Accès abonné :              
Journal en ligne - []
COIN DE L\'EXPERTQuel modèle de banque agricole pour l'Afrique ?
ZOOM Algérie Abrogation de l'art. 87 bis du Code du travail : quelles incidences sur la...
ZOOMSyndicats en Afrique Mythes ou réalités
DOSSIERNoellie Cecile Tiendrébéogo «Au Burkina Faso, Ecobank détient une part de marché de 20%»
DOSSIERProduction locale, une niche à explorer
DOSSIERMoussa Seck «L'arme alimentaire est autant persuasive que l'arme nucléaire est dissuasive»
DOSSIERCameroun A l'épreuve de l'agriculture de seconde génération
DOSSIERAlbert Kouatelay «Il faut consacrer une part budgétaire conséquente au financement de l'agriculture»
DOSSIERLes Agropoles de MEDZ au SIAM
DOSSIERJaâfar Khattech «L'État en Tunisie garde la mainmise sur la production agricole»
DOSSIERAfrique Le défi de l'autosuffisance alimentaire
DOSSIERKobenan Kouassi Adjoumani «Plan Maroc Vert, source d'inspiration pour nous et pour le continent»
DOSSIERLe financement, le nerf de la guerre de l'agriculture
DOSSIERHicham Laraqui Housseini «L'État joue un rôle de stratège en élaborant une politique publique volont
DOSSIERFinancement de l'agriculture en Afrique
Entreprises et MarchésAIR CEMAC Cloué au sol, faute d'assurance
Entreprises et MarchésNIGERIA Forum économique mondial pour l'Afrique
Entreprises et MarchésBURKINA FASO Rififi autour de la mine de Tambao
Entreprises et MarchésNIGER Entrée en lice de la cimenterie de Keita
Entreprises et MarchésPORT DE DAKAR Fin des travaux de dragage du chenal d'accès
Entreprises et MarchésCAMEROUN L'offensive de Bolloré dans le transport ferroviaire
EditorialNigéria, Boko Haram pour le droit d'ingérence
Banque - AssurancesGroupe Banque populaire invite ses partenaires africains
Banque - AssurancesCAMEROUN Une compagnie d'assurance conteste sa liquidation
Banque - AssurancesLe groupe bancaire United Bank of Africa relifte sa stratégie de management interne
Banque - AssurancesSENEGAL La BIS accorde 10 Mrds de f CFA pour la campagne d'arachide
BoursesCÔTE D'IVOIRE Lancement officiel de l'Eurobond 2014
BoursesSENEGAL Le Fongip et Ecobank s'engagent pour garantir les financements destinés aux PME sénégalaises
Politique - EconomieCroissance économique au Sud du Sahara Le club des 7 meilleures économies de l'année 2013
Politique - EconomieMALI Moussa Mara réussit son premier examen de passage au Parlement
Politique - EconomieMAROC La Caisse de compensation dans le collimateur…
L’OHADA en questions Version imprimable
16-06-2010

Me Arlète Tonye répond à vos questions concernant le droit OHADA.

Francis K. à Douala : Pourriez-vous m’indiquer les éléments de la fiscalité des sociétés civiles immobilières au Cameroun ?

Me Tonye : Au Cameroun, la fiscalité des sociétés civiles immobilières est constituée par la somme de plusieurs onglets qu’il convient d’ouvrir par ordre chronologique :

- Constitution de la société : enregistrement des statuts de la société.

- Contribution des patentes, à laquelle sont soumis tous ceux qui exercent un commerce, une industrie ou une profession non exemptée. La patente est due par établissement.

- Taxe sur la valeur ajoutée : elle frappe toutes les opérations accomplies dans le cadre d’une activité économique effectuée à titre onéreux, c’est-à-dire les activités de production, d’importation, de prestation de services et de distribution, au rang desquelles figurent les opérations immobilières de toutes natures réalisées par les professionnels de l’immobilier. Elle se décline en trois régimes définis selon le montant du chiffre d’affaires : le régime de plein droit, le régime simplifié et le régime de base.

En ce qui concerne le résultat, en règle générale la société civile immobilière dispose d’une option : soit les associés choisissent de la soumettre à l’impôt sur les sociétés, soit ils préfèrent être assujettis à l’impôt sur le revenu des personnes physiques.

 

Dans le premier cas, c’est le bénéfice net de la société qui est imposable, et dans le second, les associés sont taxés au titre des revenus des capitaux mobiliers, en l’occurrence les produits des actions, parts de capital et revenus assimilés, et les plus-values réalisées à l’occasion de leur cession.

 

Base d’imposition : revenu net.

 

A cette fiscalité, il faut ajouter les droits d’enregistrement des actes, notamment :

- des actes translatifs de propriété ou d’usufruit des meubles (comme des actions ou des parts sociales) et des immeubles

- des baux et sous-baux, cessions et rétrocessions, prorogations de biens meubles et immeubles

- des transmissions entre vifs à titre gratuit (donations) et les mutations de biens par décès (successions).

 

Les détails techniques, à savoir le fait générateur, l’assiette de l’impôt, le calcul, les taux, les modalités de paiement, l’intégrité des déclarations, etc., sont naturellement à recueillir auprès des professionnels.

 

Vos questions à Cet e-mail est protégé contre les robots collecteurs de mails, votre navigateur doit accepter le Javascript pour le voir

 
Suivant >