Zone Cemac : Baisse de 4 000 milliards de f CFA des dépenses publiques
05-09-2017
Les dépenses publiques au sein des pays de la Communauté économique et monétaire de l’Afrique centrale (Cemac) ont connu une baisse de 4 000 milliards de francs CFA au cours de la période triennale 2014-2017.
Les affres d’une conjoncture difficile sont de plus en plus visibles dans les économiques des pays d’Afrique centrale. La note de conjoncture de la Banque des États de l’Afrique centrale (BEAC) publiée fin août 2017 le montre clairement. On y apprend que les dépenses publiques sont passées de 7 000 milliards de francs CFA en 2014 pour se stabiliser à 3 000 milliards de francs CFA en 2017, soit une chute vertigineuse de 4 000 milliards de francs CFA en l’espace de trois ans.

Cette réduction drastique des dépenses publiques est la conséquence des mesures d’ajustements budgétaires implémentées au sein des États ou édictées par la BEAC depuis le déclenchement de la baisse des cours mondiaux des matières premières.

Il s’agit notamment de la chute du prix du baril de pétrole sur le marché international, ce qui met à mal les économies de la sous-région, d’autant que cinq des six pays qui constituent cette zone sont producteurs et exportateurs du pétrole.

Parmi ces pays producteurs, en dehors du Cameroun qui a une économie diversifiée, et dont «on peut apprécier à sa juste valeur la résilience de son économie», les autres pays de la sous-région, notamment le Congo, le Gabon, la Guinée équatoriale et le Tchad, ont des économies qui dépendent essentiellement du pétrole, à plus de 80%.

Conséquence, plusieurs projets de développement sont à l’arrêt, tandis que le règlement de certaines créances a été gelé.

La suite à lire dans le prochain numéro du magazine Les Afriques

Achille Mbog Pibasso