Journal en ligne - [n°161 du 12 au 18 mai 2011 ]
EditorialLe printemps arabe sur le chemin de Damas
ActualitéLes défis qui attendent Alassane Ouattara
ActualitéInvestissements directs étrangers : le temps de l'Afrique
ActualitéLes vérités de Cellou Dalein Diallo
En bref par secteur et paysEn bref par secteur et pays
BanqueSénégal : la Caisse de Crédit Agricole se dope pour des investissements productifs
BanqueAfriland First Bank Cameroon tisse sa toile
BanqueRDC : la Standard Bank, conseiller financier dans la cession de la CINAT
BanqueBâle III à Paris : le lobby des grandes banques en action
BoursesLes fonds avec
FinanceAI40 : le titre UBA chahuté à la Bourse de Lagos
FinanceLa City sous le charme de l'Angola
Economie900 millions FCFA de l'AFD pour le barrage hydroélectrique de Gouina
EconomieLes 500 personnalités qui font l'économie africaine
Entreprises et MarchésAlgérie : la mise à niveau des PME « mal engagée », selon le patronat
Entreprises et MarchésTélécoms : les data centers se développent en Afrique
Spécial GabonMba Obame privé de législatives ?
Spécial GabonBois : halte à l'économie de rente
Spécial GabonAgriculture : s'autosuffire et exporter
Spécial GabonChangements climatiques : Ali Bongo Ondimba porte-parole de l'Afrique centrale
Spécial GabonMagloire Ngambia : l'émergence passe par la valorisation de nos ressources
Industries et ServicesL'Afrique à l'ombre des palmiers
Economie - politiqueBurkina Faso : le prix de la paix sociale
Economie - politiqueL'équipe du Premier ministre Luc Adolphe Tiao en question
Economie - politiqueLes révoltes du monde arabe et leur impact sur le trafic aérien africain
Economie - politiqueMauritanie-FMI : nouvelle lune de miel
Economie - politiqueLe Togo ouvre une ère du marbre et des pierres ornementales
Economie - politiqueLe concours des pays émergents à l'essor économique du Cameroun
Economie - politiqueAdil Othmani, le récit de l'attentat de Marrakech
Economie - politique Al Qaïda après la mort de Ben Laden : vers un repli au sud de...
InternationalVerbatim
InternationalLa revue de presse africaine de Londres
L\'Africain de la semaine Michel Camdessus : « L'Afrique est en décollage économique comme la Chine il y a...
Galerie les afriquesGalerie Les Afriques
La revue de presse africaine de Londres Version imprimable
10-05-2011

Les journaux de cette semaine ont du mal à s’accorder sur les sujets dominants de l’actualité africaine. Chacun y va donc de son centre d’intérêt, mais la part belle revient tout de même à la Libye, avec des pressions qui se font plus insistantes sur le colonel Kadhafi.

23_rebelles_libye.jpg

Si Kadhafi a de quoi poursuivre la guerre, les rebelles, eux, pourraient être à court d’argent dans les prochains jours.

Tension de trésorerie chez les rebelles de Libye

La guerre se poursuit en Libye et s’exporte même. Le Daily Mail rapporte en effet que « les forces loyales au colonel Mouammar Kadhafi ont traversé la frontière pour se retrouver en Tunisie voisine, à la poursuite des rebelles ». Des obus ont été tirés sur la ville de Dehiba, d’où une réaction des troupes tunisiennes.

Toute cette agressivité du dirigeant libyen ne restera pas impunie. Selon le Guardian, qui se fait l’écho du procureur de la Cour pénale internationale, « les soldats de Kadhafi ont ouvert le feu de manière systématique sur des manifestations pacifiques ». Pour Louis Moreno Ocampo, le régime de Tripoli est de ce fait passible de poursuites pour crimes de guerre, d’où le mandat d’arrêt qu’il envisage d’émettre contre Kadhafi et deux autres personnalités de son régime.

A cette pression de la justice, la Suisse ajoute la sienne. The Independent affirme que le gouvernement helvétique a identifié 360 millions de francs suisses qui appartiendraient au dirigeant libyen et à des membres de son entourage. Des avoirs qui seront gelés par les banques et institutions financières, selon une injonction donnée par le gouvernement suisse.

