Journal en ligne - []
ZOOMMarrakech Grand-messe de l'African Leadership Network
PIED DE LETTREExpo Milano 2015 Le know-how qui met en valeur
RELATIONS INTERNATIONALESSyrie Rencontre au sommet à Vienne
DOSSIERBanques Partenariat Attijariwafa bank-Icici Bank
DOSSIERCôte d'Ivoire L'indien Tata va investir plus de 300 milliards de f CFA
DOSSIERInde-Afrique Plaidoyer du Roi du Maroc pour la coopération Sud-Sud
DOSSIERInde-Afrique 100 milliards $
Entreprises et MarchésCÔTE D'IVOIRE Distribution de 224 Mrds de f CFA par Randgold Resources à ses actionnaires
Entreprises et MarchésSÉNÉGAL OPV de Suneor, les derniers rebondissements
Banque - AssurancesBMCE BANK OF AFRICA Nouvelle campagne de marque
Banque - AssurancesBMCE Bank et Maroc Export innovent avec African Business Connect
Banque - AssurancesBANQUES Attijariwafa bank lance une nouvelle campagne institutionnelle
Banque - AssurancesBANQUES Rapprochement Afreximbank-Dangote Group
BoursesANGOLA Sortie sur le marché international pour un eurobond
BoursesDETTE SOUVERAINE Confirmation des notes S&P du Cameroun et du Maroc
Politique - EconomieCharles Konan Banny jette l'éponge
Politique - EconomieCÔTE D'IVOIRE Ouattara reconduit son sherpa
Politique - EconomieMALI La France débloque 360 millions d'euros pour la relance économique
Politique - EconomiePRÉSIDENTIELLE CÔTE D'IVOIRE Tsumani d'ADO à 83,66%
Politique - EconomieLes axes clés du projet de gouvernance pour le dernier mandat de Ouattara
Politique - EconomieLes nouveaux défis d'Alassane Ouattara
Politique - EconomieNIGER Hama Amadou cherche-t-il une protection auprès d'Henri Konan Bedié ?
Politique - EconomieMAROC Phosboucraâ, filiale d'OCP, pour l'optimisation des ressources au Sud
Politique - Economie40ÈME ANNIVERSAIRE DE LA MARCHE VERTE Discours royal fondateur et mobilisateur
Politique - EconomieSahara marocain, les avancées vues par le HCP
Politique - Economie MAROC Près de 14 Mrds d'euros pour la 2ème tranche du Plan de développement du...
Politique - EconomieCLASSEMENT DOING BUSINESS 2016 Des progrès en Afrique au sud du Sahara
40ÈME ANNIVERSAIRE DE LA MARCHE VERTE Discours royal fondateur et mobilisateur Version imprimable
12-05-2016
A l’occasion du 40ème anniversaire de la Marche Verte, le Roi Mohammed VI a prononcé à Laâyoune, le 6 novembre 2015, un discours fondateur et mobilisateur qui constitue pour les prochaines années une feuille de route pour les provinces sahariennes.
 
Sur le plan politique, le Roi a d’abord rappelé que le Plan d’autonomie présenté à l’ONU en 2007 est le maximum que le Maroc peut faire pour régler définitivement la question du Sahara. Rappelons que ce plan prévoit une large délégation de pouvoirs aux institutions sahraouies sous souveraineté marocaine. Le polisario soutenu principalement par l’Algérie réclame un référendum d’autoadministration. Certes, feu le Roi Hassan II avait admis en 1981 à Nairobi le principe du référendum. Mais l’ONU a été incapable d’identifier le corps électoral. A supposer qu’il ait lieu aujourd’hui : de qui serait composé le corps électoral ? Les 800 000 habitants des provinces sahariennes ? Les «réfugiés» de Tindouf : combien sont-ils ? L’Algérie a toujours refusé tout recensement. Ces derniers voteraient-ils à Tindouf ou au Sahara ? Autant de questions insolvables et qui ramènent pour tout règlement définitif au Plan d’autonomie présenté par le Maroc.
 
