Accès abonné :              
Journal en ligne - []
PIED DE LETTRELa leçon non sue de Mandela
RELATIONS INTERNATIONALESOMC Entre échec et espoir
DOSSIERAhmed Ezz Condamné mais riche
DOSSIERAli Wakrim Le discret d'Akwa Group
DOSSIERStrive Masiyiwa Un pionnier de la libéralisation des télécoms en Afrique
DOSSIERMoulay Hafid Elalamy Le patron 2.0
DOSSIERMohamed Bensalah La force douce des affaires
DOSSIERTony Elumelu Le Nigérian qui monte, qui monte
DOSSIERRostam Azizi Premier milliardaire tanzanien
DOSSIERAnas Sefrioui Addoha, c'est moi
DOSSIERSamih Sawiris Un «Swiris» en cache un autre
DOSSIERSudhir Ruparelia L'Ougandais le plus riche
DOSSIERTheophilus Danjuma Le général philanthrope
DOSSIERMiloud Chaabi Le self-made-man
DOSSIERAziz Akhannouch Le ministre homme d'affaires
DOSSIEROnsi Sawiris Le patriarche
DOSSIERStephen Saad A la tête du plus grand groupe pharmaceutique d'Afrique
DOSSIERKoos Bekker Le magnat des médias sud-africains
DOSSIERMohammed VI Le royal homme d'affaires
DOSSIERPatrice Motsepe Le sémillant minier
DOSSIERYasseen Mansour La fortune, la fraude et moi…
DOSSIEROthman Benjelloun Le leader
DOSSIERFolorunsho Alakija Une femme magnat du pétrole
DOSSIERYoussef Mansour Maître du Métro au pays du Nil
DOSSIERNaguib Sawiris Les télécoms c'est son métier
DOSSIERIssad Rebrab Le privilégié de l'Élysée
DOSSIERIsabel Dos Santos Se fait un prénom
DOSSIERMohamed Mansour Un jongleur en politique et économie
DOSSIERMike Adenuga De la dentelle à Globacom
DOSSIERChristoffel Wiese Le magnat de la distribution
DOSSIERNassef Sawiris Le vrai pharaon de l'Égypte
DOSSIERNicky Oppenheimer Le diamantaire philanthrope
DOSSIERJohann Rupert Discrétion et franc-parler
DOSSIERAliko Dangote Un self-mademan devenu milliardaire
Entreprises et MarchésTUNISAIR Première compagnie d'Afrique à bénéficier de la nouvelle génération A320
Entreprises et MarchésTUNISIE Le taux de la dépendance énergétique atteint 40%en octobre 2014
Entreprises et MarchésMAROC OCP double ses exportations vers l'Afrique en une année
Entreprises et MarchésMAROC i-conférence met en avant la poste africaine
Banque - AssurancesBID 98,4 millions de $ en faveur de 4 pays au sud du Sahara
Banque - AssurancesL'assureur panafricain SUNU blinde ses coffres
Banque - AssurancesCAMEROUN Chanas-Assurances cherche de nouveaux dirigeants
Banque - Assurances75 milliards de f CFA de la Banque mondiale pour la formation en Afrique
Bourses GABON Emission de 25 milliards de f CFA de titres sur le marché de la...
BoursesCAMEROUN Les grandes lignes de l'emprunt obligataire de 150 milliards de f CFA
BoursesBOURSE DE TUNIS Hausse du revenu global des sociétés cotées
Politique - EconomieMALI Reprise des avances du Fonds monétaire international
Politique - EconomieBURKINA FASO Nouvel appui budgétaire de la Banque mondiale
Politique - EconomieNIGÉRIA Boko Haram sème la terreur dans le nord
Politique - EconomieFRANCOPHONIE Michaelle Jean, nouvelle secrétaire générale
Politique - EconomieFRANCOPHONIE Le rendez-vous de Dakar
Politique - EconomieTUNISIE Le taux de croissance s'élève à 2,3%, durant le 3ème trimestre 2014
Finance islamique : l’offre et la demande en Afrique de l’Ouest Version imprimable
29-06-2011

Comment le marché ouest-africain, fort attractif, peut-il intéresser les fonds islamiques ?

06_Abdoulaye_Wade_.jpg

Abdoulaye Wade : « Si l’Etat du Sénégal veut lever un emprunt sur le marché de la finance islamique, à qui vais-je m’adresser ? »

Guest-star de la conférence sur la finance islamique internationale qui a ouvert ses travaux le 20 juin 2011, le président sénégalais Abdoulaye Wade, qui a présidé les travaux, a plaidé pour la création d’un Centre d’information et de traitement de la finance islamique et une meilleure organisation entre l’offre et la demande : « La finance islamique reste peu développée en Afrique de l’Ouest, malgré de timides investissements dans certains pays de la sous-région. Il faut qu’on organise l’offre et la demande de la finance islamique. L’Afrique est en mesure de capter les 300 milliards de dollars provenant des fonds islamiques. »

C’est la conviction du chef de l’Etat sénégalais, qui s’adressait aux bailleurs de fonds, aux représentants de banques et d’institutions financières islamiques.

L’objectif de cette rencontre, organisée par l’Institut africain de la finance islamique, en partenariat avec l’Institut international de recherche de Dubaï – et qui a pris fin le mercredi 22 juin – consistait à faire s’intéresser davantage les institutions et les entreprises de l’espace Uemoa au mode de financement des infrastructures des pays situés au sud du Sahara, via le système financier islamique international. Les spécialistes traiteront des questions liées au financement structuré, aux sukuk, aux fonds communs de placement et à la gestion du portefeuille.

 

« Si l’Etat du Sénégal veut lever un emprunt sur le marché de la finance islamique, à qui vais-je m’adresser ? Il n’y a pas d’interface à ma connaissance pour les pays. Où sont gardés les milliards de dollars provenant des sukuk ? », se demande le chef de l’Etat sénégalais.

Selon le président Wade, cet argent « pourrait servir à financer des routes, des écoles, des hôpitaux, à lutter contre la pauvreté. »

 

Déjà mi-avril dernier, la Banque islamique de développement était passée à la vitesse supérieure en annonçant la mobilisation d’importants financements en 2012 vers l’Afrique pour un montant de 200 milliards FCFA. Avec ses 1000 milliards de dollars d’actifs, la finance islamique, qui peine toujours à décoller, se tourne maintenant vers l’Afrique, et en particulier vers l’Afrique de l’Ouest, où des actions timides ont été menées, notamment en Gambie, en Guinée, en Mauritanie, au Niger et au Burkina.

 

Ismael Aidara

 
< Précédent