Ces pays qui frappent à la porte des émergents
International
03-06-2018
Les turbulences marchés argentins pourraient contrecarrer l’ambition pays revenir indices émergents. L’Arabie saoudite semble bien placée pour rejoindre l’indice MSCI EM. Pour l’Argentine, cela s’annonce plus compliqué. Le Vietnam pousse ses pions. Qui après la Chine ? L’an dernier, MSCI avait choisi de consulter ses clients sur deux autres candidats à une inclusion dans son indice émergent (suivi par des fonds gérant 1.600 milliards de dollars d’actifs), : l’Arabie saoudite et l’Argentine. A quelques semaines du verdict, quelles sont les chances des uns et des autres ? « En théorie, ils ont fait a priori tout ce qu’il fallait faire », c’est ce qu’expliquait aux « Echos » en juin dernier Sébastien Lieblich, responsable de la recherche chez MSCI Europe. Un an plus tard, la porte semble grande ouverte pour le royaume malgré les tensions géopolitiques dans la région, notamment grâce à l’offensive de charme du prince héritier Mohammed Ben Salmane. La société de gestion estime que les actions saoudiennes pourraient peser jusqu’à 2,7 % de l’indice, permettant d’attirer jusqu’à 5 milliards de dollars de flux rien que pour les fonds indiciels. Au total, Exotix Capital évoque, lui, un montant de 16 milliards de dollars.