Accès abonné :              
Journal en ligne - []
GREEN BUSINESSABEILLES Maillon primordial de l'agroalimentaire
ZOOMDinar algérien Les 6 raisons de la faiblesse de la cotation sur le marché parallèle
PIED DE LETTREGrands travaux, du tout bénéf !
RELATIONS INTERNATIONALESSur fond de crise économique mondiale, la Chine est devenue progressivement un partenaire incontourn
DOSSIERCôte d'Ivoire Jour J-1
DOSSIERCôte d'Ivoire «La BAD croit fortement en ce pays»
DOSSIERJulien Lefilleur «Le financement des PME en Afrique représente une priorité pour Proparco»
DOSSIERCôte d'Ivoire Le retour de la croissance forte
DOSSIERCôte d'Ivoire La crise persiste
Entreprises et MarchésMALI BOA-Mali gère un fonds de risques hydrauliques de 9 Mrds de f CFA
Entreprises et MarchésLes marques Moov dans le giron de Maroc Telecom
Entreprises et MarchésShelter Afrique affiche une bonne santé financière
Entreprises et MarchésAFRIQUE Quelque 68 milliards de dollars d'investissements attendus à l'horizon 2018
Entreprises et MarchésMAROC Wessal Bouregreg, mégaprojet urbain
Entreprises et MarchésSENEGAL Necotrans lève avec succès 26 Mrds de f CFA pour le terminal vraquier
Entreprises et MarchésMAROC-CHINE Hausse des échanges agricoles et agroalimentaires
EditorialFORUM D'ABUJA «Arrêtez de nous faire rêver !»
Banque - AssurancesMAROC Concours des sociétés de financement
Banque - AssurancesMAROC BMCE Bank signe avec MIGA pour garantir les investissements marocains
Banque - AssurancesSTANDARD BANK A la conquête du marché d'Afrique centrale et de l'Ouest
Banque - AssurancesMAROC La Fondation Attijariwafa bank veut «échanger pour mieux comprendre»
BoursesCAMEROUN Enorme succès autour des titres publics sur le marché de la BEAC
Politique - EconomieSAHEL La France corse son dispositif antiterroriste
Politique - EconomieFMI Christine Lagarde qualifie d'«intelligentes» les réformes entreprises par le Maroc
Politique - EconomieMALI Controverse autour de l'achat de l'avion présidentiel
Politique - EconomieSOUDAN DU SUD Espoirs d'un retour à la paix
Politique - EconomieCENTRAFRIQUE Vers l'instauration de l'anarchie
Politique - EconomieRDC Quand Washington sermonne Kabila
Politique - EconomieUne influence limitée, malgré des atouts géopolitiques
Privatisation de la CMDT: Dagris et Ivoire Coton jettent l’éponge Version imprimable
19-01-2011

Lancé depuis 2007, le processus de privatisation de la Compagnie malienne pour le développement des textiles passe à la vitesse supérieure. Annoncés au tour de table des repreneurs présélectionnés suite à l’appel d’offres, le consortium français Dagris et Ivoire Coton abandonnent la partie, laissant dans la course le groupe singapourien Olam, le chinois Yumié et le groupe privé malien Samab.

En pleine restructuration, la CMDT, qui pèse plus de 90 milliards FCFA, mène à l’interne, lentement mais sûrement, son processus de privatisation. Sans tambour ni trompette, elle est sur le point de boucler la première phase de l’opération de cession des actions de la CMDT, avant l’offre financière des sociétés soumissionnaires qui devra intervenir à court terme.

La CMDT s’est engagée à solder, d’ici la fin du premier trimestre 2011, sa créance auprès de la société de liaison ferroviaire Dakar-Bamako, Transrail.

Selon une source autorisée, qui suit le dossier à Bamako, le consortium français Dagris, présent au tour de table de l’entreprise (1% des actions), qui convoitait la filiale de Kita, et le groupe Ivoire Coton ont décidé d’abandonner la partie, contre toute attente du côté de la CMDT, laquelle n’a pas reçu d’explication officielle de la part des deux sociétés hors course.

 

Des hauts et des bas

« Pourtant, ces deux sociétés présélectionnées au terme de l’appel d’offres ont jugé ne pas continuer la compétition face aux trois autres concurrents, le groupe Olam, la holding chinoise Yumié et le seul groupe privé africain, de droit malien, Samab » a commenté notre source. Depuis l’entame du processus de privatisation de la CMDT, qui a connu des hauts et des bas, plusieurs multinationales étrangères spécialisées dans le négoce du coton se sont manifestées. « Il s’agit d’ouvrir des actions à hauteur de 61% dans le tour de table de la CMDT et non de vente d’actions » poursuit notre source.

Après la phase de présélection, la Compagnie malienne pour le développement des textiles devra sous peu examiner les offres financières des trois repreneurs pour désigner en dernier ressort l’adjudicataire majoritaire officiel. « Nous présenterons au public la meilleure offre au terme du processus » a assuré un officiel malien. 

 

Campagne 2010-2011

Plombée par un endettement contracté auprès de fournisseurs, d’entreprises et banques maliennes pour quelque 9 milliards FCFA, la CMDT est parvenue à apurer le tiers de sa dette à la date du 31 décembre 2010. La CMDT s’est engagée à solder, d’ici la fin du premier trimestre 2011, sa créance auprès de la société de liaison ferroviaire Dakar-Bamako, Transrail, sous haute perfusion financière et placée sous règlement préventif.

Pour rappel, la Compagnie malienne pour le développement des textiles avait mobilisé quelque 65 milliards FCFA en faisant appel aux banques locales pour financer la campagne agricole précédente et devra sortir, pour la campagne 2010-2011, plus de 68 milliards FCFA pour un pic de production estimé à 360 000 tonnes de coton.
 
< Précédent   Suivant >