Libye
Libye : L’Occident met la pression pour un gouvernement d’union
29-02-2016
L’Europe et les Etats-Unis continuent de mettre la pression sur les différentes factions libyennes pour qu’elles mettent en place un gouvernement d’union nationale au moment où on assiste dans le pays à une montée en puissance de l’Etat islamique. C’est dans cette mouvance que le tout nouveau ministre français des affaires étrangères, Jean Jacques Ayrault, a estimé qu’il n’ya d’ailleurs plus de temps à perdre pour que les Libyens installent ce nouveau gouvernement en toute sécurité. C’était à l’occasion d’une grande rencontre tenue à Munich (Allemagne) sur l’avenir de la Libye avec ses collègues des Etats-Unis, de l’Allemagne et d’Italie.
 
Libye : Le Conseil de sécurité rejette la levée de l’embargo sur les armes
11-04-2015
L’embargo sur l’exportation des armes vers la Libye sera maintenue jusqu’à nouvel ordre, c’est ce que vient de décider le Conseil de sécurité de l’ONU. La décision de maintien de l’embargo a été justifiée par les membres du Conseil de sécurité par la crainte que les armes tombent entre les mains des nombreux groupes armés dans ce pays dont le contrôle est partagé entre deux gouvernements installés à Tripoli et Tobrough.
 
Libye : Les factions belligérantes acceptent de reprendre les pourparlers
20-03-2015
Au terme d'une semaine dans l’impasse, les principales factions politiques de la Libye ont convenu de reprendre le dialogue, placé sous l’égide de l’ONU. Le député Aboubaker Eb' era a déclaré que la Chambre des représentants reconnue au plan international a unanimement voté et décidé de participer au dialogue tenu au Maroc. Le député a ajouté que l’émissaire spécial des Nations Unies en Libye Bernardino Leon a rencontré des membres de la Chambre des représentants et donné des «explications appropriées» sur les prochains pourparlers de paix. Depuis les troubles de 2011 qui ont conduit à la destitution de l’ancien dirigeant Mouammar Kadhafi, la Libye est en proie à un processus politique décousu à présent avec deux Parlements rivaux, la Chambre des représentants, laïque, et le CGN, soutenu par les islamistes.
 
Libye : Vers une croissance de la production pétrolière
11-03-2015
La Libye produit 200 000 barils/jour, contre 350 000 b/j ces dernières semaines. Mais à la suite de la récente reprise des activités au niveau des champs d’al-Msala et al-Serir, dans le Sud-est du pays, la production pétrolière libyenne devrait se renchérir. Pour rappel, la production pétrolière y a été suspendue sur ces deux champs, après que des hommes armés aient endommagé un pipeline réservé au transport de la production vers le port pétrolier d’al-Harriga à Tobrouk, un terminal pétrolier d’une capacité de 120 000 b/j. Confirmation d’Omran al-Zuei, porte-parole de l’Arabian Gulf Oil Company, succursale de la compagnie nationale libyenne de pétrole, pour qui les flux de la production pétrolière à travers ce pipeline sont encore limités.
 
Négociations de paix sur la Libye à Rabat : le Parlement libyen boude
28-02-2015
Face à la situation d’un pays en crise profonde, l’ONU a organisé plusieurs cycles de dialogues entre différentes parties, depuis le mois de septembre. Aux négociations de Rabat, capitale marocaine, la délégation du Parlement libyen a décidé de suspendre sa participation aux négociations de paix et de retirer ses 4 délégués, suite à un vote consécutif à de violentes attaques, notamment l’attaque à la bombe de vendredi à al-Gubba. Confirmation d’Issa Oraibi et d’Essam Jehani, députés au Parlement libyen. Rappelons que le conflit qui s’éternise en Libye a entrainé le déplacement de plus de 120 000 personnes et la Chambre des représentants accuse les factions rivales de répandre la violence, le terrorisme et l’extrémisme.
 
HRW dénonce les attaques répétées contre des journalistes libyens
24-02-2015
Les attaques systématiques contre les journalistes libyens par divers groupes armés ont été vigoureusement dénoncées, lundi dernier, par l’Organisation de défense des droits de l'Homme, Human Rights Watch (HRW). Les témoignages font état de violentes attaques, enlèvements, intimidations, menaces et éliminations physiques de journalistes en toute impunité au cours des2 dernières années. Des exactions qui ont d’ailleurs provoqué leur fuite vers de nombreux pays ou les contraignant à l'autocensure. HRW, qui a produit un rapport d’une cinquantaine de pages sur la question, révèle que l'échec des gouvernements successifs et les autorités provisoires à protéger les journalistes a effacé une grande partie de la liberté limitée des médias qui existait après le soulèvement qui a renversé en 2011 l'ex-dirigeant libyen Mouammar Kadhafi. Le rapport, intitulé, «La guerre contre les médias: les journalistes sous attaque en Libye» indique que les autorités n'ont demandé des comptes à personne pour les attaques contre les journalistes et les médias depuis 2012, dont la plupart ont été commis par des acteurs non étatiques.
 
