Accès abonné :              


Journal en ligne - []
PIED DE LETTRELa leçon non sue de Mandela
RELATIONS INTERNATIONALESOMC Entre échec et espoir
DOSSIERAhmed Ezz Condamné mais riche
DOSSIERAli Wakrim Le discret d'Akwa Group
DOSSIERStrive Masiyiwa Un pionnier de la libéralisation des télécoms en Afrique
DOSSIERMoulay Hafid Elalamy Le patron 2.0
DOSSIERMohamed Bensalah La force douce des affaires
DOSSIERTony Elumelu Le Nigérian qui monte, qui monte
DOSSIERRostam Azizi Premier milliardaire tanzanien
DOSSIERAnas Sefrioui Addoha, c'est moi
DOSSIERSamih Sawiris Un «Swiris» en cache un autre
DOSSIERSudhir Ruparelia L'Ougandais le plus riche
DOSSIERTheophilus Danjuma Le général philanthrope
DOSSIERMiloud Chaabi Le self-made-man
DOSSIERAziz Akhannouch Le ministre homme d'affaires
DOSSIEROnsi Sawiris Le patriarche
DOSSIERStephen Saad A la tête du plus grand groupe pharmaceutique d'Afrique
DOSSIERKoos Bekker Le magnat des médias sud-africains
DOSSIERMohammed VI Le royal homme d'affaires
DOSSIERPatrice Motsepe Le sémillant minier
DOSSIERYasseen Mansour La fortune, la fraude et moi…
DOSSIEROthman Benjelloun Le leader
DOSSIERFolorunsho Alakija Une femme magnat du pétrole
DOSSIERYoussef Mansour Maître du Métro au pays du Nil
DOSSIERNaguib Sawiris Les télécoms c'est son métier
DOSSIERIssad Rebrab Le privilégié de l'Élysée
DOSSIERIsabel Dos Santos Se fait un prénom
DOSSIERMohamed Mansour Un jongleur en politique et économie
DOSSIERMike Adenuga De la dentelle à Globacom
DOSSIERChristoffel Wiese Le magnat de la distribution
DOSSIERNassef Sawiris Le vrai pharaon de l'Égypte
DOSSIERNicky Oppenheimer Le diamantaire philanthrope
DOSSIERJohann Rupert Discrétion et franc-parler
DOSSIERAliko Dangote Un self-mademan devenu milliardaire
Entreprises et MarchésTUNISAIR Première compagnie d'Afrique à bénéficier de la nouvelle génération A320
Entreprises et MarchésTUNISIE Le taux de la dépendance énergétique atteint 40%en octobre 2014
Entreprises et MarchésMAROC OCP double ses exportations vers l'Afrique en une année
Entreprises et MarchésMAROC i-conférence met en avant la poste africaine
Banque - AssurancesBID 98,4 millions de $ en faveur de 4 pays au sud du Sahara
Banque - AssurancesL'assureur panafricain SUNU blinde ses coffres
Banque - AssurancesCAMEROUN Chanas-Assurances cherche de nouveaux dirigeants
Banque - Assurances75 milliards de f CFA de la Banque mondiale pour la formation en Afrique
Bourses GABON Emission de 25 milliards de f CFA de titres sur le marché de la...
BoursesCAMEROUN Les grandes lignes de l'emprunt obligataire de 150 milliards de f CFA
BoursesBOURSE DE TUNIS Hausse du revenu global des sociétés cotées
Politique - EconomieMALI Reprise des avances du Fonds monétaire international
Politique - EconomieBURKINA FASO Nouvel appui budgétaire de la Banque mondiale
Politique - EconomieNIGÉRIA Boko Haram sème la terreur dans le nord
Politique - EconomieFRANCOPHONIE Michaelle Jean, nouvelle secrétaire générale
Politique - EconomieFRANCOPHONIE Le rendez-vous de Dakar
Politique - EconomieTUNISIE Le taux de croissance s'élève à 2,3%, durant le 3ème trimestre 2014
Privatisation de la CMDT: Dagris et Ivoire Coton jettent l’éponge Version imprimable
19-01-2011

Lancé depuis 2007, le processus de privatisation de la Compagnie malienne pour le développement des textiles passe à la vitesse supérieure. Annoncés au tour de table des repreneurs présélectionnés suite à l’appel d’offres, le consortium français Dagris et Ivoire Coton abandonnent la partie, laissant dans la course le groupe singapourien Olam, le chinois Yumié et le groupe privé malien Samab.

En pleine restructuration, la CMDT, qui pèse plus de 90 milliards FCFA, mène à l’interne, lentement mais sûrement, son processus de privatisation. Sans tambour ni trompette, elle est sur le point de boucler la première phase de l’opération de cession des actions de la CMDT, avant l’offre financière des sociétés soumissionnaires qui devra intervenir à court terme.

La CMDT s’est engagée à solder, d’ici la fin du premier trimestre 2011, sa créance auprès de la société de liaison ferroviaire Dakar-Bamako, Transrail.

Selon une source autorisée, qui suit le dossier à Bamako, le consortium français Dagris, présent au tour de table de l’entreprise (1% des actions), qui convoitait la filiale de Kita, et le groupe Ivoire Coton ont décidé d’abandonner la partie, contre toute attente du côté de la CMDT, laquelle n’a pas reçu d’explication officielle de la part des deux sociétés hors course.

 

Des hauts et des bas

« Pourtant, ces deux sociétés présélectionnées au terme de l’appel d’offres ont jugé ne pas continuer la compétition face aux trois autres concurrents, le groupe Olam, la holding chinoise Yumié et le seul groupe privé africain, de droit malien, Samab » a commenté notre source. Depuis l’entame du processus de privatisation de la CMDT, qui a connu des hauts et des bas, plusieurs multinationales étrangères spécialisées dans le négoce du coton se sont manifestées. « Il s’agit d’ouvrir des actions à hauteur de 61% dans le tour de table de la CMDT et non de vente d’actions » poursuit notre source.

Après la phase de présélection, la Compagnie malienne pour le développement des textiles devra sous peu examiner les offres financières des trois repreneurs pour désigner en dernier ressort l’adjudicataire majoritaire officiel. « Nous présenterons au public la meilleure offre au terme du processus » a assuré un officiel malien. 

 

Campagne 2010-2011

Plombée par un endettement contracté auprès de fournisseurs, d’entreprises et banques maliennes pour quelque 9 milliards FCFA, la CMDT est parvenue à apurer le tiers de sa dette à la date du 31 décembre 2010. La CMDT s’est engagée à solder, d’ici la fin du premier trimestre 2011, sa créance auprès de la société de liaison ferroviaire Dakar-Bamako, Transrail, sous haute perfusion financière et placée sous règlement préventif.

Pour rappel, la Compagnie malienne pour le développement des textiles avait mobilisé quelque 65 milliards FCFA en faisant appel aux banques locales pour financer la campagne agricole précédente et devra sortir, pour la campagne 2010-2011, plus de 68 milliards FCFA pour un pic de production estimé à 360 000 tonnes de coton.
 
< Précédent   Suivant >