Accès abonné :              
Journal en ligne - []
ZOOMAlgérie Impact de l'assouplissement du Crédoc
PIED DE LETTRErédacteur en chef exécutif Entre intérêts et circonspection
RELATIONS INTERNATIONALESDiplomatie de connivence
RELATIONS INTERNATIONALESLes tares de l'aide publique en Afrique
DOSSIERAlain Mascart «Il ne faut pas trop blâmer le politique»
DOSSIERAbdelali Belghiti Alaoui «Le Maroc accompagne l'Afrique pour construire des infrastructures sanitair
DOSSIERFaux médicaments Un problème de santé en Afrique
DOSSIERDorothée Kindé Gazard «Notre budget est de 75 milliards de f CFA»
DOSSIERMarrakech examine la santé africaine
DOSSIERMARRAKECH, CAPITALE AFRICAINE DE LA SANTÉ
Entreprises et MarchésGUINÉE Cadeau du Nouvel An d'Orange Guinée au ministre conseiller Youssou Ndour
Entreprises et MarchésLa Banque mondiale pour la facilitation des transports et du transit en Afrique centrale
EditorialLa santé, un droit pour l'Afrique
Banque - AssurancesMARATHON INTERNATIONAL DE BAMAKO Bank of Africa soutient la 6ème édition
Banque - AssurancesCAMEROUN La Banque des PME sur les rails
Banque - AssurancesDONALD KABERUKA, PRÉSIDENT DE LA BAD «La BAD a joué sa partition»
Banque - AssurancesLes banquiers francophones en conclave à Abidjan
Banque - AssurancesCÔTE D'IVOIRE Afreximbank octroie 250 Mrds de f CFA aux entreprises locales
BoursesIntroduction prochaine de Mega African Capital à GSE
BoursesAFFAIRES La note du Cameroun pourrait passer de B à B+
Politique - EconomieMAGHREB Triptyque bonne gouvernance, sécurité et développement
Politique - EconomieL'Afrique cherche son modèle économique à Rabat
Politique - EconomieBURKINA FASO La démocratie à l'épreuve
Politique - EconomieGABON Jean Ping siffle la fin du match
Privatisation de la CMDT: Dagris et Ivoire Coton jettent l’éponge Version imprimable
19-01-2011

Lancé depuis 2007, le processus de privatisation de la Compagnie malienne pour le développement des textiles passe à la vitesse supérieure. Annoncés au tour de table des repreneurs présélectionnés suite à l’appel d’offres, le consortium français Dagris et Ivoire Coton abandonnent la partie, laissant dans la course le groupe singapourien Olam, le chinois Yumié et le groupe privé malien Samab.

En pleine restructuration, la CMDT, qui pèse plus de 90 milliards FCFA, mène à l’interne, lentement mais sûrement, son processus de privatisation. Sans tambour ni trompette, elle est sur le point de boucler la première phase de l’opération de cession des actions de la CMDT, avant l’offre financière des sociétés soumissionnaires qui devra intervenir à court terme.

La CMDT s’est engagée à solder, d’ici la fin du premier trimestre 2011, sa créance auprès de la société de liaison ferroviaire Dakar-Bamako, Transrail.

Selon une source autorisée, qui suit le dossier à Bamako, le consortium français Dagris, présent au tour de table de l’entreprise (1% des actions), qui convoitait la filiale de Kita, et le groupe Ivoire Coton ont décidé d’abandonner la partie, contre toute attente du côté de la CMDT, laquelle n’a pas reçu d’explication officielle de la part des deux sociétés hors course.

 

Des hauts et des bas

« Pourtant, ces deux sociétés présélectionnées au terme de l’appel d’offres ont jugé ne pas continuer la compétition face aux trois autres concurrents, le groupe Olam, la holding chinoise Yumié et le seul groupe privé africain, de droit malien, Samab » a commenté notre source. Depuis l’entame du processus de privatisation de la CMDT, qui a connu des hauts et des bas, plusieurs multinationales étrangères spécialisées dans le négoce du coton se sont manifestées. « Il s’agit d’ouvrir des actions à hauteur de 61% dans le tour de table de la CMDT et non de vente d’actions » poursuit notre source.

Après la phase de présélection, la Compagnie malienne pour le développement des textiles devra sous peu examiner les offres financières des trois repreneurs pour désigner en dernier ressort l’adjudicataire majoritaire officiel. « Nous présenterons au public la meilleure offre au terme du processus » a assuré un officiel malien. 

 

Campagne 2010-2011

Plombée par un endettement contracté auprès de fournisseurs, d’entreprises et banques maliennes pour quelque 9 milliards FCFA, la CMDT est parvenue à apurer le tiers de sa dette à la date du 31 décembre 2010. La CMDT s’est engagée à solder, d’ici la fin du premier trimestre 2011, sa créance auprès de la société de liaison ferroviaire Dakar-Bamako, Transrail, sous haute perfusion financière et placée sous règlement préventif.

Pour rappel, la Compagnie malienne pour le développement des textiles avait mobilisé quelque 65 milliards FCFA en faisant appel aux banques locales pour financer la campagne agricole précédente et devra sortir, pour la campagne 2010-2011, plus de 68 milliards FCFA pour un pic de production estimé à 360 000 tonnes de coton.
 
< Précédent   Suivant >