Accès abonné :              
Journal en ligne - []
PIED DE LETTRELa leçon non sue de Mandela
RELATIONS INTERNATIONALESOMC Entre échec et espoir
DOSSIERAhmed Ezz Condamné mais riche
DOSSIERAli Wakrim Le discret d'Akwa Group
DOSSIERStrive Masiyiwa Un pionnier de la libéralisation des télécoms en Afrique
DOSSIERMoulay Hafid Elalamy Le patron 2.0
DOSSIERMohamed Bensalah La force douce des affaires
DOSSIERTony Elumelu Le Nigérian qui monte, qui monte
DOSSIERRostam Azizi Premier milliardaire tanzanien
DOSSIERAnas Sefrioui Addoha, c'est moi
DOSSIERSamih Sawiris Un «Swiris» en cache un autre
DOSSIERSudhir Ruparelia L'Ougandais le plus riche
DOSSIERTheophilus Danjuma Le général philanthrope
DOSSIERMiloud Chaabi Le self-made-man
DOSSIERAziz Akhannouch Le ministre homme d'affaires
DOSSIEROnsi Sawiris Le patriarche
DOSSIERStephen Saad A la tête du plus grand groupe pharmaceutique d'Afrique
DOSSIERKoos Bekker Le magnat des médias sud-africains
DOSSIERMohammed VI Le royal homme d'affaires
DOSSIERPatrice Motsepe Le sémillant minier
DOSSIERYasseen Mansour La fortune, la fraude et moi…
DOSSIEROthman Benjelloun Le leader
DOSSIERFolorunsho Alakija Une femme magnat du pétrole
DOSSIERYoussef Mansour Maître du Métro au pays du Nil
DOSSIERNaguib Sawiris Les télécoms c'est son métier
DOSSIERIssad Rebrab Le privilégié de l'Élysée
DOSSIERIsabel Dos Santos Se fait un prénom
DOSSIERMohamed Mansour Un jongleur en politique et économie
DOSSIERMike Adenuga De la dentelle à Globacom
DOSSIERChristoffel Wiese Le magnat de la distribution
DOSSIERNassef Sawiris Le vrai pharaon de l'Égypte
DOSSIERNicky Oppenheimer Le diamantaire philanthrope
DOSSIERJohann Rupert Discrétion et franc-parler
DOSSIERAliko Dangote Un self-mademan devenu milliardaire
Entreprises et MarchésTUNISAIR Première compagnie d'Afrique à bénéficier de la nouvelle génération A320
Entreprises et MarchésTUNISIE Le taux de la dépendance énergétique atteint 40%en octobre 2014
Entreprises et MarchésMAROC OCP double ses exportations vers l'Afrique en une année
Entreprises et MarchésMAROC i-conférence met en avant la poste africaine
Banque - AssurancesBID 98,4 millions de $ en faveur de 4 pays au sud du Sahara
Banque - AssurancesL'assureur panafricain SUNU blinde ses coffres
Banque - AssurancesCAMEROUN Chanas-Assurances cherche de nouveaux dirigeants
Banque - Assurances75 milliards de f CFA de la Banque mondiale pour la formation en Afrique
Bourses GABON Emission de 25 milliards de f CFA de titres sur le marché de la...
BoursesCAMEROUN Les grandes lignes de l'emprunt obligataire de 150 milliards de f CFA
BoursesBOURSE DE TUNIS Hausse du revenu global des sociétés cotées
Politique - EconomieMALI Reprise des avances du Fonds monétaire international
Politique - EconomieBURKINA FASO Nouvel appui budgétaire de la Banque mondiale
Politique - EconomieNIGÉRIA Boko Haram sème la terreur dans le nord
Politique - EconomieFRANCOPHONIE Michaelle Jean, nouvelle secrétaire générale
Politique - EconomieFRANCOPHONIE Le rendez-vous de Dakar
Politique - EconomieTUNISIE Le taux de croissance s'élève à 2,3%, durant le 3ème trimestre 2014
Le chantier de l’autoroute relance les Chinois en Algérie Version imprimable
05-12-2007

La première vague d’immigration chinoise liée au bâtiment était retombée en 2005-2006.

