Accès abonné :              


Journal en ligne - [N°80 du 18 au 24 juin 2009 ]
EditorialOr noir et paix sous les tropiques
Actualité« Nous ferons le saut directement à la 4G »
ActualitéMontée exponentielle des risques de défaillance
ActualitéFièvre de monnaie unique africaine
ActualitéAnas Alami à la tête du groupe CDG
ActualitéValeurs africaines
En bref par secteur et paysEn bref - Finance
En bref par secteur et paysEn bref - Entreprises et Marchés
En bref par secteur et paysEn bref - Economie et Politique
Banques et AssurancesNigeria : un plan de surveillance des risques bancaires en route
Banques et AssurancesCameroun : la ruée des banques
Banques et Assurances« Nous allons focaliser nos efforts sur la démocratisation de la banque »
BoursesCauris lance un nouveau fonds pour l'Afrique de l'Ouest francophone
BoursesPremière bourse financière internationale près de Tunis
BoursesPanorama des bourses africaines sur la semaine du 12 juin
BoursesLes fonds avec Morningstar
Produits de baseDopée au gasoil, l'Algérie délaisse le GPL
Produits de baseMatières premières : les marchés pilotés par le dollar
Produits de baseRDC Congo : un décret 09/11 bien électrique
Produits de baseLe sous-sol africain, pays par pays
Produits de baseLes diamants de la gloire pour De Beers en Afrique
Produits de baseLa conquête de l'Ouest du coton transgénique
Produits de baseCafé : l'Angola veut redevenir numéro un
Industries et servicesLa Tunisie à la conquête de l'Afrique
Industries et servicesAir Cemac réduit sa voilure
Industries et servicesTunisie : la filière textile dans la tourmente
Industries et servicesRD Congo : le FMI impose la révision des contrats chinois
Gestion publiquePour le Brésil, « l'Afrique est le marché du futur »
Gestion publique« Arrêtons d'avoir des visions et mettons-nous au travail ! »
Gestion publiqueAccord de partenariat économique : l'Union européenne divise la SADC
Economie - PolitiqueEdition du Rapport sur la compétitivité des économies africaines
Economie - PolitiqueLa Guinée veut composer avec les Emirats arabes unis
Economie - PolitiqueRaz de marée du PAM sur les mairies marocaines
Economie - PolitiqueBongo : l'étroite marge de la succession
Economie - PolitiqueLa revue de presse africaine de Londres
InternationalVote de « lutte des classes » dans le régime des Mollahs
InternationalNetanyahu demande l'impossible aux Palestiniens
InternationalVerbatim
L\'africain de la semaineLa conviction du général face à la tentation du civil
Tunisie : la filière textile dans la tourmente Version imprimable
17-06-2009

Les exportations tunisiennes du textile-habillement enregistrent, pour la première fois depuis les années 70, une baisse à deux chiffres.

Par Walid Kéfi, Tunis

 

Les feux passent au orange dans la filière textile tunisienne. Au cours des cinq premiers mois de 2009, les exportations textiles du pays ont chuté de 16% par rapport à la même période de 2008, selon un bilan établi par le Centre technique tunisien du textile (CETTEX) dévoilé en marge de la 10e édition du Salon euro-méditerranéen du textile-habillement, tenu du 10 au 12 juin à Tunis. « C’est la première fois qu’on enregistre une chute à deux chiffres depuis le lancement d’une industrie textile tournée vers l’export au début des années 70 », s’inquiète Khaled Touibi, directeur général du textile et de l’habillement au Ministère de l’industrie, de l’énergie et des PME.

 

Amenuisement des avantages compétitifs

Depuis le début de l’année en cours, des concurrents de la Tunisie ont réussi à tirer leur épingle du jeu. C’est le cas de la Chine, qui a vu ses exportations vers l’Union européenne progresser de plus de 28% durant le premier trimestre, ou encore du Bangladesh (+10%) et du Maroc, dont le ministre de l’Economie et des Finances, Slaheddine Mezouar, a annoncé récemment une hausse de 41% des exportations en avril.

Selon les professionnels, la filière textile tunisienne, qui a enregistré la fermeture de plusieurs dizaines d’usines et la perte d’environ 2000 emplois, a pâti essentiellement de sa forte dépendance vis-à-vis des donneurs d’ordre européens. « Avec la crise, la Tunisie a vu ses principaux avantages compétitifs s’amenuiser. Les donneurs d’ordre européens ont relégué la proximité, la qualité et la réactivité, où nous sommes des champions incontestés, au second plan pour s’approvisionner auprès des pays les moins chers », explique Mourad Bacha, directeur commercial de la société VTL, qui travaille pour le compte de plusieurs marques européennes de prêt-à-porter. Et de renchérir : « Seuls les rares industriels qui ont réussi leur transition vers la co-traitance et le produit fini ont tiré les marrons du feu. »

 

Vers la conquête de nouveaux marchés

Pour limiter la casse, la Tunisie entend, en premier lieu, diversifier ses marchés. « L’intérêt se portera notamment sur la conquête de l’Europe de l’Est et du Nord, des pays scandinaves et de l’Afrique subsaharienne », précise Chokri Mamoghli, secrétaire d’Etat chargé du Commerce extérieur. Les industriels tunisiens tenteront, par ailleurs, de donner un coup d’accélérateur au passage amorcé en 2008 du statut de « sous-traitants anonymes » à la co-traitance et au produit fini.

Un plan d’action triennal, adopté fin 2008, table sur la spécialisation de plusieurs centaines d’entreprises dans la co-traitance à partir de fin 2009 et de quelques dizaines d’autres unités, parmi les plus performantes, dans la production d’articles finis de marque locale dans le cadre d’un « programme pilote » à partir de 2010. Cette transition passera, en amont, par l’intégration des nouvelles technologies et la mise à niveau de l’outil de production. Des subventions étatiques et des crédits bancaires à des conditions souples devraient favoriser l’adhésion de 350 entreprises au programme national de mise à niveau, financé par l’Union européenne, et de 750 autres unités à un programme d’investissements technologiques prioritaires (ITP) d’ici 2010, selon le CETTEX.

En attendant ce repositionnement stratégique, les autorités viennent de décider de prolonger de six mois un plan de soutien aux entreprises affectées par la crise adopté en janvier dernier. Ce programme prévoit notamment des aides financières et une prise en charge par l’Etat de 50% du coût des contrats d’assurance des exportations.

 
< Précédent   Suivant >