Appel libyen à l’aide internationale contre les jihadistes
04-02-2015
La guerre continue entre factions rivales en Libye, depuis la chute du colonel Kadhafi en octobre 2011. Actuellement, le pays est dirigé par 2 gouvernements qui se disputent le pouvoir à distance. L’équipe reconnue par la communauté internationale et chapeautée par Abdallah Al-Thenni, Premier ministre libyen, et siège à Al Baïda dans l’Est, tandis que l’autre gouvernement, proche des miliciens de Fajr Libya, contrôle Tripoli, la capitale. Pour sortir de cette situation, Abdallah Al-Thenni, Premier ministre libyen, vient d’exhorter la communauté internationale à lui venir en aide. C’est ce qu’il vient de confier à nos confrères de l’Afp, indiquant que son pays ne reçoit aucune aide, tandis qu’il y a une offensive internationale contre les jihadistes en Syrie et en Irak. Le Premier ministre a confié craindre une infiltration en Libye des membres de l'Etat islamique si l’étau se resserre autour d'eux en Syrie et en Irak.
 
Nouveau report du procès des anciens dirigeants du régime Kadhafi
21-01-2015
Le procès des anciens dignitaires du régime de Mouammar Kadhafi a été reporté au dimanche 25 janvier. Le tribunal de Tripoli en a décidé ainsi il y a deux semaines de cela, suite à une requête des avocats de la défense. Parmi les mis en cause Mahmoudi Baghdadi, dernier Premier ministre de Kadhafi, Abdallah al-Senoussi, ex-chef des services de renseignements, et Abdelati Labidi, dernier ministre des Affaires étrangères de l’ancien régime. Ils sont tous inculpés pour crimes et répression de la révolution de 2011. Les autres chefs d'accusation, retenus contre eux, vont d’assassinats, à l’incitation au crime et au viol collectif, en passant par la formation de groupes armés de nature à provoquer des troubles publics, l’utilisation de l'immigration pour faire pression sur les pays européens, le recrutement de mercenaires…
Cette audience à Tripoli s’est déroulée en l’absence de Seif al-Islam Kadhafi, fils de Kadhafi. Le jugement s’est fait par vidéoconférence depuis Zenten, ville située à 180 km au sud-ouest de Tripoli, pour officiellement des raisons techniques. Mais d’aucuns avancent la rivalité entre les troupes de « Fajr Libya », qui contrôlent actuellement Tripoli et les Zentanis chassés de la capitale libyenne. A noter que la Cour pénale internationale, qui réclame toujours ce dernier, a décidé dernièrement de référer son extradition au Conseil de sécurité de l’ONU, consécutivement au défaut d’exécution du gouvernement libyen à l'égard de 2 demandes de coopération émises.
 
Soutien de la Banque mondiale aux opérateurs privés libériens
15-12-2014
Pour soutenir les petites et moyennes entreprises, les entrepreneurs locaux et les agriculteurs du Libéria, Dr Jim Yong Kim, président de la Banque mondiale, a révélé, au cours d’une visite de travail, mardi 2 décembre à Monrovia, une avance de 7,5 millions de $. Il s’est exprimé suite à un entretien avec Ellen Johnson-Sirleaf, présidente du Libéria, soutenant que la Banque mondiale compte appuyer le secteur primaire (agriculture), qu’il considère comme un pilier essentiel de l’économie libérienne. La facilité a été signée avec Ecobank pour permettre à l’institution de Bretton Woods de travailler, à travers la SFI (Société financière internationale), et fournir aux banques locales, agriculteurs et autres PME-PMI du Libéria, des liquidités. Juste avant, le président de la banque mondiale faisait état de l’inquiétude de l’institution d’une chute de la production agricole, en raison de l’épidémie d’Ebola.
 
<< Début < Précédente 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 Suivante > Fin >>

Résultats 1 - 9 sur 488
Toute l'actualité

En faisant exploser, samedi dernier, un camion piégé au centre de Mogadiscio, les terroristes...
[La suite...]

Le Groupement togolais d’assurances compagnie africaine d’assurances (GTAC2A-VIE), filiale du...
[La suite...]

À l’issue du dépouillement de plus de 95% des bulletins, la Commission électorale a dévoilé hier...
[La suite...]

Dans la lignée de ses consœurs, suite à l’adoption de la loi 103.12, relative aux établissements de...
[La suite...]

À la Conférence des Nations unies COP23 sur le climat à Bonn, du 6 au 17 novembre 2017, 19...
[La suite...]

Rallier Tanger à Casablanca en deux heures contre cinq actuellement, c’est ce que devrait permettre...
[La suite...]

Autres articles
 
×
×
Votre Nom :
Votre Email :





×