeons de culture
Banque - AssurancesCAMEROUN La SFI entre dans le capital d'Activa Assurances
Banque - AssurancesBAD-PBOC Lancement d'un fonds de cofinancement
Banque - AssurancesAFRICA BANKING FORUM Les TIC un pilier de développement pour les banques africaines
Banque - AssurancesEn 50 ans, la BAD a injecté plus de 100 Mrds de dollars en Afrique
Banque - AssurancesRWANDA Comment la BAD compte relancer l'économie de l'Afrique à l'horizon 2024
BoursesAFRIQUE DE L'OUEST La Banque mondiale accorde une ligne de financement à 3 pays
FocusAlgérie Pouvoir et opposition condamnés à s'entendre
Politique - EconomieLa face cachée du don
Politique - EconomieNORD MALI Le président mauritanien Mohamed Ould Abdelaziz en pompier
Politique - EconomieSÉNÉGAL Macky Sall, pour plus de flux commerciaux intra-africains
Politique - EconomieCONGO-BRAZZAVILLE - RDC Le ton se durcit
Politique - EconomieÉGYPTE Al-Sissi, nouveau pharaon
Politique - EconomieGABON L'appel d'Ali Bongo à investir en Afrique
Guinée Les Moulins d’Afrique en ordre de marche Version imprimable
05-06-2012
C’est le fruit d’une joint-venture entre les Moulins Lahlal (Maroc) et la Compagnie Sonoco SA (Guinée). Montant de l’investissement 28,5 millions de dollars. La firme suisse Bühler se charge des installations clé à main de la minoterie.

Partenaires depuis une dizaine d’années dans le secteur du blé, le marocain Omar Yacoubi, PDG des Moulins Lahlal et l’opérateur guinéen Mamadou Saliou Diallo, PDG de Sonoco SA, sont passés à la vitesse supérieure. Leur voeu, d’installer une usine de fabrication de blé de farine fortifiée, devient réalité pour résorber l’épineux problème du déficit de la farine en Guinée. La cérémonie d’inauguration du nouveau complexe industriel de production de farine, dénommé «Les Moulins d’Afrique», et situé dans la zone industrielle de Sonfonia (commune de Matoto), a eu lieu lundi 7 mai 2012 sous la présidence du Premier ministre de Guinée, Mohamed Said Fofana, qui avait à ses côtés le ministre de l’Industrie, la conseillère du président en charge du secteur privé et de l’ambassadeur du Royaume Chérifien en Guinée.

Confiance des bailleurs et des banques locales :

D’un coût global d’investissement de 28,5 millions de $, cette nouvelle minoterie de dernière génération a bénéficié de la confiance des partenaires financiers institutionnels et d’un pool de banques locales. Lesquels ont accompagné le projet de minoterie dans la phase du montage financier et la soumission aux partenaires financiers. Après plusieurs rounds de discussions au tour de table, les deux associés ont trouvé un terrain d’entente avec les bailleurs inscrits sur la short-list devant participer au financement du projet.

«Le financement est presque bouclé. Les banques et les partenaires institutionnels croient en ce projet. C’est un modèle industriel nouveau en Guinée que nous mettons en place et qui constitue un signe de vitalité du secteur privé. Notre partenariat est un co-développement industriel à forte valeur ajoutée», a reconnu le Marocain Omar Yacoubi.

«En tant opérateur du secteur, ma première commande passée auprès des Moulins Lahlal pour faire venir la farine en Guinée pesait 45 tonnes payée à l’avance. Durant tout ce partenariat j’ai respecté mes engagements. Aujourd’hui, avec ce projet Les Moulins d’Afrique, je passe du statut d’importateur de farine au statut d’industriel» a estimé Mamadou Saliou Diallo, PDG de Sonoco SA.

La capacité de production des Moulins d’Afrique est de 172000 tonnes de blé fortifié par an et devra atteindre un pic de 216000 tonnes l’année après l’extension de l’usine prévue en principe en mars 2013. La firme suisse Bühler, géant mondial dans la fabrication et l’installation des chaînes logistiques agro-alimentaires, se charge de la réalisation de la minoterie «Moulins d’Afrique».

Une bouffée d’oxygène à la fois pour le secteur privé guinéen et le gouvernement qui considèrent ce projet industriel privé comme une réponse à la récurrente tyrannie liée à la facture du blé à l’import soumise aux fluctuations des cours du marché de la farine. Grâce à cette minoterie, le marché guinéen sera ravitaillé correctement et en grande quantité en farine de blé fortifiée de très bonne qualité.

Quitus du président

Selon les associés, le chef de l’Etat, Alpha Condé a délivré son quitus pour la réalisation de la minoterie. Car, cette importante industrie traduit concrètement la vision de son programme quinquennal qui place l’autosuffisance alimentaire au coeur de ses priorités. Cet investissement de 28,5 millions de $ est un bol d’air frais envoyé à l’économie guinéenne qui profitera beaucoup du transfert technologique. Mais, le secteur agro-industriel reste toujours vulnérable : déficit d’énergie, d’eau, absence de financement et d’incitations avantageuses fiscales. Ce modèle de financement des Moulins d’Afrique, réalisé en Guinée fruit d’une joint venture maroco- guinéenne devra inciter d’autres opérateurs nationaux à prendre cette voie afin de booster le tissu économique.

Ismael Aidara,
Envoyé spécial à Conakry
 
Suivant >