Accès abonné :              


Vidéo: La relation Chine - Afrique en 2008 Version imprimable

La suite des vidéos présentant quelques aspects de la relation entre la chine et l'afrique en 2008.

La Chine arme l'Afrique ; Une complémentarité public/privé ; La grande bataille de l'aide au développement ; «La réponse des pays du Nord aux Chinois doit être de faire davantage pour l'Afrique» ; La chine futur premier partenaire de l'Afrique?

7/

Avril 2008

La Chine arme l'Afrique

A l'occasion de l'histoire du cargo d'armes en direction du Zimbabwe, Habib Tawa explique que la relation chine-afrique ne date pas d'hier comme on peut parfois l'entendre.

Dans son analyse, il est interessant de voir que finalement cette histoire n'etait peut etre qu'un moyen pour les pays tel que l'Angola de faire une pression détournée sur la Chine et il dit ainsi "ca se vends ensuite... moi je ne veux mes services que contre..."

http://www.afrique-asie.fr/dossier.php?dossier=22

8/

6 Juin 2008

Une complémentarité public/privé

En provenance de l'article: http://www.mediapart.fr/journal/international/090608/l-afrique-au-centre-1-comment-la-chine-s-est-emparee-d-un-continent

Que disent les premières conclusions de ces travaux novateurs, à mi-chemin entre économie du développement et sociologie de l'immigration ? Après un master d'économie à Sciences-Po Paris, Mathilde Dupré et Weijing Shi sont parties près de trois mois au Mali, fin 2007, à la rencontre d'entrepreneurs chinois.

Elles ont fait les comptes : 1.200 Chinois présents (contre 5.000 Français), très majoritairement des hommes, 161 entreprises chinoises, principalement dans l'hôtellerie, le commerce et la construction. «Si les Chinois sont encore faiblement implantés au Mali, ils travaillent dans des secteurs très visibles à Bamako, comme les bars et hôtels, notent-elles. Ils ont également réalisé la construction du palais présidentiel.» D'après elles, la montée en puissance de la Chine en Afrique est «un phénomène moins centralisé, beaucoup plus spontané qu'on voudrait le laisser penser». Au passage, elles insistent sur le rôle des entrepreneurs privés de tout poil, venus seuls en Afrique, attirés par ces nouveaux marchés et les profits à la clé.

Confirmation de ces propos dans La Chinafrique, qui souligne la «complémentarité» des efforts publics et privés des Chinois en Afrique : «Les aventuriers avancent et investissent. Pendant ce temps, l'Etat chinois signe d'énormes contrats d'infrastructures et d'exploitations de matières premières. Il peut s'appuyer sur une diaspora chinoise de plus en plus nombreuse et organisée, laquelle en contrepartie est encouragée par le volontarisme de Pékin.»

Autre conclusion, plus polémique, à laquelle Mathilde Dupré et Weijing Shi sont parvenues : les abus de certaines entreprises chinoises observés sur place (par exemple, le non-respect de normes sociales ou environnementales) révèlent avant tout les failles administratives et juridiques de nombreux Etats africains. Dans lesquelles s'engouffrent les Chinois, mais également beaucoup d'autres entrepreneurs. Explication en 53 secondes, avec l'exemple des impôts au Mali, que les Chinois sont accusés de ne pas payer.

9/

6 juin 2008

La grande bataille de l'aide au développement

En provenance de l'article: http://www.mediapart.fr/journal/international/100608/l-afrique-au-centre-3-la-grande-bataille-de-l-aide-au-developpement

Alors que les Occidentaux privilégient l'«aide programme» versée sur plusieurs années, les Chinois ne jurent que par la réalisation de projets bien identifiés, en priorité dans le secteur de la construction.

Concrètement, il est parfois très difficile de faire la différence entre investissements, coopération et aide stricto sensu, selon les différents types de prêts accordés. Emmanuel Guérin, de l'Institut du développement durable et des relations internationales (Iddri), explique, en 1 minute et 23 secondes, comment les manières chinoises d'investir en Afrique brouillent les pistes.

D'après Emmanuel Guérin, de l'Iddri, l'aide «liée» des Chinois pourrait inciter certains pays de l'OCDE à revenir aux vieilles pratiques de prêt envers les Africains (1 minute et 17 secondes).

10/

12 juin 2008

«La réponse des pays du Nord aux Chinois doit être de faire davantage pour l'Afrique»

En provenance de l'article: http://www.mediapart.fr/journal/international/120608/l-afrique-au-centre-5-la-reponse-des-pays-du-nord-aux-chinois-doit-etre

Comment réagir face à l'arrivée des grands pays émergents en Afrique ? La réponse de Pierre Jacquet, dans cette vidéo de 1 minute et 11 secondes : «Il faut, non pas s'opposer à la Chine, mais faire davantage pour l'Afrique».

 

Dans une vidéo de 1 minute et 35 secondes, Pierre Jacquet poursuit : «L'approche chinoise n'est pas compatible avec la pratique de coordination, de respect des bonnes pratiques mise en place par les bailleurs de fonds occidentaux.»

 

11/

20 octobre 2008

La chine futur premier partenaire de l'Afrique?

Le sinologue J.L. Domenach (http://www.ceri-sciencespo.com/cerifr/cherlist/domenach.php ) indique que la chine se rends compte aussi des problèmes dans le commerce avec l'Afrique en faisant ses erreurs qui sont parfois les mêmes que les pays occidentaux avant elle.

chine-afrique-2008.jpg

 
< Précédent   Suivant >