Si Kadhafi a de quoi poursuivre la guerre, les rebelles, eux, pourraient être à court d’argent dans les prochains jours. C’est ce que révèle le Telegraph. Si les rebelles n’obtiennent pas les trois milliards de dollars qu’ils réclament à la communauté internationale, ils ne pourront plus faire face à la moindre charge, avertit Ali Tarhouni, le « ministre des Finances » du Conseil national de transition.

La Côte d’Ivoire attend la paix

La bataille d’Abidjan continuait de faire des morts jusqu’à quelques jours de la prestation de serment du président Ouattara. Le Guardian explique que, plusieurs semaines après l’arrestation de Laurent Gbagbo, ses milices, renforcées par des mercenaires libériens, tiennent encore tête à l’armée ivoirienne. « En deux heures, nous avons récupéré 40 corps », témoigne un employé de la Croix Rouge ivoirienne.

The Independent lance un cri d’alarme : les enfants en Côte d’Ivoire vivent une catastrophe sanitaire. Selon le journal, des milliers d’enfants qui se sont retrouvés dans les camps de déplacés manquent de tout ; même pas de quoi s’abriter des fortes pluies. Cinq mois après l’élection présidentielle, déplore The Independent, des familles entières dorment à la belle étoile, ne disposent pas d’eau potable. On y meurt de maladies respiratoires et de malaria.

 

Espoir de justice pour le Congo

« Des chefs de milices rwandaises face à la justice allemande pour des crimes de guerre. » C’est le titre du Guardian, qui précise que le procureur reproche à Ignace Murwanashyaka et à son adjoint Straton Musoni d’avoir dirigé les Forces démocratiques pour la libération du Rwanda (FDLR). Cette milice hutu serait l’auteur de plus de 200 meurtres, de nombreux viols et d’enrôlements d’enfants-soldats dans l’est de la République démocratique du Congo.

Au total, ces deux seigneurs de guerre doivent répondre de 36 chefs d’accusation de crimes contre l’humanité et de 39 crimes de guerre.

Au Congo, on meurt, mais pas que du fait des milices. Selon le Financial Times, au moins cent personnes sont portées disparues à la suite du naufrage d’une embarcation sur la rivière Kasaï. En cause, la surcharge : le bateau transportait près de 300 personnes. Le ministre congolais de l’Information ne peut confirmer le bilan, tout au plus relève-t-il que seules trente personnes ont été secourues. Il indique que le bateau n’était fait ni pour circuler la nuit, ni pour transporter des passagers. Auparavant, ce sont au moins quarante personnes qui avaient trouvé la mort sur le lac Kivu, dans un autre naufrage de bateau.

 

Des occidentaux captifs dans la Corne de l’Afrique

Cette fois-ci les pirates n’y sont pour rien, et ça ne se passe pas en Somalie. En effet, les autorités érythréennes détiennent quatre ressortissants britanniques, arrêtés à la veille de Noël alors qu’ils étaient sur l’océan Indien. C’est une information de The Independent. Aujourd’hui, explique le journal, la peur grandit en Grande-Bretagne, surtout après un discours du président Isaias Afewerki accusant ces hommes d’avoir violé la législation de l’Erythrée. Les quatre prisonniers sont des employés d’une compagnie de sécurité, dont plus de 40% de l’activité consiste à assurer une escorte armée aux navires opérant dans le golf d’Aden, en Afrique de l’Est, et dans l’océan Indien.

 

Butin inhabituel

En Afrique du Sud, des délinquants ont emporté un butin pour le moins inhabituel. Le Telegraph conte l’histoire d’un braquage de voiture en Afrique du Sud à l’occasion duquel les malfrats ont volé des récipients contenant des virus de polio. Heureusement, est-on tenté de noter, les sources médicales sont formelles pour dire que les germes subtilisés sont sans grande gravité pour la santé publique. Il est juste demandé à toute personne qui serait en possession de ces paquets de ne pas les manipuler.

 
< Précédent
 
×
×
Votre Nom :
Votre Email :





×