Journal en ligne - []
PIED DE LETTREDe la promotion de l'entrepreneuriat et de l'innovation
RELATIONS INTERNATIONALESAccord sur le nucléaire iranien Un deal contre le terrorisme ?
DOSSIERTariq Sijilmassi «Les banques doivent accompagner le développement du secteur agricole»
DOSSIERSénégal-Maroc Le Groupe d'impulsion économique opérationnel
Dossier SpécialSaïd Mouline Aderee, bras armé du développement durable
Dossier SpécialL'offensive du Royaume chérifien en Afrique centrale
Dossier SpécialMaroc Telecom Quelque 6 millions d'euros pour un projet transafricain
Dossier SpécialAmina Benkhadra Des bassins à fort potentiel
Dossier SpécialCasablanca Inauguration d'un 2ème Centre de dépollution du littoral
Dossier SpécialTariq Sijilmassi «Les banques doivent accompagner le développement du secteur agricole»
Dossier SpécialLa gent féminine, de mieux en mieux
Dossier SpécialFathia Bennis Maroclear, garant d'un marché financier et d'une place fiable, sécurisée et transparen
Dossier SpécialFrance-Maroc Visite du Roi Mohammed VI à Paris
Dossier SpécialKarim Bernoussi Intelcia, un partenaire de confiance
Dossier SpécialJawad Kerdoudi «Ce nouveau vote du Conseil de Sécurité est une victoire pour le Maroc»
Dossier SpécialDes ONG dénoncent le détournement de l'aide humanitaire dans les camps de Tindouf
Dossier SpécialInterview Charles Saint-Prot Évolution en faveur du Maroc
Dossier SpécialRésolution 2218 (2015)
Dossier SpécialRésolution 2218 du Conseil de Sécurité de l'ONU Le Maroc marque un point
Dossier SpécialSahara Victoire du Maroc à l'ONU
Dossier SpécialMaroc Succès d'une image et échec économique
Dossier SpécialMaroc Diagnostic de croissance
Dossier SpécialMaroc Groupe Banque Populaire lance sa 1ère usine monétique panafricaine
Dossier SpécialMaroc Banque populaire Adoption du système Public Key Infrastructure (PKI)
Dossier SpécialHassan El Basri Le gage de réussite d'un modèle de coopération Sud-Sud
Dossier SpécialBudget économique exploratoire 2016
Dossier SpécialOCP, plus que jamais vaisseau-amiral
Dossier SpécialCroissance économique et investissements
Dossier SpécialQuelle stratégie pour la politique africaine ?
Dossier SpécialMaroc-Côte d'Ivoire-Guinee Bissau-Gabon Une coopération, un cran au-dessus
Dossier SpécialMaroc-Senegal Une dizaine d'accords de cooperation
Dossier SpécialLe Maroc à l'abri des soubresauts
Guinée Les Moulins d’Afrique en ordre de marche Version imprimable
05-06-2012
C’est le fruit d’une joint-venture entre les Moulins Lahlal (Maroc) et la Compagnie Sonoco SA (Guinée). Montant de l’investissement 28,5 millions de dollars. La firme suisse Bühler se charge des installations clé à main de la minoterie.

Partenaires depuis une dizaine d’années dans le secteur du blé, le marocain Omar Yacoubi, PDG des Moulins Lahlal et l’opérateur guinéen Mamadou Saliou Diallo, PDG de Sonoco SA, sont passés à la vitesse supérieure. Leur voeu, d’installer une usine de fabrication de blé de farine fortifiée, devient réalité pour résorber l’épineux problème du déficit de la farine en Guinée. La cérémonie d’inauguration du nouveau complexe industriel de production de farine, dénommé «Les Moulins d’Afrique», et situé dans la zone industrielle de Sonfonia (commune de Matoto), a eu lieu lundi 7 mai 2012 sous la présidence du Premier ministre de Guinée, Mohamed Said Fofana, qui avait à ses côtés le ministre de l’Industrie, la conseillère du président en charge du secteur privé et de l’ambassadeur du Royaume Chérifien en Guinée.

Confiance des bailleurs et des banques locales :

D’un coût global d’investissement de 28,5 millions de $, cette nouvelle minoterie de dernière génération a bénéficié de la confiance des partenaires financiers institutionnels et d’un pool de banques locales. Lesquels ont accompagné le projet de minoterie dans la phase du montage financier et la soumission aux partenaires financiers. Après plusieurs rounds de discussions au tour de table, les deux associés ont trouvé un terrain d’entente avec les bailleurs inscrits sur la short-list devant participer au financement du projet.

«Le financement est presque bouclé. Les banques et les partenaires institutionnels croient en ce projet. C’est un modèle industriel nouveau en Guinée que nous mettons en place et qui constitue un signe de vitalité du secteur privé. Notre partenariat est un co-développement industriel à forte valeur ajoutée», a reconnu le Marocain Omar Yacoubi.

«En tant opérateur du secteur, ma première commande passée auprès des Moulins Lahlal pour faire venir la farine en Guinée pesait 45 tonnes payée à l’avance. Durant tout ce partenariat j’ai respecté mes engagements. Aujourd’hui, avec ce projet Les Moulins d’Afrique, je passe du statut d’importateur de farine au statut d’industriel» a estimé Mamadou Saliou Diallo, PDG de Sonoco SA.

La capacité de production des Moulins d’Afrique est de 172000 tonnes de blé fortifié par an et devra atteindre un pic de 216000 tonnes l’année après l’extension de l’usine prévue en principe en mars 2013. La firme suisse Bühler, géant mondial dans la fabrication et l’installation des chaînes logistiques agro-alimentaires, se charge de la réalisation de la minoterie «Moulins d’Afrique».

Une bouffée d’oxygène à la fois pour le secteur privé guinéen et le gouvernement qui considèrent ce projet industriel privé comme une réponse à la récurrente tyrannie liée à la facture du blé à l’import soumise aux fluctuations des cours du marché de la farine. Grâce à cette minoterie, le marché guinéen sera ravitaillé correctement et en grande quantité en farine de blé fortifiée de très bonne qualité.

Quitus du président

Selon les associés, le chef de l’Etat, Alpha Condé a délivré son quitus pour la réalisation de la minoterie. Car, cette importante industrie traduit concrètement la vision de son programme quinquennal qui place l’autosuffisance alimentaire au coeur de ses priorités. Cet investissement de 28,5 millions de $ est un bol d’air frais envoyé à l’économie guinéenne qui profitera beaucoup du transfert technologique. Mais, le secteur agro-industriel reste toujours vulnérable : déficit d’énergie, d’eau, absence de financement et d’incitations avantageuses fiscales. Ce modèle de financement des Moulins d’Afrique, réalisé en Guinée fruit d’une joint venture maroco- guinéenne devra inciter d’autres opérateurs nationaux à prendre cette voie afin de booster le tissu économique.

Ismael Aidara,
Envoyé spécial à Conakry
 
Suivant >
 
afrique afrique
×
×
Votre Nom :
Votre Email :





×
Votre Login :
Mot de passe :