Accès abonné :              
Journal en ligne - []
COIN DE L\'EXPERTQuel modèle de banque agricole pour l'Afrique ?
ZOOM Algérie Abrogation de l'art. 87 bis du Code du travail : quelles incidences sur la...
ZOOMSyndicats en Afrique Mythes ou réalités
DOSSIERNoellie Cecile Tiendrébéogo «Au Burkina Faso, Ecobank détient une part de marché de 20%»
DOSSIERProduction locale, une niche à explorer
DOSSIERMoussa Seck «L'arme alimentaire est autant persuasive que l'arme nucléaire est dissuasive»
DOSSIERCameroun A l'épreuve de l'agriculture de seconde génération
DOSSIERAlbert Kouatelay «Il faut consacrer une part budgétaire conséquente au financement de l'agriculture»
DOSSIERLes Agropoles de MEDZ au SIAM
DOSSIERJaâfar Khattech «L'État en Tunisie garde la mainmise sur la production agricole»
DOSSIERAfrique Le défi de l'autosuffisance alimentaire
DOSSIERKobenan Kouassi Adjoumani «Plan Maroc Vert, source d'inspiration pour nous et pour le continent»
DOSSIERLe financement, le nerf de la guerre de l'agriculture
DOSSIERHicham Laraqui Housseini «L'État joue un rôle de stratège en élaborant une politique publique volont
DOSSIERFinancement de l'agriculture en Afrique
Entreprises et MarchésAIR CEMAC Cloué au sol, faute d'assurance
Entreprises et MarchésNIGERIA Forum économique mondial pour l'Afrique
Entreprises et MarchésBURKINA FASO Rififi autour de la mine de Tambao
Entreprises et MarchésNIGER Entrée en lice de la cimenterie de Keita
Entreprises et MarchésPORT DE DAKAR Fin des travaux de dragage du chenal d'accès
Entreprises et MarchésCAMEROUN L'offensive de Bolloré dans le transport ferroviaire
EditorialNigéria, Boko Haram pour le droit d'ingérence
Banque - AssurancesGroupe Banque populaire invite ses partenaires africains
Banque - AssurancesCAMEROUN Une compagnie d'assurance conteste sa liquidation
Banque - AssurancesLe groupe bancaire United Bank of Africa relifte sa stratégie de management interne
Banque - AssurancesSENEGAL La BIS accorde 10 Mrds de f CFA pour la campagne d'arachide
BoursesCÔTE D'IVOIRE Lancement officiel de l'Eurobond 2014
BoursesSENEGAL Le Fongip et Ecobank s'engagent pour garantir les financements destinés aux PME sénégalaises
Politique - EconomieCroissance économique au Sud du Sahara Le club des 7 meilleures économies de l'année 2013
Politique - EconomieMALI Moussa Mara réussit son premier examen de passage au Parlement
Politique - EconomieMAROC La Caisse de compensation dans le collimateur…
Coton : le Mali se bride Version imprimable
22-07-2009

Le Mali a renoncé à son objectif de tripler sa production de coton pour l’actuelle campagne, faute de pouvoir supporter la subvention du prix d’achat du coton.

Par Hance Guèye, Dakar

 

La dernière campagne cotonnière n’a pas été bonne au Mali. Celle-ci risque d’être encore pire pour deux raisons très différentes. Le paiement par la Compagnie malienne de développement des textiles (CMDT) du coton collecté a connu de sérieux retards. Certains producteurs disent n’avoir toujours pas été payés, des mois après avoir livré leurs récoltes. Ces impayés vont peser lourd sur les choix des agriculteurs. Ils pourraient être de plus en plus nombreux à se détourner d’une culture qui nourrit de moins en moins son homme.

Ces impayés vont peser lourd sur les choix des agriculteurs. Ils pourraient être de plus en plus nombreux à se détourner d’une culture qui nourrit de moins en moins son homme.

La deuxième raison est tout aussi préoccupante. L’interprofession du coton, l’organe paritaire qui gère la filière, tirant peut-être les leçons de cette situation, a décidé de limiter la production à 250 000 tonnes seulement, pour la campagne 2009-2010. 288 000 hectares seront emblavés, pour un rendement moyen de 900 kilos à l’ha.

Le président directeur général de la CMDT, Tiènan Coulibaly, a expliqué cette décision par la nécessité de limiter la charge pour l’Etat de la subvention au coton. Le cours mondial du coton est déterminé par les Etats-Unis, premier exportateur mondial avec 40% du total, qui accordent annuellement, en moyenne, 3,2 milliards de dollars aux producteurs et 1,6 milliard de dollars d’aide à l’exportation.

Pour maintenir le pouvoir d’achat des cotonculteurs maliens, la CMDT rachète la production à un cours supérieur, dans un complexe montage.

Selon Philippe Hugon, professeur émérite à Paris X-Nanterre, qui a consacré de nombreux travaux aux filières cotonnières africaines, la baisse du cours du coton sur le marché international s’est traduite en 2001 par une perte du revenu des producteurs de coton de 57,3 milliards de FCFA (90 millions d’euros).

C’est en partie ce qui explique que la CMDT, après un déficit en 2002 de 39 millions d’euros, soit redevenue bénéficiaire en 2003, parce que les cours mondiaux étaient favorables. La tendance ayant tourné, elle est redevenue déficitaire en 2004/2005 et 2005/2006. Les coûts de production étaient estimés à 750 FCFA, contre un prix de commercialisation de 560 FCFA.

 

Décision contradictoire

La décision de l’Interprofession contredit une première décision, annoncée en novembre de l’année dernière. Les concertations entre les producteurs et l’Etat avaient abouti à la décision de tripler la production nationale, en la portant à 600 000 tonnes pour la campagne 2009/2010. Mais, apparemment, le gouvernement n’a pas les moyens de subventionner une telle production. L’avenir s’annonce difficile pour les cotonculteurs dont dépendent, selon les estimations officielles, quelque 3,3 millions de personnes. D’autant que la météo ne s’annonce pas prometteuse pour cette campagne. Les cotonculteurs maliens ont bien raison de proclamer : « Tout ce qui se décide pour nous et sans nous, se décide contre nous. »

 
< Précédent   Suivant >