L’Etat burkinabé chasse les faux fonctionnaires
27-05-2008

A la fin de ce mois de mai, le salaire de certains agents de la fonction publique sera exceptionnellement… en vente.

A la fin de ce mois de mai, le salaire de certains agents de la fonction publique sera exceptionnellement… en vente.

Il faudra débourser sept documents administratifs justifiant la prétention au salaire pour pouvoir l’empocher.
L’Etat burkinabé a en effet décidé de lancer une « opération billetage » qui consiste à contrôler la propriété effective du salaire par celui qui y prétend. Les employés du Ministère de l’économie et des finances du Burkina-Faso devront ainsi apporter la preuve matérielle qu’ils sont véritablement des « hommes intègres ». Pour toucher leur salaire, 25 261 agents devront se présenter physiquement devant un comité de contrôle et de paie. Le directeur du budget et le directeur de la solde ont conjointement animé une conférence de presse le 25 avril pour rendre publique la nouvelle.
L’opération se déroulera en deux étapes. Une première étape aura lieu du 20 mai
au 2 juin et concernera Ouagadougou et Bobo Dioulasso. Une seconde étape aura lieu du 20 au 27 mai dans les autres localités du pays. Une campagne d’information et de sensibilisation du public cible sera organisée du 28 avril au 10 mai. Des équipes sillonneront les 13 régions du Burkina pour informer et préparer les populations et les fonctionnaires.
Une « opération billetage » analogue avait été organisée en novembre 2006 dans les Ministères de l’éducation et de la santé. Elle avait permis de verser leur salaire à 47 355 agents sur les 48 155 prévus. L’écart constaté aurait représenté les agents absents, en formation ou en mission. En outre, 643 agents en situation irrégulière avaient vu leur salaire suspendu.
La masse salariale, objet du contrôle, est de 3,002 milliards de FCFA, soit 30,78% du total de la masse salariale de la fonction publique. Le coût de cette opération est d’environ 100 millions de FCFA. Une broutille, en comparaison des gains annuels attendus, estimés à 3 milliards de FCFA.


Aliou Diongue