Le Souverain a désigné l’Algérie comme le principal adversaire de notre intégrité territoriale, indiquant que ce pays dépense des milliards dans sa croisade militaire et diplomatique contre le Maroc. Il déplore que les 40 000 personnes résidant à Tindouf vivent sans liberté et dans la misère notamment au niveau d’un logement décent, et dénonce la corruption des séparatistes dans l’utilisation de l’aide étrangère. D’ailleurs, un rapport d’OLAF, un organisme de l’Union européenne, a mis au jour le détournement des fonds destinés aux «réfugiés» de Tindouf. Contrairement aux allégations de ses adversaires, le Maroc a mis en oeuvre un organisme indépendant, le Conseil national des droits de l’homme, qui aun prolongement dans les provinces sahariennes pour défendre ces droits en toute indépendance. Les populations vivant au Sahara disposent de tous leurs droits civiques et participent massivement aux élections pour choisir leurs représentants à la fois sur le plan local et national. Le Roi a clairement indiqué que les revenus des ressources naturelles du Sahara doivent aller aux populations sahraouies, et que ce Sahara marocain bénéficie d’une sécurité et d’une stabilité qu’on ne trouve pas dans la région sahélo-saharienne. Enfin, le Roi a mis en garde tout Etat ou élément étranger qui s’attaque à notre intégrité territoriale, et que la réponse du Maroc sera ferme et rigoureuse, notamment en ce qui concerne le boycott des produits marocains qu’ils soient du Nord ou du Sud du Royaume.
 
Concernant la gestion interne des provinces sahariennes, le Roi a indiqué une rupture avec le passé par la lutte contre l’économie de rente, les privilèges et la concentration administrative. Il a demandé au secteur privé de prendre la relève de l’Etat notamment au niveau des investissements. C’est ainsi que la CGEM s’est engagée au printemps dernier à réaliser un programme d’investissements de 6 milliards de DH sous forme de 60 projets dans le secteur des énergies renouvelables, la promotion immobilière, l’éducation et l’agroalimentaire. Le souverain a mis en exergue le nouveau modèle de développement des provinces du Sud élaboré par le Conseil économique, social et environnemental, qui prévoit sur une période de 10 ans un investissement de 140 milliards de DH avec la création de 120 000 emplois, dont 30% seront réalisés dans le cadre du partenariat public-privé. Afin de promouvoir le développement des provinces sahariennes sera mise en oeuvre la régionalisation avancée avec un transfert de compétences au niveau de la région, réalisant ainsi une véritable déconcentration administrative. En outre, des contrats-programmes seront établis entre l’Etat et la région. Afin d’améliorer le climat des affaires dans les provinces sahariennes, un cadre juridique incitatif sera établi notamment au niveau fiscal pour assurer une visibilité à long terme pour les investisseurs nationaux et internationaux. De même qu’un Fonds de développement économique sera créé pour la promotion des PME notamment pour les jeunes.
 
Afin que le Sahara puisse devenir un trait d’union avec l’Afrique subsaharienne, le souverain a indiqué plusieurs projets de grande enverguredans le domaine des transports. Il a cité la voie routière express Tiznit- Laâyoune-Dakhla, la ligne ferroviaire Marrakech-Dakhla et la création d’un hub aérien. D’autres projets ont été cités comme le port Atlantique- Dakhla, le dessalement de l’eau de mer, les zones industrielles, et la connexion électrique de Dakhla avec le réseau national. Le Roi a préconisé également la restructuration du dispositif d’aide sociale en insistant sur la transparence et l’équité, et en respectant la fierté et la dignité des récipiendaires. Enfin, il a signalé la volonté de promouvoir la culture hassanie et la promotion du patrimoine saharien par la création de théâtres, de musées et de maisons de culture.
 
En conclusion, le discours royal de Laâyoune est une véritable feuille de route pour les provinces sahariennes avec la déclinaison d’orientations et de projets dans tous les domaines. Il faut absolument veiller à leur concrétisation dans les meilleurs délais par la création d’un Comité de suivi qui puisse se réunir régulièrement et évaluer les résultats obtenus. La réussite de ces orientations et ces projets est le meilleur gage pour résoudre définitivement la question du Sahara.
 
Jawad Kerdoudi, président de l’IMRI
(Institut marocain des relations internationales)
 
< Précédent   Suivant >
 
×
×
Votre Nom :
Votre Email :





×