Accès abonné :              
Journal en ligne - []
GREEN BUSINESSPour un système alimentaire «cool»
ZOOMImpact de l'abrogation de l'article 87 bis du Code du Travail
ZOOMAlgérie Impact de l'augmentation générale des salaires
PIED DE LETTRELa meilleure référence
RELATIONS INTERNATIONALESMigration et développement Atelier OIM-Italie pour un dialogue mondial
DOSSIERGabon Le «pétrole vert», un potentiel peu exploité
DOSSIERLe Gabon en Afrique centrale
DOSSIERGabon Bras de fer entre le fisc et les compagnies étrangères ?
DOSSIEROù en sont les projets structurants pour un Gabon Emergent ?
DOSSIERAli Bongo L'heure des comptes
Entreprises et MarchésÉGYPTE Les revenus du canal de Suez en hausse de 12%
Entreprises et MarchésCACAO Une nouvelle «guerre commerciale» entre le Ghana et la Côte d'Ivoire
Entreprises et MarchésCOMPÉTITIVITÉ DU FRANC CFA Jean-Louis Billon ouvre le débat
Entreprises et MarchésMAROC ONMT et GBP font la promotion du tourisme
Entreprises et MarchésCASABLANCA Grands travaux d'urbanisation
Banque - AssurancesBLANCHIMENT D'ARGENT Le lourd tribut de l'Afrique subsaharienne
Banque - AssurancesALGÉRIE Hausse du chiffre d'affaires du secteur des assurances
Banque - AssurancesMAROC Attijariwafa bank enregistre des performances satisfaisantes, à fin juin 2014
Banque - AssurancesBMCE BANK 50%de bénéfices en plus
Banque - AssurancesMAROC La Banque mondiale débloque 519 millions de $ pour le projet solaire Noor
Banque - AssurancesBAD Nouvelle ligne de crédit au Maroc
BoursesBRVM Investment Days à Paris
FocusTensions géostratégiques en Afrique du Nord Le terrorisme, une menace planétaire
Politique - EconomieCEA 9ème Conférence à Addis-Abeba
Politique - EconomieBCT Révision à la baisse du taux de croissance
Politique - EconomieCÔTE D'IVOIRE «Quelle révolution verte pour le continent africain ?»
Politique - EconomieCAMEROUN-TCHAD-NIGÉRIA Vers des échanges économiques contrastés
Politique - EconomieGUINÉE ÉQUATORIALE Obiang Nguéma solde le dossier Fitzpatrick
Politique - EconomieMALI IBK cède au diktat du FMI en recourant au marché financier de la région
Politique - EconomieGUINÉE-BISSAU La chute spectaculaire d'un parrain
Politique - EconomieMALI Le Premier ministre Moussa Mara revisite les coffres des donateurs à Paris
Politique - EconomieLIBYE Prestation de serment du nouveau Premier ministre
Coton : le Mali se bride Version imprimable
22-07-2009

Le Mali a renoncé à son objectif de tripler sa production de coton pour l’actuelle campagne, faute de pouvoir supporter la subvention du prix d’achat du coton.

Par Hance Guèye, Dakar

 

La dernière campagne cotonnière n’a pas été bonne au Mali. Celle-ci risque d’être encore pire pour deux raisons très différentes. Le paiement par la Compagnie malienne de développement des textiles (CMDT) du coton collecté a connu de sérieux retards. Certains producteurs disent n’avoir toujours pas été payés, des mois après avoir livré leurs récoltes. Ces impayés vont peser lourd sur les choix des agriculteurs. Ils pourraient être de plus en plus nombreux à se détourner d’une culture qui nourrit de moins en moins son homme.

Ces impayés vont peser lourd sur les choix des agriculteurs. Ils pourraient être de plus en plus nombreux à se détourner d’une culture qui nourrit de moins en moins son homme.

La deuxième raison est tout aussi préoccupante. L’interprofession du coton, l’organe paritaire qui gère la filière, tirant peut-être les leçons de cette situation, a décidé de limiter la production à 250 000 tonnes seulement, pour la campagne 2009-2010. 288 000 hectares seront emblavés, pour un rendement moyen de 900 kilos à l’ha.

Le président directeur général de la CMDT, Tiènan Coulibaly, a expliqué cette décision par la nécessité de limiter la charge pour l’Etat de la subvention au coton. Le cours mondial du coton est déterminé par les Etats-Unis, premier exportateur mondial avec 40% du total, qui accordent annuellement, en moyenne, 3,2 milliards de dollars aux producteurs et 1,6 milliard de dollars d’aide à l’exportation.

Pour maintenir le pouvoir d’achat des cotonculteurs maliens, la CMDT rachète la production à un cours supérieur, dans un complexe montage.

Selon Philippe Hugon, professeur émérite à Paris X-Nanterre, qui a consacré de nombreux travaux aux filières cotonnières africaines, la baisse du cours du coton sur le marché international s’est traduite en 2001 par une perte du revenu des producteurs de coton de 57,3 milliards de FCFA (90 millions d’euros).

C’est en partie ce qui explique que la CMDT, après un déficit en 2002 de 39 millions d’euros, soit redevenue bénéficiaire en 2003, parce que les cours mondiaux étaient favorables. La tendance ayant tourné, elle est redevenue déficitaire en 2004/2005 et 2005/2006. Les coûts de production étaient estimés à 750 FCFA, contre un prix de commercialisation de 560 FCFA.

 

Décision contradictoire

La décision de l’Interprofession contredit une première décision, annoncée en novembre de l’année dernière. Les concertations entre les producteurs et l’Etat avaient abouti à la décision de tripler la production nationale, en la portant à 600 000 tonnes pour la campagne 2009/2010. Mais, apparemment, le gouvernement n’a pas les moyens de subventionner une telle production. L’avenir s’annonce difficile pour les cotonculteurs dont dépendent, selon les estimations officielles, quelque 3,3 millions de personnes. D’autant que la météo ne s’annonce pas prometteuse pour cette campagne. Les cotonculteurs maliens ont bien raison de proclamer : « Tout ce qui se décide pour nous et sans nous, se décide contre nous. »

 
< Précédent   Suivant >