Journal en ligne - []
Du co-développement Version imprimable
13-10-2014
Tant bien que mal, l’Afrique reçoit des investissements directs extérieurs pour accompagner sa croissance. D’aucuns se félicitent de ces apports et autres lignes de financement. Néanmoins, comparés aux besoins colossaux du continent, des analystes trouvent les montants reçus encore bien en déca. Il reste cependant vrai que les ficelles, pour amorcer un véritable tournant et se placer sur la rampe du développement économique, sont entre les mains des gouvernements respectifs. Maintenant que la plupart d’entre eux ont compris qu’aucun vent n’est favorable pour un navire sans cap, ils mettent en place des plans de développement, fondés sur des visions claires.
 
La clé du succès de tels programmes réside dans le renforcement d’un tissu épais de PME-PMI, satellites de grands comptes locaux. Ces opérateurs seront à même d’apporter leur contribution, étant associés aux différents chantiers. Aussi, il sera question de sortir vainqueur du combat de la qualité, réussir l’adéquation formation-emploi, faciliter le branding avec la vulgarisation du dépôt de marques et brevets, renforcer le respect de la propriété intellectuelle... Bien entendu, ce ne sera pas tout. Bien d’autres domaines et secteurs, bien indiqués dans les plans de développement (santé, agriculture, industrie, tourisme…), doivent être défrichés et capitalisés dans les ALE (Accords de libre-échange) signés ou en cours. Des conventions, porteuses de progrès. Il s’agira aussi de transformer les essais en mettant en place des P2I (plateformes industrielles intégrées), où les investisseurs trouveront un cadre plug & play. Il faudra aller plus loin que viabiliser uniquement des ZE (zones économiques), en les irriguant de canalisations d’adductions d’eau, ou d’un réseau électrique et téléphonique. Un cadre, des locaux et autres hangars, dans des zones agglomérant un guichet unique et d’intermédiation de services administratifs, la restauration, des services de collecte de déchets et d’hygiène, la gestion d’espaces de loisirs… sont autant de commodités préalables et du ressort des États en quête d’investissement. À la clé, le boom de l’emploi et des points de croissance.
 
Daouda MBaye,
rédacteur en chef exécutif
 
 
×
×
Votre Nom :
Votre Email :





×