Journal en ligne - []
PIED DE LETTREDe la promotion de l'entrepreneuriat et de l'innovation
RELATIONS INTERNATIONALESAccord sur le nucléaire iranien Un deal contre le terrorisme ?
DOSSIERTariq Sijilmassi «Les banques doivent accompagner le développement du secteur agricole»
DOSSIERSénégal-Maroc Le Groupe d'impulsion économique opérationnel
Dossier SpécialSaïd Mouline Aderee, bras armé du développement durable
Dossier SpécialL'offensive du Royaume chérifien en Afrique centrale
Dossier SpécialMaroc Telecom Quelque 6 millions d'euros pour un projet transafricain
Dossier SpécialAmina Benkhadra Des bassins à fort potentiel
Dossier SpécialCasablanca Inauguration d'un 2ème Centre de dépollution du littoral
Dossier SpécialTariq Sijilmassi «Les banques doivent accompagner le développement du secteur agricole»
Dossier SpécialLa gent féminine, de mieux en mieux
Dossier SpécialFathia Bennis Maroclear, garant d'un marché financier et d'une place fiable, sécurisée et transparen
Dossier SpécialFrance-Maroc Visite du Roi Mohammed VI à Paris
Dossier SpécialKarim Bernoussi Intelcia, un partenaire de confiance
Dossier SpécialJawad Kerdoudi «Ce nouveau vote du Conseil de Sécurité est une victoire pour le Maroc»
Dossier SpécialDes ONG dénoncent le détournement de l'aide humanitaire dans les camps de Tindouf
Dossier SpécialInterview Charles Saint-Prot Évolution en faveur du Maroc
Dossier SpécialRésolution 2218 (2015)
Dossier SpécialRésolution 2218 du Conseil de Sécurité de l'ONU Le Maroc marque un point
Dossier SpécialSahara Victoire du Maroc à l'ONU
Dossier SpécialMaroc Succès d'une image et échec économique
Dossier SpécialMaroc Diagnostic de croissance
Dossier SpécialMaroc Groupe Banque Populaire lance sa 1ère usine monétique panafricaine
Dossier SpécialMaroc Banque populaire Adoption du système Public Key Infrastructure (PKI)
Dossier SpécialHassan El Basri Le gage de réussite d'un modèle de coopération Sud-Sud
Dossier SpécialBudget économique exploratoire 2016
Dossier SpécialOCP, plus que jamais vaisseau-amiral
Dossier SpécialCroissance économique et investissements
Dossier SpécialQuelle stratégie pour la politique africaine ?
Dossier SpécialMaroc-Côte d'Ivoire-Guinee Bissau-Gabon Une coopération, un cran au-dessus
Dossier SpécialMaroc-Senegal Une dizaine d'accords de cooperation
Dossier SpécialLe Maroc à l'abri des soubresauts
Mali : la douloureuse privatisation de la CMDT Version imprimable
12-03-2008

Longtemps différée, la privatisation de la Compagnie malienne de développement des textiles est devenue inéluctable.

Par Robert Adandé, Dakar

C’est le Conseil des ministres du 4 octobre 2006 qui a donné le top pour sortir la CMDT du giron de l’Etat. Le but de cette décision était de limiter les risques financiers pour le budget de l’Etat, et d’améliorer, par la même occasion, la gestion et la rentabilité de la filière. Ceci tout en gardant 10% du capital. A travers cette dénationalisation, le gouvernement entrevoyait l’ultime porte de secours pour une redynamisation effective de la filière. Cette privation est à son dernier virage…
Jusqu’en 1999, la CMDT avait une vocation publique qui lui permettait de réaliser des travaux d’intérêt public. C’était la belle époque. La vente du coton malien sur le marché international permettait d’amortir toutes les charges de la filière, au point où 47% des recettes du pays provenaient de ce secteur. Seulement, depuis 2000, le coton malien, à l’instar des autres pays de la sous-région, a connu une descente aux enfers. Pour cause, la baisse constante du cours du dollar, la baisse du cours du coton sur le marché international, la subvention de certains pays occidentaux et européens à leurs producteurs de coton, et la surproduction de certains pays tels que la Chine et l’Inde, qui étaient les principaux acheteurs du coton africain. 22 milliards de FCFA, 33 millions d’euros, ont été puisés dans le Trésor public pour tonifier la CMDT, mais ce n’était qu’une goutte d’eau dans la mer. La filière était à terre, avec un déficit estimé à 90 millions d’euros. Une ardoise lourde à laquelle l’Etat malien ne pouvait plus faire face tout seul. Il s’imposait alors de profondes réformes, dont l’ouverture de la société au secteur privé, pour faire face à la situation.

Selon le schéma de privatisation prévu, la CMDT deviendrait un grand groupe divisé en filiales, à savoir : les succursales de Bougouni-Sikasso, Koutiala-San, Fana-OHVN, et Kita.

Précédents Les nombreux échecs des précédentes privatisations (Chemins de fer, Energie du Mali, Itema, Huicoma, etc.) continuent de hanter les producteurs maliens, qui manifestent leur désapprobation face à une privatisation dont ils redoutent l’issue. Selon le schéma de privatisation prévu, la CMDT deviendrait un grand groupe divisé en filiales, à savoir : les succursales de Bougouni-Sikasso, Koutiala-San, Fana-OHVN, et Kita.
La configuration probable de l’ex-géant cotonnier prévoit que la CMDT garderait les achats, le commercial et le contrôle de la gestion. Les fonds générés par les filiales serviront à acquitter les créanciers de l’ex-CMDT.

Danger Ce schéma, selon certains spécialistes de l’or blanc, présage une réelle catastrophe pour la filière cotonnière, car, tant sur
les plans technique qu’économique ou encore social, la mise à liquidation de la CMDT présente des risques importants. Licenciement du personnel, effondrement de la production, absence d’acquéreurs sérieux pour les filiales sont autant d’incidences qui découleraient de la privatisation de la filière coton. Ce qui pourrait porter une sérieuse entorse à l’économie malienne, le coton atteignant un chiffre d’affaires de 300 millions d’euros et nourrissant un minimum de 4 millions de personnes.
Pour les Maliens, la privatisation ne doit pas être pour le gouvernement une échappatoire pour « brader » une entreprise ou société d’Etat. Même si la plupart d’entre eux conviennent qu’avec un passif d’environ 150 millions d’euros pour la CMDT, la résolution de la crise cotonnière pourrait relever de l’impossible.

 
Suivant >
 
afrique afrique
×
×
Votre Nom :
Votre Email :





×
Votre Login :
Mot de passe :