Par Ihsane El Kadi, Alger.

Le Centre d’affaires de Zhong Bei était mal vu des islamistes.
Le Centre d’affaires de Zhong Bei était mal vu des islamistes.

Le gigantesque chantier de l’autoroute est-ouest a relancé l’immigration temporaire chinoise vers l’Algérie. Sur les 950 km en cours de réalisation, 550 km du lot centre et du lot ouest reviennent au groupement chinois CITIC-CRCC. Le contrat ne contraint pas le maître d’œuvre à utiliser la main d’œuvre locale. Des camps de base peuplés de travailleurs chinois sont apparus depuis le lancement des travaux au printemps dernier tout au long du tracé ouest. « C’est une organisation impressionnante. Ils ont ouvert plus de 100 km de piste de chantier en trois mois », raconte un technicien du bâtiment de la wilaya (département) de Sidi Bel Abbes, traversée par 48 km de cet ouvrage prévu à la livraison pour juillet 2009.

Pas de Chinatown Les contrats de réalisation dans le bâtiment, enlevés en rafale par les entreprises chinoises au début des années 2000, avaient marqué une première vague d’arrivée de travailleurs chinois dans un pays tout ébahi d’être ainsi visité, à la sortie de son huit clos de violence. La diaspora chinoise en Algérie était estimée à 22 000 personnes au début de 2004. Les travailleurs chinois sous contrat se mélangent peu à la population locale. Certains ont choisi cependant de ramener leur épouse de Chine et de vendre des produits apportés du pays. Des boutiques chinoises ont fleuri dans un quartier commercial d’Alger centre, mais le Chinatown trop vite annoncé ne s’est pas développé. A cause, sans doute, des déboires de certaines entreprises chinoises indélicates. L’une d’entre elles, à Tiaret, dans l’ouest du pays, a « oublié » durant plusieurs mois de verser le salaire de ses ouvriers, provoquant, fait sensationnel, une manifestation de centaines de travailleurs chinois bloquant la route. A l’automne 2005, le chef du gouvernement, M Ahmed Ouyahia, a déclaré « nous ne ferons plus appel aux entreprises chinoises dans le bâtiment ». Les entreprises privées algériennes et les particuliers, eux, continueront à le faire pour réaliser bureaux et villas dans des délais record.

A l’automne 2005, le chef du gouvernement, M. Ahmed Ouyahia, a déclaré « nous ne ferons plus appel aux entreprises chinoises dans le bâtiment. »

Lieu de débauche 2006 aura été une année de transition. Une source proche de l’agence nationale des autoroutes (ANA), maître d’ouvrage, estime à 4000 le nombre de travailleurs en action sur le chantier de l’autoroute. Les trois-quarts seraient Chinois. Toutefois, la fixation d’une partie de l’immigration temporaire chinoise en Algérie tarde à se développer. La mésaventure de Li Rongmin aide à mieux comprendre pourquoi. Ce natif de Pékin de 49 ans est venu s’installer en Algérie dès 2002 pour y écouler toutes sortes de biens, notamment des meubles qu’il fait fabriquer en Chine. En 2004, il achète un bail de terrain dans une banlieue de la capitale et construit dessus un centre d’affaires. Sa cible, les centaines d’hommes d’affaires chinois principalement, mais aussi asiatiques et étrangers qui visitent annuellement Alger et qui disposent ainsi d’un forum de rencontre avec bureaux, restaurant et sauna. Le centre démarre à peine que des islamistes du quartier organise une cabale contre ce qu’ils qualifient de « lieu de débauche ». Cela fait une année que « Zhong Bei », c’est le nom du centre, est fermé. « Les chinois reviennent en force, mais ils repartiront à la fin des chantiers », parie Mahmoud, un collaborateur de Li, désabusé par l’attitude de ses compatriotes.

 
< Précédent